Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le prix du lait en sachet n'augmentera pas»
LE DIRECTEUR GENERAL DE L'ONIL RASSURE
Publié dans L'Expression le 15 - 05 - 2008

La moitié de la quantité de lait en poudre importée profite au secteur privé.
L'Etat n ‘est pas en mesure d'aller au-delà de la subvention consacrée au lait en poudre importé. Le kilo de poudre payé par le Trésor public à 320DA est cédé aux unités de production à 159DA, «ce qui leur permet de réaliser une marge bénéficiaire assez importante», a annoncé hier, le directeur général de l'Office interprofessionnel du lait (Onil), M.Benyoucef Mohamed Tahar. La moitié de la quantité importée, 6200 tonnes profite au secteur privé. Ajoutant les 6000 tonnes distribuées aux unités du secteur public, et la production nationale évaluée à près de 2,5 milliards de litres, Benyoucef constate que les besoins locaux sont largement bien couverts. Rien ne motive, selon lui, les craintes soulevées par les producteurs de lait en sachet, encore moins la revendication d'augmenter à 10DA le prix du sachet vendu actuellement à 25DA. «Le marché sera approvisionné d'une manière normale. L'Etat a pris en charge très au sérieux ce dossier. A l'heure actuelle, je peux, affirmer qu'aucune des unités à travers le pays n'est en panne de matière première» rassure-t-il. Au mois d'avril les producteurs ont demandé, lors d'une rencontre organisée à Blida, l'augmentation du montant de la subvention du litre de lait qui est actuellement de 7 dinars, et ce, au vu de la hausse des prix de l'aliment du bétail. Les producteurs insistent sur le fait qu'ils sont pénalisés en cédant le sachet de lait à 25DA. A cet effet, ils ont appelé à une réduction du montant de la TVA. La problématique du lait, selon M.Benyoucef, passe inéluctablement, par l'encouragement de la production nationale. Dans ce sens, il affirma que l'amélioration de la collecte de lait figure parmi les priorités de l'Etat «qui aspire à réduire la facture d'importation de la poudre de lait, estimée à 700 millions de dollars.» Il est à rappeler que la filière lait, qui connaît une croissance annuelle de 8% avec un taux de collecte inférieur à 15% des besoins nationaux, reste fortement dépendante de l'importation de poudre de lait. Le déficit de sa production en lait frais, est estimé à environ 1 milliard de litres par an, alors que le seuil pour une autosuffisance est de 3,2 milliards de litres par an.
La substitution du lait cru à la poudre reste encore insuffisante en raison d'un déficit dans les structures de collecte et du coût élevé de cette dernière. La production de lait pasteurisé représente 90% de l'activité des laiteries et elle est tributaire des importations de la poudre de lait alors que le lait de vache collecté a un taux d'intégration de 30%. Le pays compte 900.000 vaches laitières. Là, encore, la balle est dans le camps des autorités publiques pense le directeur de l'Onil. «L'importation des vaches laitières, essentiel pour réaliser l'autosuffisance, doit absolument être soutenue par l'Etat.» Les résultats, conclut-il, vont se concrétiser dans quatre à cinq ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.