Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    Real - Ancelotti : "Les jeunes n'ont pas joué comme ils savent le faire"    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Tottenham : Conte ne lâche pas Tuchel après leur altercation    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    La nouvelle stratégie    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Soudan: au moins 52 morts dans des inondations    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    L'Algérie présente ses condoléances    Une association sahraouie condamne les violations de l'occupant marocain contre la famille du militant Ghali Bouhela    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Maroc: plus de 60% des jeunes diplômés universitaires sont au chômage    Egypte: 41 morts dans l'incendie d'une église au Caire    Secousse tellurique de magnitude 2,5 degrés dans la wilaya de Tipaza    Festival de musique et chant Chaouis de Khenchela: la 10è édition en août    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation à la bonne utilisation du GPLc    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le rossignol est revenu cette semaine
HOMMAGE À ALLAOUA ZERROUKI
Publié dans L'Expression le 19 - 04 - 2008

Il retrouvera le métier de figaro tout en se produisant simultanément dans des cafés maghrébins comme chanteur.
Un vibrant hommage a été rendu au rossignol de la chanson kabyle, Allaoua Zerrouki, à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Du 31 mars au 3 avril, la voix de ce grand chanteur de l'émigration a empli les hauteurs de la ville des Genêts.
C'est en collaboration avec la direction de la culture et la boîte de production Mas Pro qu'un riche programme a été concocté pour l'occasion.
En effet, dès son ouverture, le visiteur pouvait admirer une exposition de photographies et d'articles de presse relatant la vie palpitante de cet artiste à la voix enchanteresse.
La première journée a été marquée par la conférence du spécialiste de la chanson kabyle de l'émigration, R. Mokhtari. Il tracera l'itinéraire du rossignol né dans le village Amalou à Akbou, un 5 juillet 1915.
De l'école coranique de la zaouïa de Sidi M'hand Ouyahia, il partira vers la ville de Béjaïa en 1935 où il exercera le métier de coiffeur.
En 1942, Allaoua Zerrouki prendra la mer, cap vers la France où il travaillera avec des amis comme mineur dans le Gard.
A Paris, il retrouvera le métier du figaro tout en se produisant simultanément dans des cafés maghrébins comme chanteur. Sa belle voix aidant, il sera encouragé par des ténors, tel Mohammed El Kamel, pour enregistrer son premier album en arabe et en kabyle, Tilifoun soni, soni en 1948.
La deuxième journée de cet hommage a été consacrée à un reportage réalisé par Chérif Mammeri sur la vie du rossignol. Faite de hauts et de bas, il connaîtra les premières blessures dues à la séparation avec sa femme. Ils reprendront par la suite, la vie commune. Il eut une deuxième chance et repartit en France en 1956. Un orage dans la vie conjugale poussa son épouse à rentrer au pays et à s'engager dans la Révolution comme infirmière. Elle mourut les armes à la main. La même année, Zerrouki enregistrera à la radio kabyle et arabe de l'Ortf l'album Ay afroukh a mmis n'lhar.
En 1959, il rendit un vibrant hommage au colonel Amirouche avec sa chanson Ya reb lehnin. La troisième journée des festivités célébrant cette voix captivante a été consacrée à la projection d'un documentaire intitulé Tanekra et réalisé à Seddouk. Pour clore cet hommage à Allaoua, sa fille, en compagnie d'artistes de renom ont tenu à marquer leur présence et leur reconnaissance à ce talent scintillant. C'était l'occasion pour ses amis encore vivants, de venir délivrer leurs témoignages. Allaoua, qui décéda en France, un certain 17 novembre 1968 à l'hôpital Saint André des Arts à l'âge de 53 ans, fut enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.
La dernière journée a été marquée par la présence de grandes figures de la chanson kabyle comme Akli Yahiaten, Hacène Abassi, Taleb Rabah et Djamel Allam.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.