L'Algérie, "un carrefour pour les investisseurs" à la faveur de la nouvelle loi sur l'investissement    Echange d'expériences entre l'Algérie et le Danemark en matière de développement de projets des énergies renouvelables    Sétif : les 3/4 des médicaments présents sur le marché algérien sont de fabrication nationale    Drame de Melilla : la ministre espagnole du Travail exige des "clarifications"    Le Président Tebboune reçoit le recteur de la Mosquée de Paris    JM/ Boxe : Khelif et Bouloudinats en demi-finale, Mordjane et Benlaribi passent en quarts    Pourquoi le modèle autoritaire algérien, au contraire du modèle autoritaire chinois, n'a pas conduit au développement ?    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Ecole militaire polytechnique de Bordj El-Bahri : Sortie de la 49e promotion d'officiers ingénieurs    Séisme d'Oran: une commission technique inspecte les habitations touchées    Ports de pêche: lancement d'une opération nationale pour le dégagement de 351 épaves de bateaux    JM/ Tennis: l'Algérienne Benaissa qualifiée au second tour    Conseil de Sécurité: consultations sur la situation en Libye    JM: les Algériens de la lutte gréco-romaine visent le métal suprême    JM: coup d'envoi du festival national de la chanson raï    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Amélie Oudéa-Castéra, ministre française des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques au «Le Quotidien d'Oran»: «Bâtir de véritables traits d'union avec l'Algérie»    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    Bureaucratie, administrateurs et administrés    Les derniers bénéficiaires de la formule «à points»: Relogement de 2.137 familles à Ain El Beida et El Barki le 05 juillet    Douanes: Des quantités considérables de drogues et de psychotropes saisies    Consommation des eaux des citernes mobiles: Les mises en grade des médecins et des bureaux d'hygiène    Un nouvel ordre mondial plus juste    Tlemcen: Des contractuels titularisés revendiquent leurs salaires et leurs rappels    Parée de couleurs méditerranéennes: Oran a placé la barre très haut    Le Président Tebboune reçoit le jeune Mathieu Hill, un ami de l'Algérie    Confirmée, Elisabeth Borne doit former un gouvernement    Nouvelles attaques contre l'occupant marocain à Farsia et Houza    Les exportations en hausse    Derouaz et Tizzano donnent le ''la''    Les lauréats connus    Faut-il croire Benbahmed?    Le 5 Juillet se prépare activement    Algérie, terre des grands défis    Les algériens entrent en lice    La «stabilité régionale» au coeur de l'entretien    La bataille d'Iamorène    Ghardaïa accueillera l'événement    De l'art dans les rues d'oran    ANP: sortie de trois promotions à l'Ecole supérieure navale de Tamanfoust    Melilla: 18 migrants meurent après l'usage de la force par la police marocaine    Des députés et des sénateurs exclus du parti    Rachad dans de sales draps!    Le plaidoyer de Soufiane Djilali    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il y a le feu au lac!»
Incendies de forêt à l'est du pays
Publié dans L'Expression le 24 - 05 - 2022

Les feux de forêt sont un phénomène cyclique qui revient quasiment chaque année. C'est ce qu'explique Abdelghani Boumessaoud, sous-directeur de la protection du patrimoine forestier à la direction générale des forêts, sur les ondes de la Radio nationale Alger Chaîne 3. Il précise que le fait peut, parfois, être d'origine criminelle. Ce sont les services de la Gendarmerie nationale qui ont la compétence de mener les enquêtes nécessaires pour confirmer les cas d'actes malveillants, indique l'invité de Souhila El Hachemi. Boumessaoud rappelle que les incendies ravageurs ont été enregistrés en 1983, avec 221 600 ha de surface forestière dévastée par le feu, en 1994, avec plus de 275 000 ha et, tout récemment, en 2012, avec 99 000 hectares.
«Cette année n'a rien
d'exceptionnel» nuance-t-il, en effet, signalant que les incendies ont engendré une perte de patrimoine forestier estimé à plus de 53 000 ha, dont plus de 50% ont touché les forêts, avec 28 690 ha, les maquis, avec 10 296 ha et les broussailles, avec 14 617 ha. Se référant à la période allant de juin à octobre derniers, il évoque, ainsi, 2 700 départs de feu; soit une moyenne de 22 foyers d'incendies par jour, avec une surface moyenne de 19 ha pour chaque foyer. Selon Boumessaoud, l'est du pays a été le plus touché par les incendies avec 44 282 ha. «Cette région a été le théâtre de 1 095 départs de feu, soit 82% de la totalité». Et de noter que la wilaya d'El Tarf, à elle seule, recense 19 443 ha, soit 36% du total des sinistres. Dans ce tableau de sinistres, l'est est suivi du centre et de l'ouest
du pays, avec respectivement
7 148 et 2 173 ha atteints par les flammes. Avec l'arrivée de la saison estivale, l'Algérie se tient prête à lutter contre les éventuels feux de forêt.
Le dispositif de prévention compte d'importants moyens, a révélé, hier matin, Abdelghani Boumessaoud.
Alors que nous sommes aux portes de la saison estivale, un imposant dispositif de prévention est érigé pour lutter contre les éventuels feux de forêt, martèle-t-il, citant d'importants moyens mis à disposition. Toujours selon Boumessaoud,
«il y a eu la mise en place de 400 unités de vigies.
Plus de 600 brigades mobiles d'intervention, avec un effectif de 2 791 éléments, renforcées par une cinquantaine de camions-citernes d'une grande capacité. Ajoutons à cela la mobilisation de 3 291 points d'eau, ainsi que 53 véhicules de liaison».
Pour une utilisation rationnelle et réfléchie, explique le responsable, ce dispositif est destiné aux zones les plus vulnérables, situées majoritairement dans les montagnes.
«Nous savons pertinemment quelles sont les wilayas les plus vulnérables pour ce phénomène des incendies de forêt, pendant ces 40 dernières années», assure-t-il, relevant que «la majorité de nos forêts se situe dans des zones montagneuses à reliefs accidentés. C'est pour cela que la première alerte est la phase la plus importante.» Le sous-directeur explique également que «les incendies font partie des phénomènes qui reviennent chaque année», d'où «la nécessité de travailler conjointement avec la population, les habitants des zones vulnérables et la Protection civile.
Nombreuses sont, en effet, les wilayas à avoir opté pour un dispositif de lutte contre les feux de forêt, incluant l'installation de différents comités de coordination opérationnelle. En fait, il s'agit de protéger, par le truchement d'un plan anti-feux de forêt, le patrimoine forestier national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.