Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Les sociétés algériennes ont des opportunités prometteuses dans le marché africain et du Sénégal    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le rossignol est revenu cette semaine
HOMMAGE À ALLAOUA ZERROUKI
Publié dans L'Expression le 19 - 04 - 2008

Il retrouvera le métier de figaro tout en se produisant simultanément dans des cafés maghrébins comme chanteur.
Un vibrant hommage a été rendu au rossignol de la chanson kabyle, Allaoua Zerrouki, à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Du 31 mars au 3 avril, la voix de ce grand chanteur de l'émigration a empli les hauteurs de la ville des Genêts.
C'est en collaboration avec la direction de la culture et la boîte de production Mas Pro qu'un riche programme a été concocté pour l'occasion.
En effet, dès son ouverture, le visiteur pouvait admirer une exposition de photographies et d'articles de presse relatant la vie palpitante de cet artiste à la voix enchanteresse.
La première journée a été marquée par la conférence du spécialiste de la chanson kabyle de l'émigration, R. Mokhtari. Il tracera l'itinéraire du rossignol né dans le village Amalou à Akbou, un 5 juillet 1915.
De l'école coranique de la zaouïa de Sidi M'hand Ouyahia, il partira vers la ville de Béjaïa en 1935 où il exercera le métier de coiffeur.
En 1942, Allaoua Zerrouki prendra la mer, cap vers la France où il travaillera avec des amis comme mineur dans le Gard.
A Paris, il retrouvera le métier du figaro tout en se produisant simultanément dans des cafés maghrébins comme chanteur. Sa belle voix aidant, il sera encouragé par des ténors, tel Mohammed El Kamel, pour enregistrer son premier album en arabe et en kabyle, Tilifoun soni, soni en 1948.
La deuxième journée de cet hommage a été consacrée à un reportage réalisé par Chérif Mammeri sur la vie du rossignol. Faite de hauts et de bas, il connaîtra les premières blessures dues à la séparation avec sa femme. Ils reprendront par la suite, la vie commune. Il eut une deuxième chance et repartit en France en 1956. Un orage dans la vie conjugale poussa son épouse à rentrer au pays et à s'engager dans la Révolution comme infirmière. Elle mourut les armes à la main. La même année, Zerrouki enregistrera à la radio kabyle et arabe de l'Ortf l'album Ay afroukh a mmis n'lhar.
En 1959, il rendit un vibrant hommage au colonel Amirouche avec sa chanson Ya reb lehnin. La troisième journée des festivités célébrant cette voix captivante a été consacrée à la projection d'un documentaire intitulé Tanekra et réalisé à Seddouk. Pour clore cet hommage à Allaoua, sa fille, en compagnie d'artistes de renom ont tenu à marquer leur présence et leur reconnaissance à ce talent scintillant. C'était l'occasion pour ses amis encore vivants, de venir délivrer leurs témoignages. Allaoua, qui décéda en France, un certain 17 novembre 1968 à l'hôpital Saint André des Arts à l'âge de 53 ans, fut enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.
La dernière journée a été marquée par la présence de grandes figures de la chanson kabyle comme Akli Yahiaten, Hacène Abassi, Taleb Rabah et Djamel Allam.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.