L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    L'apport de l'agriculture à la croissance    Bâtiment et Construction : Nécessité de transformer les idées innovantes en produits industriels    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Coupes africaines (16es aller) : Bons résultats des clubs algériens    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    Concours de recrutement à Sonatrach: Plus de 6.000 inscrits à Ouargla    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Une victoire et beaucoup de regrets    Boudebouz a hâte de rejouer    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Bedda en rassembleur    Je suis présidentielle 2019 !    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une histoire de l'intérieur...
ETUDES D'HISTOIRE DE L'ALGERIE (18E & 19E SIÈCLES) DE TAYEB CHENNTOUF
Publié dans L'Expression le 22 - 11 - 2006

Décoloniser l'histoire, idée chère à Mohamed-Chérif Sahli et, sans doute, son heureux promoteur, a fait son beau et juste chemin.
Dans son ouvrage Décoloniser l'histoire, paru fin 1965 et que j'ai eu le plaisir de présenter, dans le quotidien El Moudjahid, Mohamed-Chérif Sahli, ce «militant dès l'origine du mouvement de libération», a fustigé «les hommes de science [qui] se sont habitués à considérer l'Europe comme le centre du monde, l'Européen et ses valeurs comme la mesure des autres hommes et de leurs valeurs». «Pour sortir de l'impasse, écrivait-il, il faut une nouvelle révolution copernicienne. Réviser l'outillage intellectuel, enrichir, élargir ou renouveler les postulats, les notions, les définitions, les théories et les valeurs afin d'exprimer, avec une ´´sympathie´´, l'humanité dans sa totalité et sa diversité. Cette révision passe, en particulier, par la décolonisation de l'histoire et de la sociologie.» Voilà l'appel, clair et net et authentique, lancé par l'auteur du formidable livre de combat, Le Message de Jougourtha, publié aux éditions en-Nahdha, Alger, en 1947.
Eh bien, voici un livre Etudes d'histoire d'Algérie (18e & 19e siècles) de Tayeb Chenntouf qui, comme déjà quelques-uns, par leur sérieux, par leur passion, par leur honnêteté, par leur compétence d'historien, se heurte doublement, semble-t-il, à un héritage historique: «la colonisation de l'histoire de l'Algérie» et les écrits qu'elle a inspirés à ses historiens. Et comment donc traiter cet héritage, un immense patrimoine historique, s'il faut encore et encore, recourir -et les accepter tels quels- aux documents puisés dans l'histoire coloniale dont le caractère essentiel est de démontrer qu'un peuple colonisé «n'a plus d'histoire ou du moins d'historiens, hormis celle et ceux du colonisateur»? Cette histoire, «notre histoire», à l'évidence, ne serait, n'est rien autre que l'oeuvre d'historiens divers cherchant, au profit du colonisateur, à ironiser tout ensemble sur le pays occupé et le peuple dominé.
Aujourd'hui, enfin libéré et formé «à la rigueur scientifique» et à «la grande école de l'expérience», l'historien algérien doit avoir, peut-être, pour tâche d'étudier et d'écrire notre passé en pleine conscience et en toute humilité. En refusant d'écrire une histoire «acceptable» où les torts des uns et les raisons des autres seraient partagés, il évitera le pire: conforter les thèses tronquées par l'historien acquis au système colonial et subordonner le critère de vérité et d'objectivité libertaire à la honteuse compromission. Et c'est par là que tout peut commencer: se libérer de son passé, se connaître, se construire, comprendre ses problèmes actuels, se reconstruire pour s'engager à vivre l'avenir que souhaitent le pays et le peuple.
Le travail de Tayeb Chenntouf incite beaucoup à la méditation positive. Car il nous est proposé, mise en exergue, cette éblouissante pensée d'Ibn Rochd: «Juger les choses du monde, c'est en connaître les causes. Notre jugement acquiert un caractère nécessaire toutes les fois que nous nous fondons sur une connaissance complète des relations causales, mais il reste une simple opinion toutes les fois que notre connaissance est incomplète.» J'y vois sous-tendue une solide volonté d'historien à chercher le vrai dans ce que les historiens de l'histoire de la colonisation ont pu dire ou penser au sujet de notre passé. Ses sources sont nombreuses, diverses, certainement instructives, mais il a parfaitement raison de rappeler en introduction que des questions -Pourquoi la colonisation? Quels sont les facteurs locaux et internationaux qui l'ont rendue possible? Quelles sont les conséquences immédiates, tardives et même actuelles sur les sociétés?- «ont hanté et hantent aujourd'hui encore, comme un spectre, les réflexions, la culture et finalement la pensée maghrébines».
Toutefois, une simple remarque: n'aurait-il pas fallu davantage d'audace scientifique de la part d'un universitaire chercheur algérien pour aborder, analyser, surtout discuter et juger librement la période algérienne étudiée (18e & 19e siècles) si importante en faits historiques et par conséquent si indispensable à la connaissance profonde de l'entité sociale algérienne sous la colonisation?'ALGERIE
(18e & 19e siècles) de Tayeb Chenntouf
O.P.U., Alger, 2004, 211 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.