Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rêve d'Ismaïl Samsom revisité
EXPO-RETROSPECTIVE AU MUSEE NATIONAL DES BEAUX-ARTS
Publié dans L'Expression le 24 - 02 - 2002

C'est comme entrer dans l'intimité de l'artiste que de visiter ses tableaux gorgés de vie, colorés de sensualité mais aussi d'angoisse « déroutée »...
En effet, c'est à l'un des plus grands artisans de la peinture algérienne que le Musée national des Beaux-Arts rend actuellement hommage à travers une exposition-rétrospective rassemblant quelque 80 tableaux parmi ses 1000 oeuvres! L'expo, dont le vernissage a eu lieu mercredi dernier, a réuni un nombre impressionnant de visiteurs et a été marquée notamment par la présence du ministre de la Communication et de la Culture, M.Abbou, qui n'a pas manqué de souligner toute «sa joie de partager avec les amoureux du beau ce jour qui célèbre le génie expressif qu'était Ismaïl Samsom». Aussi, un bon nombre de personnalités du corps diplomatique ainsi que des amateurs d'art étaient là sans oublier les amis, proches ou membres de la famille du défunt, disparu il y a maintenant 14 ans de cela.
Autodidacte, Smaïl s'est retrouvé paralysé des membres inférieurs en 1957 à la suite d'une balle reçue à Paris en pleine période de guerre. C'est à l'hôpital où il a séjourné qu'un ami en lui rendant visite lui apporta pour se distraire ce qui va constituer plus tard son matériau essentiel de création, notamment de la peinture...
C'est là où sa nouvelle voie fut tracée et sa vie jalonnée d'aventures, de courage et de gaieté jusqu'au jour fatidique, du 5 juillet 1988, où il disparut à la suite d'un cancer à l'âge de 54 ans.
Issu d'une famille d'artistes, son père était musicien, cofondateur de la «Djemaiat El-Maoussilia» ce qui a incité très tôt Ismaïl à jouer de certains instruments de musique comme la guitare, le tar ou la derbouka. La mère l'initia au dessin à travers ses travaux de broderie, de r'cham et de tarz. Aussi, c'est grâce à la peinture qu'il a pu exorciser les méandres de ses tourments, ouvrant ainsi les portes de son subconscient pour en extraire les plus belles oeuvres d'art, lesquelles sont les témoins ou le reflet d'un sentiment enfoui ou d'une émotion révélée sous différentes techniques picturales (huiles sur toile, dessins et miniatures). L'ensemble des oeuvres qui sont exposées au musée proviennent en grande partie des collections de la famille du défunt, de ses proches ou de collectionneurs mettant en exergue les différentes étapes de son parcours artistique, allant du figuratif à la miniature en passant par l'art surréaliste qui capture le regard par le côté à la fois onirique et serein qui se dégage de lui. Peintre du «soleil» ou de «la préciosité» comme se plaisent à l'appeler les critiques, Smaïl Samsom était et restera avant tout ce peintre qui mettait tout son «coeur à l'ouvrage». Les croquis qui fleurissent sur ses différents carnets témoignent de ce profond désir d'inscrire ou de dessiner la vie en couleur, de peindre l'existence et son entourage comme il le sentait.
Originaire de Belcourt, ce quartier à l'architecture foisonnante, l'artiste aimait à le ranimer, à le raviver sous son geste furtif et soigné avec beaucoup de tendresse telle cette fille caressant son chat. Il révélait là, tout son attachement pour le terreau auquel il appartient et dans lequel il a grandi, à l'image de cette cité éclairée, La Casbah avec ses terrasses, ses ruelles tortueuses...
Aussi, des esquisses de femmes ou portraits de naïades, phantasmes de tout homme... natures mortes, paysages enchanteurs, vues sur la ville d'Alger, tout ce que l'oeil nu de l'artiste a su transfigurer sous sa palette est sublimé, sans oublier ces scènes de la vie de tous les jours, «Femmes aux pigeons» ou «aux chats» ou ces états d'âme comme la solitude, la «méditation» sont actuellement exposés au musée national des Beaux-Arts, et ce durant deux mois.
L'artiste-peintre Ismaïl Samsom, dont nous ne connaissions quasiment que le nom, faut-il l'avouer, nous surprit lorsqu'on découvrit ses superbes tableaux empreints d'une profonde poésie, haute en couleur et en sémiologie. Ce qui attirera notre regard a été incontestablement ses sublimes miniatures. La miniature, cet art dont l'artiste lui-même ne soupçonnait guère qu'un jour il allait s'y adonner avec plaisir, car croyant être le «jardin défendu» de Racim. Ismaïl a su insuffler à cette miniature une originalité par les sujets qui y sont traités avec une infinie délicatesse comme la fragilité sensuelle de ces femmes ou cette mystérieuse dame Nature... Passé, en effet, l'aspect fougueux de l'expression spontanée, c'est le calme qui succède à la maturité de l'homme qui consent à redécouvrir «le plaisir du dessin profond, et cet art, dit-on, du plaisir non partagé».
En 1967, Ismaïl se voit attribuer le prix de la ville d'Alger. C'est de l'atelier qu'il aménagera à Belcourt que jailliront les débats et les discussions les plus animés autour de la question de l'art et de la culture en général. Ce sera aussi le point de chute où se cultiveront les amitiés. Ismaïl côtoiera pour ainsi dire beaucoup de monde ici et ailleurs. il sera aimé et respecté pour son grand talent. Il compte par ailleurs plusieurs expositions en Europe. A la fin de sa vie, l'artiste décide de se retirer loin de cette vague de mondanités. Un choix qui contribuera à faire planer sur lui, sans se départir, cet étrange aura qui ne le lâchera plus. C'est à cela qu'on reconnaît les grands artistes!
Et c'est pour perpétuer son souvenir que le musée national des Beaux-Arts a organisé cette expo-rétrospective pour que nul n'oublie qui était ce grand homme, Ismaïl Samsom.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.