«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Qui payera la facture du nettoyage?
ANNABA
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2007

Pauvre citoyen obligé de payer la facture de l'incivisme de ses propres représentants au Parlement.
La fièvre des législatives est passée. La vie reprend son cours. La ville s'est réveillée crasseuse. L'affichage sauvage qui a fait rage et défiguré la ville de Annaba, n'était qu'une autre preuve de l'anarchie qui a caractérisé la campagne électorale du 17 mai. Certains candidats ne se sont pas gênés pour placarder partout leur portrait. Rien n'a été épargné. Les murs des édifices, les panneaux destinés à cet usage, tout était passé. Les candidats n'ont pas lésiné sur les moyens pour un taux d'abstention des plus bas laissant derrière eux, une ville sale.
Pourtant, les candidats ont été mis en garde contre les dérives. Mais certains se sont cru au-dessus de la loi. Aussi, ce n'est pas en décrochant un siège à l'APN, que l'on est déjà un politique. Un politicien se doit de veiller à la sauvegarde de l'environnement de la région qu'il est censé représenter. Aujourd'hui, le Conseil constitutionnel a confirmé le verdict des urnes. Passée la fièvre des législatives, les élus se terrent dans leurs bureaux, laissant derrière eux, les séquelles d'une campagne de clochardisation. La Coquette, jadis attrayante, agresse aujourd'hui le regard des visiteurs. Avec la saison estivale qui approche à grand pas, la première vitrine d'Annaba, en l'occurrence le Cours de la Révolution, est toujours couvert de portraits des candidats. Les murs des immeubles et les colonnes des arcades sont souillés par l'affichage anarchique et des graffitis de différents sigles de partis. Annaba présente aujourd'hui une image repoussante comme si elle aurait subi un cataclysme. La faute revient aux candidats à la députation. Bien que les espaces réservés à l'affichage lors de cette campagne électorale aient été installés par l'APC, aucune formation n'a respecté les mesures d'usage, ignorant ainsi les lois régissant le sujet.
Cela dit, comment des candidats à l'APN peuvent-ils représenter le peuple, si eux-mêmes ignorent le respect des lois?
Aujourd'hui, le nettoyage des façades, publiques et privées, va incomber aux citoyens. Puisque les pouvoirs publics vont puiser dans la fiscalité imposée aux contribuables pour payer la facture du nettoyage. Quelle ironie! Pauvre citoyen obligé de payer seul la facture de l'incivisme de ses propres représentants au Parlement, ignorant, ceux qui les ont aidés à mettre le pied à l'étrier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.