Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un secteur juteux mal exploité
Economie circulaire
Publié dans L'Expression le 12 - 05 - 2022

Le nombre d'entreprises activant dans le domaine de la gestion et de la valorisation des déchets a triplé en trois ans. En 2019 elles n'étaient qu'à 4 080 entreprises créées dans le domaine seulement. Leur nombre s'élève, actuellement, à 14 000. C'est ce qu'a fait savoir Akila Boudraâ, cheffe de département des déchets ménagers à l'Agence nationale des déchets (AND).
Ce «bond qualitatif» dans le nombre des entreprises spécialisées dans la valorisation des déchets (enregistrées au niveau du Centre national du registre du commerce) renseigne sur la ''forte demande '' que connaît l'économie circulaire de la part des jeunes investisseurs et des innovants, selon les déclarations de la responsable à l'AND. Elle intervenait lors d'une journée d'étude organisée avant-hier sur le soutien apporté par les incubateurs en faveur des start-up activant dans le domaine de la valorisation des déchets. Le domaine connaît un engouement réel et apparaît comme une approche prometteuse. Une étude réalisée l'année dernière par l'Agence nationale des déchets (AND) estime que la valeur marchande potentielle du gisement des déchets recyclables pourrait atteindre environ 151 milliards de DA par an, ce qui montre l'importance de l'économie verte et ses capacités en Algérie, précise Akila Boudraâ.
La valeur marchande des matériaux valorisables au niveau national s'élevait en 2020 à 92 milliards de DA. Toutefois, la cadence du recyclage reste faible comparée aux importantes quantités de déchets produites. Akila Boudraâ a expliqué, dans ce cadre, que «l'AND a développé une banque de données des opérateurs économiques activant dans le domaine de l'économie verte au niveau national, notamment en ce qui concerne la valorisation et le recyclage des déchets». «Cette base de données couvre 39 wilayas sur 58», a poursuivi la même responsable. Cela avant d'ajouter que «80% des déchets ménagers en Algérie sont recyclables, mais la quantité récupérée actuellement ne dépasse pas 1%, ce qui appelle à encourager cette activité par davantage de facilitations et d'incitations». Poursuivant, la responsable a souligné que «le ministère de l'Environnement travaille d'arrache-pied, à travers l'AND, pour lever tous les obstacles qui entravent les entreprises activant dans ce domaine, en particulier ceux liés à la recherche d'un site pour déposer les déchets destinés au recyclage, le problème du marché parallèle, le problème du foncier et de la main-d'oeuvre, ainsi que le manque de financement et de licences d'exploitation». Si on parvient à amorcer ce pas, cela permettrait à l'Algérie d'économiser des milliards de dinars dépensés actuellement dans l'enfouissement. La cheffe de département des déchets ménagers dira dans ce sens que «si les déchets ménagers venaient à être totalement valorisés, le coût de l'enfouissement devrait baisser à 2,4 milliards de DA avec l'allongement de la durée de vie des tranchées utilisées à cette fin à 23 ans», selon la responsable. Si la situation reste inchangée, elle entraînera inévitablement une augmentation substantielle des déchets destinés à l'enfouissement.
La quantité des déchets ménagers et assimilés (DMA) en Algérie, estimée à 13 millions de tonnes en 2018, devra dépasser les 20 millions de tonnes en 2035, selon une étude réalisée l'année dernière par le ministère de l'Environnement. La récupération et la valorisation des déchets ménagers seraient à même de créer des milliers de postes d'emploi. Une étude réalisée par l'AND en 2021 souligne que «les déchets ménagers issus des bouteilles des boissons gazeuses et des eaux minérales représentent 4% des déchets ménagers, soit 470.000 tonnes/an, et la valorisation de ce type de plastique pourrait créer 7.600 postes d'emploi directs/an».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.