L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes    JM / Water-polo (messieurs) : la Serbie et le Monténégro en finale    Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Facteurs défavorables    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les oubliés de la Solidarité nationale
Ils ont tenu un sit-in, hier
Publié dans L'Expression le 17 - 05 - 2022


Le dossier des bénéficiaires des dispositifs d'aide à l'insertion sociale (Dais) et d'insertion sociale des jeunes diplômés (PID) n'est pas clos. En dépit des engagements des pouvoirs publics à son règlement, nombreux sont les employés qui sont en situation de précarité. Une centaine parmi eux, et précisément ceux ayant des contrats arrivés à expiration ont tenu leur sit-in, hier, à la capitale pour faire entendre leur voix et attirer l'attention des autorités sur leur situation. Une centaine de personnes, hommes et femmes, ayant des diplômes universitaires, pour certains, se sont rassemblés, hier, en effet à Alger, devant le siège du ministère du Travail de l'Emploi et de la Sécurité sociale. Une énième action de protestation de ces travailleurs, qui sont venus de plusieurs wilayas du pays pour réclamer le renouvellement de leurs contrats et leur insertion. Les protestataires n'ont pas manqué de qualifier la décision de rupture de leur contrat de travail «d'injuste». Ils ont également appelé le président de la République et le Premier ministre à intervenir dans cette affaire, afin de leur faciliter la signature de nouveaux contrats de travail. Sur place, des manifestants interrogés avant le début de la protesta ont livré leurs premières impressions. «Depuis l'expiration de nos contrats, nous n'avons jamais pu le renouveler de droit», témoigne Amar Abderrahmane venu de la wilaya de Boumerdès. Ce jeune, détenteur d'une licence de la Faculté des sciences de l'information et de la communication d'Alger 3 est un ancien employé contractuel, bénéficiaire du dispositif PID. Il a travaillé pendant deux ans à la direction des Domaines de la wilaya de Boumerdès, de la Conservation foncière et du cadastre depuis l'année 2016. À la fin de son deuxième contrat, le 30 janvier 2018, Abderrahmane, qui percevait un misérable salaire de 9000 DA a été renvoyé. Les protestataires qui souhaitaient que leur tutelle prenne en considération leurs revendications, ont fustigé, au début de leur action, à 9 h, «le ministre qui s'était engagé, par des promesses concrètes, à régler leurs problèmes». La situation de précarité vécue par les employés contractuels, bénéficiaires du dispositif Dais, est pire. Des femmes de ménage dont le contrat est arrivé à terme, affirment qu'«elles percevaient le salaire dérisoire de 6000 DA!» Après des heures d'attente, les protestataires ont été accueillis par des responsables de la tutelle. Ils ont été invités à soumettre leurs plates-formes de revendications.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.