Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



200 marines débarquent en Mauritanie
L'AFRICOM ENTAME-T-ELLE SES PREMIÈRES MISSIONS EN AFRIQUE?
Publié dans L'Expression le 03 - 07 - 2008

Selon un journal américain, d'autres renforts portant beaucoup plus sur les différents équipements et d'autres produits alimentaires, sont attendus dans l'avenir.
Le commandement américain fait son premier pas en Afrique. Attendus au Sahel, les Américains pénètrent plutôt par les côtes atlantiques. La Mauritanie serait, semble-t-il, la fenêtre qui ouvre aux Américains le territoire africain. Déjà, 200 marines de l'armée américaine ont été dépêchés en Mauritanie. L'information a été publiée cette semaine par un journal américain. Cette source indique que ces soldats sont arrivés en Mauritanie depuis plus de deux mois. Ils sont installés dans la ville de Atar, sise au centre-ouest du pays, aux frontières avec le Mali. Cette ville est située à quelques kilomètres de l'océan Atlantique. Le rédacteur de l'article souligne que l'ambassadeur américain à Nouakchott, Mark Boulware, s'est rendu trois fois en l'espace de deux mois dans cette localité.
L'arrivée des Américains a été estimée comme étant un premier pas vers l'objectif de l'Africom. La visée avouée de cette mission est d'apporter «une aide humanitaire» à l'armée mauritanienne. Le même article signale que d'autres renforts sont attendus dans les prochains jours. Se référant aux déclarations du premier responsable de l'Africom, Max Blumenfield, le même quotidien indique que le prochain renfort portera beaucoup plus sur les différents équipements et d'autres produits alimentaires.
Washington avait formulé son souhait, auprès du pouvoir mauritanien, de faire de ce pays un siège pour l'Africom. Une demande qui a suscité du bruit. La classe politique mauritanienne était divisée. L'opposition a mis son veto au projet. Elle a prévenu le gouvernement qu'elle refuse l'installation d'une base militaire étrangère dans le pays. Elle est allée jusqu'à menacer de mener des manifestations pour faire capoter la demande américaine. Dans la forme, le «geste» américain peut être qualifié de «louable». Les marines viennent pour une «aide humanitaire». Mais rien ne se fait pour rien. Car, dans le fond, c'est loin d'être le cas. La politique américaine n'est jamais fondée sur le hasard. La cause humanitaire n'est en réalité qu'une couverture confortable.
Les Américains sont loin d'être motivés par les «aides humanitaires». La raison principale de leur présence est liée à l'entraînement des armées des pays de la région. Ils souhaitent, également, moderniser les armées du continent noir et leurs systèmes d'armement, ouvrant une brèche en Afrique, monopole de l'Europe, pour son industrie militaire. La majorité des pays africains coopèrent toujours avec leurs anciens colonisateurs (européens), que ce soit dans l'entraînement des armées que dans l'achat d'armes et de munitions. Donc, l'entrée des Etats-Unis et ses offres d'assurer l'entraînement aux armées locales est déjà un signal fort annonçant une rivalité entre les complexes militaro-industriels américains et européens. Le président George W.Bush a souhaité créer un commandement américain pour l'Afrique. Pour lui, les problèmes de sécurité dans ce continent peuvent être réglés à partir d'une présence américaine dans le continent noir.
Le général Ward, un haut responsable de l'Africom, a affirmé, lors d'une tournée en Tunisie et au Maroc, que la menace d'«Al-Qaîda dans les pays du Maghreb islamique» nécessite une coopération à «long terme» avec les pays africains afin d'assurer la sécurité et la stabilité de la région. Vu la situation stratégique de l'Algérie au carrefour de l'Afrique, de l'Europe et du monde arabe, les Américains avaient exprimé leur souhait d'installer cette base sur le sol algérien. Alger n'a pas donné suite. «Pas de base américaine sur le sol algérien», a alors indiqué le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci.
L'information a été démentie aussi bien par la partie algérienne que celle américaine. L'Algérie déclare n'avoir reçu aucune demande officielle des Etats-Unis. Robert S. Ford, ancien ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, a déclaré la semaine dernière que son pays n'a jamais demandé «officiellement» d'installer l'Africom en Algérie. Au-delà des positions des uns et des autres, les USA continuent à chercher un territoire africain (sahélien de préférence) pour s'installer en Afrique. Lors de cette même tournée en Tunisie et au Maroc, le général Ward a animé une conférence de presse dans ce dernier pays il parla de «l'intelligence de coopération militaire».
En Tunisie, il a assisté aux manoeuvres des forces tunisiennes dans la base de Bizerte. Celle-ci s'inscrit parmi les cibles des Américains. Ils veulent en faire une base permanente. Pour rappel, Bizerte était l'une des bases les plus importantes de l'armée française durant la colonisation de l'Afrique du Nord. Dans une interview accordée au journal Al-Hayat, le général Ward réitère que les USA ne demandent pas aux autorités tunisiennes de fournir les équipements aux forces américaines dans Bizerte.
C'est un signe que les Etats-Unis cherchent, d'une manière ou d'une autre, à renforcer leur présence sur le continent noir, notamment dans la bande sahélienne. Dès lors, la présence de militaires américains en Mauritanie doit-elle être comprise comme un premier pas de l'Africom en Afrique? Les jours et les semaines à venir nous en diront sans doute un peu plus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.