Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Tebboune presse le gouvernement    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Algérie-Egypte, l'enjeu de la première place    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Le RCK et le MC El-Bayadh s'envolent    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des décharges plein la vue
BEJAIA
Publié dans L'Expression le 21 - 11 - 2006

Outre le risque de maladies multiples, les citoyens sont quotidiennement contraints de respirer les mauvaises odeurs.
Les décharges publiques sur le territoire des communes de Béjaïa sont incalculables. Elles sont si nombreuses qu'elles défigurent et polluent le paysage de toute la région. Il va sans dire qu'elles sont souvent à l'origine de désagréments divers causés à l'endroit des populations.
Outre l'odeur nauséabonde et le risque de maladies multiples, les citoyens sont contraints de respirer des fumées qui s'y dégagent quotidiennement. La gestion des déchets reste, pour ainsi dire, problématique un peu partout.
A chacune des sessions de l'assemblée populaire de wilaya, le problème ne manque pas d'être soulevé. A chaque fois, des solutions, fiables ou pas, sont avancées sans pour autant que la situation ne change. Elle n'en finit pas en fait de se dégrader à telle enseigne que cela paraît étrange.
Etrange d'autant plus que les solutions proposées sont non seulement dépassées mais aussi rejetées par les citoyens. A Sidi Aïch, le centre d'enfouissement proposé pour recevoir les déchets ménagers de plusieurs communes s'est heurté à une forte opposition citoyenne. Le maire a dû batailler en fin de compte pour éliminer la décharge à l'entrée de la ville par un coup de force.
Entendre par là une bataille sans merci contre les pollueurs, qui, en dépit de la mise en place de barrières, continuaient à déverser leurs poubelles sans se soucier aucunement. Dans les communes rurales, les petites décharges publiques sont légion. Presque chaque village en est pourvu d'une ou deux.
Dans ces localités, l'organisation villageoise se charge fort heureusement, de l'incinération régulière.
Récemment, un conflit a éclaté entre la commune de Souk Oufella et celle de Chemini autour, justement, d'une décharge publique. Lorsque la première avait décidé d'interdire à la seconde de jeter ses ordures sur son territoire, le maire de Chemini a réagi par une coupure de l'eau potable qui prend source à partir de son propre territoire.
Du tac au tac, qui n'a trouvé de solution qu'après l'intervention de l'opposition au sein de l'assemblée de Chemini pour remettre les choses en leur état initial. Quant au ramassage d'ordures par les services publics, on n'en est pas encore là.
Les 14 communes qui longent les deux rives de la Soummam ne s'embarrassent pas de leurs ordures, faisant de cette rivière, un réceptacle grandeur nature. Sur la côte ouest de la wilaya, la commune d'Aokas n'arrive pas à dénicher un emplacement adéquat pour recevoir une décharge publique, les autorités communales ont été amenées alors à l'implanter au niveau de la plage Sidi Rihane.
En dépit de la proximité de cette décharge avec la zone touristique et le centre-ville, les services concernés recourent à l'incinération des déchets sans procéder au tri des ordures toxiques, plus que nuisibles pour la santé publique.
Même constat à Tichy où les autorités locales ont été contraintes de créer un lieu de décharge au milieu d'une forêt de chêne-liège, qui n'est autre qu'un terrain non aménagé et non loin d'une grande agglomération de plus de 6000 âmes. Outre les émanations qui se dégagent de l'opération d'incinération et qui affectent les villages environnants, ces décharges sauvages peuvent donner lieu aux départs d'incendies et aux risques de contamination de la nappe phréatique.
Plus loin, d'autres communes jettent leurs déchets tout simplement dans l'oued Agrioune qui les traverse et les crues se chargent de les charrier jusqu'à la mer.
La gestion des déchets ménagers reste donc un casse-tête chinois pour les autorités locales.
Ces dernières, quoi qu'elles fassent, sont loin de pouvoir atténuer, un tant soit peu, les effets néfastes de ces décharges, autant sur la santé des citoyens que sur l'environnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.