Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le langage codé des femmes
Bijou d'Ath Yenni
Publié dans L'Expression le 17 - 05 - 2022

S'il n'est pas là pour compléter une tenue, il est aussi utilisé par des femmes comme langage codé pour passer des messages. Et à propos de ce patrimoine immatériel attaché au bijou traditionnel des Ath Yenni, les artisans bijoutiers Azzedine Kebbous, Kaci Chouichi et Malik Malki, rencontrés à Ath Yenni, ont indiqué à l'APS, en se référant aux témoignages des anciens, que jadis le port du bijou était codifié. «On ne pouvait pas porter une pièce de bijou n'importe comment et n'importe quand», ont-ils confié. C'est ainsi que Taâsavt (un bijou entre la couronne et le collier, porté au front) était exclusivement réservée aux femmes mariées, alors que Thavzimt était portée sur la poitrine par la jeune-fille célibataire, sur le front par la mariée et avec des pendeloques par celle qui a des enfants, ont-ils indiqué.
Des formes et des messages
De son côté, la femme qui a perdu son mari et en signe de deuil, porte à l'envers l'Adouir (le rond), un imposant bijou de forme ronde serti en son centre d'une grosse pièce ronde en corail, chichement décoré d'émaux, de boules d'argent et de corail, et très légèrement décoré en filigrane au verso.
Des témoignages recueillis par l'APS auprès de plusieurs dames de la région rapportent qu'à la façon et aux types de bijoux que la femme porte, celle-ci passe des message à ses congénères, tel que pour se désigner lors d'une circoncision qu'elle est la mère de l'enfant circoncis, pour annoncer à son mari qui rentre de voyage, qu'un deuil a lieu dans la village, pour dire dans une fête qu'elle ne peut pas ou ne veut pas danser, ou pour désigner qu'une jeune fille est fiancée... Si Azrar n'elharz, le collier à boîtier (ou collier à amulettes), est porté fermé autour du cou par la femme célibataire, la mariée le porte, quant à elle, accroché à sa robe kabyle au niveau de épaules, par le moyen de deux fibules (pièces en argent également décorées d'émaux et de corail de forme triangulaire).
Le bijou est une parure indissociable de la tenue traditionnelle amazighe, d'ailleurs les deux ont évolué ensemble pour s'adapter à leur temps, se modernisant au fil des générations, tout en préservant leur authenticité.
L'artisan bijoutier d'Ath Yenni a toujours évolué dans ses méthodes de fabrication tout en restant artisanal, et le bijou a, lui aussi, su s'adapter à la demande du marché en perdant en volume et en gagnant en raffinement, non sans y laisser des... plumes.
Dans ce processus d'évolution, le bijou des Ath Yenni, qui a gardé son authenticité, a changé de fonction en devenant une simple parure, perdant tout le code langagier qu'il transmettait, ont observé MM. Malki, Kebbous et Chouichi. Si l'époque de la naissance du bijou d'Ath Yenni, fabriqué en argent et orné d'émaux aux trois couleurs vert, jaune, et bleu, de boules d'argent et de coraux, ne peut être située avec exactitude, en raison de son ancienneté, ces interlocuteurs ont réfuté la thèse selon laquelle ce sont les Ath Abbès arrivés de Béjaïa qui ont apporté le métier de la bijouterie avec eux.
À ce propos, M. Chouichi a observé que «des récits historiques dont celui d'Emile Carrey, rapportent qu'à l'arrivée des prisonniers des Ath Abbès, à savoir les «Allam», les femmes d'Ath Yenni sont sorties parées de leurs gros bijoux pour fêter la victoire du royaume de Koukou sur son rival des Ath Abbès (Béjaïa)», a-t-il dit, reconnaissant toutefois que ces derniers (les Allam d'Ath Abbès qui se sont installés au village d'Ath Larbaâ (Ath Yenni) «ont apporté un plus et leur touche au bijou d'Ath Yenni».
Le bijou des Ath Yenni est le produit d'un savoir-faire très ancien, a poursuivi l'artisan qui a ajouté que «la technique d'émaillage, qui fait la spécificité du bijou traditionnel d'Ath Yenni, remonterait selon, les écrits des historiens, à l'époque byzantine». Outre les bijoux, les forgerons d'Ath Yenni fabriquaient aussi des armes, des outils pour l'agriculture.
Un bijou qui a su s'adapter à son temps
Les bijoux étaient produits selon la technique du martelage, a-t-on observé de même source. Ce qui fait la force du bijou d'Ath Yenni est la technique de fabrication qui, tout en restant artisanale, a toujours évolué grâce au savoir-faire des bijoutiers qu'ils avaient hérité de leurs aïeux, maîtrisant les alliages, les acides, le chromage et le travail du corail à sec.
Les Ath Yenni sont, en effet, les seuls à travailler cette matière première à sec pour récupérer la poudre de corail utilisée comme cicatrisant, ont souligné Kebbous, CHouichi et Malki.
«Le bijou chez nous n'est pas un accessoire que la femme porte pour se faire belle, il est culturel, il véhicule un patrimoine, un savoir-faire et une identité plusieurs fois millénaire, d'où la nécessité de le préserver et de le protéger urgemment par son classement et sa labellisation, pour faire face à la contrefaçon et aux velléités d'accaparer ce patrimoine ancestral par certains pays», ont affirmé plusieurs artisans bijoutiers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.