Le rôle de la Banque nationale des semences dans le renforcement de la sécurité alimentaire mis en exergue    Basket / Championnat d'Afrique féminin U18 (5e-8e places) : victoire de l'Algérie devant la Tanzanie (71-31)    Accidents de la circulation: 13 morts et 464 blessés en une semaine    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique)-2e journée: l'Algérie menée au score par la Namibie (0-1)    Lancement prochain d'une campagne de reboisement visant la plantation de 60 mns d'arbustes    Mouloudji reçoit l'ambassadrice de la République Fédérale d'Allemagne à Alger    Mali/attaque à Tessit: 42 soldats tués    Drame de Melilla: de nouveaux crimes commis par le Makhzen à l'encontre des migrants africains    Le communiqué de Bourita sur l'agression contre Ghaza, une mascarade    Le 11e Festival national de la chanson chaâbi s'ouvre à Alger    L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    Origine à déterminer    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Loin d'être un discours de consommation    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    «Seul le droit international doit primer»    La négociation privilégiée par les deux pays    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    L'heure de la convergence patriotique    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les économies africaines gardent leur optimisme
Malgré les crises
Publié dans L'Expression le 25 - 06 - 2022


Covid, guerre en Ukraine, menaces terroristes: si l'Afrique reste très vulnérable face aux crises internationales, plusieurs voix sur le continent y voient une nouvelle occasion de tirer son épingle du jeu et appellent les dirigeants à en profiter pour engager de profondes réformes. Parmi les signes d'optimisme: la résilience de la plupart des économies africaines durant la pandémie de Covid-19. Globalement moins endeuillée que d'autres continents, l'Afrique a connu un ralentissement plus faible de son activité économique en 2020 (-2%) qu'à l'échelle mondiale (-3,3%).Et les perspectives pour l'année 2022, à l'heure où la guerre en Ukraine menace les économies du monde entier, ne sont pas totalement sombres. «L'Afrique va vers une croissance autour de 3,7% alors qu'en Amérique du nord ou en Europe on est face à un vrai risque de récession», estime l'économiste Lionel Zinsou. «Nous n'avons pas été les plus grandes victimes de la pandémie et nous ne le serons pas des conséquences collatérales de la guerre en Ukraine», martèle l'ancien Premier ministre béninois qui estime que l'inflation sur les exportations de matières premières compensera celle sur les importations. Autre signal positif, la confiance des investisseurs en Afrique est revenue à un niveau supérieur à celui d'avant la pandémie.Selon un rapport du cabinet Deloitte qui a interrogé 190 patrons d'entreprises ayant des activités sur le continent, 78% d'entre sont confiants dans leurs perspectives de développement contre 61% avant la crise du Covid (et 40% pendant celle-ci). Pas question pour autant de minimiser les défis à venir pour les économies africaines, à commencer par le conflit en Ukraine qui affecte notamment ses importations de céréales.»Nous sommes préoccupés par le ralentissement de la croissance mondiale et la disponibilité pour l'Afrique de certains produits comme le blé ou les engrais», a averti le président ivoirien Alassane Ouattara lors de l'Africa CEO Forum, un sommet économique qui réunissait début juin à Abidjan chefs d'entreprises et décideurs politiques. «Les économies africaines ont pris un choc et n'ont pas encore retrouvé les taux de croissance d'avant 2019. La situation reste particulièrement difficile avec l'inflation qui affecte de manière disproportionnée les populations les plus pauvres», reconnaît Makthar Diop, directeur général de la Société financière internationale (IFC), une branche de la Banque mondiale. Mais certains y voient une occasion pour les pays africains de tracer de nouvelles routes. «On perd une bonne partie des récoltes chaque année, par manque d'électricité, de chaîne du froid... Si on réduit ces pertes grâce à des efforts d'investissement dans les infrastructures dès les prochaines campagnes, on aura des réponses à nos pénuries», estime Zinsou. «Toute crise est une opportunité pour structurellement transformer la situation. Il y a un potentiel de transformation économique des pays africains en augmentant la valeur ajoutée créée sur le continent», affirme Diop. Certains pays ont accéléré ces dernières années sur le sujet: la Côte d'Ivoire a construit de nouvelles usines de transformations de noix de cajou, le Nigeria est en train de se doter d'une méga-raffinerie pétrolière à Lagos et les compagnies étrangères en Guinée ont été récemment sommées de construire des usines de transformation de bauxite. «Une des conséquences de la pandémie c'est que beaucoup de groupes ont souhaité moins dépendre de l'étranger pour leurs importations. L'Afrique est aussi concernée par le phénomène de démondialisation, de relocalisation et de régionalisation», pointe Emmanuel Gadret, directeur général Afrique francophone chez Deloitte. «C'est l'heure pour l'Afrique de conquérir son indépendance sur bien des aspects. Nous devons davantage compter sur des financements sur le continent plutôt que sur de la dette extérieure.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.