«Tebboune poursuit l'édification de l'Algérie nouvelle»    Enseignement supérieur: renforcer la contribution des étudiants à leur formation universitaire à la faveur d'un modèle national en 5 phases    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Triathlon/Championnat d'Afrique: l'Algérie décroche deux médailles    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    L'ONU doit agir énergiquement pour stopper la politique criminelle de l'entité sioniste    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    La Côte d'Ivoire veut récupérer Fofana    La tension monte d'un cran au Maroc    Rage: onze décès enregistrés en 2021    Foot (amical) Algérie-Nigeria: les Verts pour vaincre et convaincre    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    «L'Algérie doit être construite par les algériens»    La chine donne son quitus    Un Palestinien assassiné par les forces d'occupation sionistes    Borne et les préoccupations de l'heure    Absurdité    Que va faire l'Opep+?    Développement régional: La décentralisation comme clé de voûte    Industries: Priorité aux filières de substitution des importations    Efficacité des ressources et réduction de coûts de production: L'expertise allemande pour les PME algériennes    L'ESS sombre    Grosse inquiétude au Barça    On a évité le pire à El Bayadh    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    Démarrage timide dans la capitale    Le président Tebboune présente ses condoléances    El Bayadh: Des tablettes pour 900 élèves du primaire    Cap Falcon : une femme morte et deux blessés graves dans une collision entre deux voitures    Campagne de dépistage à El Flay    El-Bayadh: Trois morts et un blessé grave dans un accident de la route    Onze ans de retard    De la marijuana à Zéralda    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Presse, amour et pouvoir    La pièce « Hna ou Lhih » participe    «C'est formidable d'échanger avec les lecteurs»    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La «fleur du théâtre algérien»
Il y a deux ans, disparaissait Nouria
Publié dans L'Expression le 11 - 08 - 2022

Grande figure du théâtre, du cinéma et du petit écran algérien, Nouria avait souvent interprété le rôle d'une mère au foyer typiquement algérienne avec sa nature simple et ses traditions matriarcales.
Décédée le 10 août 2020, à l'âge de 99 ans, la comédienne algérienne, Nouria Kazdarli, de son vrai nom Khadidja Benaïda, née en 1921 à Ammi Moussa dans la wilaya de Tiaret, avait fait ses débuts dans le 4e art en 1945, lorsque son époux, le défunt Mustapha Kazderli, une des grandes figures du théâtre algérien, et ses amis comédiens lui demandent de remplacer une actrice absente.
Encouragée par le réalisateur Mustapha Badie, Nouria avait marqué son retour au Théâtre national algérien en 1963, après quelques années d'absence, en intégrant une troupe dirigée par Mahieddine Bachtarzi et composée notamment par, Kelthoum, Habib Redha et d'autres comédiens. Tout au long de sa carrière prolifique de plus de 60 années, la regrettée avait évolué aux côtés de grands noms du théâtre et de la télévision algérienne, à l'instar de Farida Saboundji, Chafia Boudraâ, Rouiched et Hassan El Hassani. Outre Mustapha Badie avec lequel elle avait fait plusieurs feuilletons pour la radio et la télévision, Nouria avait travaillé avec de grands réalisateurs algériens dans le cinéma et la télévision, à l'instar de Omar Bakhti, Moussa Haddad et Hadj Rahim. Elle avait joué dans plus de 200 pièces de théâtre, 160 téléfilms et quatre longs métrages.
Parmi ses grands rôles cinématographiques, la regrettée avait excellé dans les films «Khoudh maâtak Allah» (prends ce que Dieu Te donne) (1981), «La nuit a peur du soleil» (1964) et «Les enfants de la Casbah» (1963), alors qu'à la télévision elle s'était distinguée dans des oeuvres comme le feuilleton «Al massir» (Le destin) et les sketchs «La bru et la belle-mère», «Elle et lui» et «Khalti H'nifa».
Au théâtre, Nouria avait interprété plusieurs rôles, notamment dans les pièces «Les fusils de la mère Kerrar», «L'exception et la règle», «Rose rouge», «L'ogresse» et «La Maison de Bernarda Alba». À travers son adhésion au Théâtre national en 1963, l'interprétation féminine a été fortement boostée. Ainsi, Nouria devient une icône du quatrième art algérien, surnommée «Fleur du théâtre algérien»qui aura contribué, aux côtés de Kelthoum, à changer le regard de la société vis-à-vis de la présence de la femme au théâtre.
Plusieurs fois distinguée par le ministère de la Culture et des associations artistiques, la regrettée a reçu en 2017 la médaille de l'Ordre du mérite national au rang «Ahid», en reconnaissance à ses 60 années passées au service de la Culture et de l'Art algériens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.