Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN prend le contrôle du Sénat
ELECTIONS SENATORIALES
Publié dans L'Expression le 02 - 01 - 2007

Personne n'y croyait: le RND a créé la surprise en arrachant 12 sièges dans une élection peu ordinaire.
Le Front de libération national (FLN) est sorti vainqueur des élections sénatoriales partielles de jeudi dernier. Il rafle la mise en décrochant 29 sièges parmi les 48. Mais on attendait davantage. En se référant aux résultats des locales de 2002, on découvre que le Rassemblement démocratique et populaire (RND) ne pouvait, en aucun cas, aspirer à prendre 12 sièges. Ce résultat additionné à la quinzaine restante lui permet de garder près de trente sièges au Sénat.
C'est une positon très confortable. Elle contredit tous les pronostics, y compris ceux de la direction même du parti qui disait n'avoir aucune ambition significative dans cette élection.
Le secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia a, toutefois, fait campagne. Il a été quasiment le seul à la faire. Le FLN avait les yeux rivés sur les mouhafadhas pendant que le Mouvement de la société pour la paix (MSP) se débattait avec les retombées d'une polémique inutile provoquée par son chef, Boudjerra Soltani.
Néanmoins, la campagne de Ouyahia reste insuffisante. Il ne dispose que de 171 communes et ne préside aucune APW face au FLN qui contrôle 668 communes et 43 APW, avec 798 sièges sur un total de 1960. Mais on n'est pas à une surprise près. El-Islah - divisé entre aile légaliste et dissidence- disposant de la majorité dans 39 APC, ne prend aucun siège au Sénat, contrairement au MSP qui prend 3 sièges avec seulement 19 communes. Les indépendants prennent 3 sièges pour 77 communes. Le RCD décroche un second siège à Tizi Ouzou. Et le Front national algérien (FNA) n'a rien obtenu.
La répartition géographique a été autant apparente dans ce scrutin peu ordinaire. Là où l'administration garde un pouvoir kafkaïen, les gens ont voté RND.
On suit sa trace visible longeant les Hauts-Plateaux, d'est en ouest. Alors que le MSP est allé chercher deux sièges tout à fait au sud et un troisième à l'extrême est. Il n'a cependant pu avoir de siège au fief de son président à Tébessa. Le FLN garde une répartition nationale de ses sièges.
L'aspect renversant dans le vote des grands électeurs concerne les données chiffrées. Le RND a gagné là où il n'avait pas de majorité. Les élus du FLN ont voté contre les candidats choisis par leur propre parti, en transgressant ainsi la discipline partisane.
Certains vous diront que les candidats choisis ne sont pas les meilleurs. Pourtant, les primaires ont eu lieu dans les 53 mouhafadhas. D'autres font état d'une formidable pression exercée sur les élus -tous les élus des régions reculées- par l'administration avant et pendant l'opération de vote. Les militants qui ont voté contre leur parti savent que lorsqu'ils se retrouveront seuls face à l'administration et subiront les dépassements, leur parti ne lèvera pas le petit doigt pour les défendre.
Enfin, le dernier aspect concerne les conséquences sur les élections législatives. En plaçant le RND en bonne position, l'administration lui donne une longueur d'avance sur les autres partis. Il est désormais second au Sénat et ne peut, logiquement, que la garder à l'APN, dira-t-on. Mais rien n'indique que les paramètres qui ont permis au RND de garder une bonne place au Sénat militeront pour un meilleur résultat aux législatives.
Il faudra attendre les lois électorales et les conditions dans lesquelles elles se dérouleront pour se prononcer sur l'issue du prochain scrutin.
Les sénatoriales de jeudi dernier ont installé un équilibre dans la seconde institution de l'Etat, en attendant les élections locales et de wilayas de l'automne prochain, qui changeront fondamentalement la configuration du Sénat, dans les trois prochaines années, et détermineront les futurs équilibres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.