Importation des véhicules neufs par les concessionnaires : l'adoption d'une approche alliant simplification et efficacité est necessaire    Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décés de la comédienne Nouria Kazdarli a l age de 99 ans
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 08 - 2020

Kazdarli, est décédée dimanche à l'âge de 99 ans, a-t-on appris auprès du Théâtre national algérien (TNA). Nouria Kazdarli, de son vrai nom Khadidja Benaïda, est née en 1921 à Ammi Moussa dans la wilaya de Tiaret. Elle était l'une des grandes figures du théâtre, du cinéma et du petit écran algérien.
Kazdarli, est décédée dimanche à l'âge de 99 ans, a-t-on appris auprès du Théâtre national algérien (TNA). Nouria Kazdarli, de son vrai nom Khadidja Benaïda, est née en 1921 à Ammi Moussa dans la wilaya de Tiaret. Elle était l'une des grandes figures du théâtre, du cinéma et du petit écran algérien.
Elle avait souvent interprété le rôle d'une mère au foyer typiquement algérienne avec sa nature simple et ses traditions matriarcales. Elle fait ses débuts dans le 4e art en 1945, lorsque son époux, le défunt Mustapha Kazderli- une des grandes figures du théâtre algérien- et ses amis comédiens lui demandent de remplacer une actrice absente, ainsi elle intègre le théâtre algérien en interprétant le rôle de mendiante devant Abderrahmane Aziz. Cependant, sa carrière est aussitôt retardée par son mari qui refusait l'idée de la voir devenir comédienne, mais Nouria renoue avec la scène, en intégrant en 1963 une troupe composée de Kelthoum, Habib Redha et d'autres comédiens à l'Opéra d'Alger (TNA actuellement), sous les encouragements de l'artiste et réalisateur Mustapha Badie, chapeauté par Mahieddine Bachtarzi. Tout au long de sa carrière prolifique de plus de 60 années d'expériences, la regrettée a évolué aux côtés de grands noms du théâtre et de la télévision algérienne, à l'instar de Farida Saboundji, Chafia Boudraa, Rouiched et Hassan El Hassani avec lequel elle est partie en tournée en France durant les années 1950. Outre Mustapha Badie avec lequel elle a fait plusieurs feuilletons pour la radio et la télévision, Nouria avait travaillé avec de grands réalisateurs algériens dans le cinéma et la télévision, à l'instar de Omar Bakhti, Moussa Haddad et Hadj Rahim.
Elle a joué dans plus de 200 pièces de théâtre, 160 téléfilms et 4 longs métrages. Parmi ses grands rôles cinématographiques, la défunte a excellé dans les films "Khoudh maatak Allah" (prends ce que Dieu Te donne) (1981), "La nuit a peur du soleil" (1964) et "Les enfants de la Casbah" (1963). Pour ce qui est de ses oeuvres les plus connues à la télévision, il y a lieu de citer lefeuilleton "Al massir", (Le destin) (1989) et les sketchs 3La bru et la belle mère", "Elle et lui" et "Khalti H'nifa" lors du Ramadhan. Au théâtre, la défunte a interprété plusieurs rôles notamment dans les pièces "Les fusils de la mère Kerrar",
"L'exception et la règle", "Rose rouge", "L'ogresse" et "La Maison de Bernarada Alba". Nouria qui n'a jamais été à l'école, était une véritable école qui a contribué, aux côtés de Kelthoum, à changer le regard des réalisateurs et de la société vis-à-vis de la présence de la femme au théâtre, d'autant que les rôles féminins, jadis, étaient interprétés par des hommes, mais ces deux grandes artistes avaient réussi à ouvrir la voie à plusieurs jeunes comédiennes. A travers son adhésion au théâtre national en 1963, l'interprétation féminine a été fortement boostée. Ainsi, Nouria devient une icône du quatrième art algérien, surnomée "Fleur du théâtre algérien". Plusieurs fois distinguée par le ministère de la culture et des associations artistiques, la regrettée a reçu en 2017 la médaille de mérite national du rang "Ahid".
Elle avait souvent interprété le rôle d'une mère au foyer typiquement algérienne avec sa nature simple et ses traditions matriarcales. Elle fait ses débuts dans le 4e art en 1945, lorsque son époux, le défunt Mustapha Kazderli- une des grandes figures du théâtre algérien- et ses amis comédiens lui demandent de remplacer une actrice absente, ainsi elle intègre le théâtre algérien en interprétant le rôle de mendiante devant Abderrahmane Aziz. Cependant, sa carrière est aussitôt retardée par son mari qui refusait l'idée de la voir devenir comédienne, mais Nouria renoue avec la scène, en intégrant en 1963 une troupe composée de Kelthoum, Habib Redha et d'autres comédiens à l'Opéra d'Alger (TNA actuellement), sous les encouragements de l'artiste et réalisateur Mustapha Badie, chapeauté par Mahieddine Bachtarzi. Tout au long de sa carrière prolifique de plus de 60 années d'expériences, la regrettée a évolué aux côtés de grands noms du théâtre et de la télévision algérienne, à l'instar de Farida Saboundji, Chafia Boudraa, Rouiched et Hassan El Hassani avec lequel elle est partie en tournée en France durant les années 1950. Outre Mustapha Badie avec lequel elle a fait plusieurs feuilletons pour la radio et la télévision, Nouria avait travaillé avec de grands réalisateurs algériens dans le cinéma et la télévision, à l'instar de Omar Bakhti, Moussa Haddad et Hadj Rahim.
Elle a joué dans plus de 200 pièces de théâtre, 160 téléfilms et 4 longs métrages. Parmi ses grands rôles cinématographiques, la défunte a excellé dans les films "Khoudh maatak Allah" (prends ce que Dieu Te donne) (1981), "La nuit a peur du soleil" (1964) et "Les enfants de la Casbah" (1963). Pour ce qui est de ses oeuvres les plus connues à la télévision, il y a lieu de citer lefeuilleton "Al massir", (Le destin) (1989) et les sketchs 3La bru et la belle mère", "Elle et lui" et "Khalti H'nifa" lors du Ramadhan. Au théâtre, la défunte a interprété plusieurs rôles notamment dans les pièces "Les fusils de la mère Kerrar",
"L'exception et la règle", "Rose rouge", "L'ogresse" et "La Maison de Bernarada Alba". Nouria qui n'a jamais été à l'école, était une véritable école qui a contribué, aux côtés de Kelthoum, à changer le regard des réalisateurs et de la société vis-à-vis de la présence de la femme au théâtre, d'autant que les rôles féminins, jadis, étaient interprétés par des hommes, mais ces deux grandes artistes avaient réussi à ouvrir la voie à plusieurs jeunes comédiennes. A travers son adhésion au théâtre national en 1963, l'interprétation féminine a été fortement boostée. Ainsi, Nouria devient une icône du quatrième art algérien, surnomée "Fleur du théâtre algérien". Plusieurs fois distinguée par le ministère de la culture et des associations artistiques, la regrettée a reçu en 2017 la médaille de mérite national du rang "Ahid".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.