La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barkat tend l'oreille aux pharmaciens
ALORS QUE TOUT MOUVEMENT DE GRÈVE EST ECARTE
Publié dans L'Expression le 24 - 07 - 2008

Le syndicat se démarque totalement de la grève décrétée pour le 29 juillet par les pharmaciens de la wilaya de Annaba.
Le syndicat des pharmaciens d'officine (Snapo) est confiant quant à la prise en charge des ses revendications. En effet, une audience aura lieu dans les prochains jours entre le syndicat et le ministre de la Santé, pour régler les différentes doléances formulées par le syndicat. «Nous avons été officiellement contactés, la semaine dernière, par le ministre nous demandant de nous préparer à une réunion tout prochainement», a déclaré, hier, à L'Expression le chargé de la communication au Snapo, M.Belambri. C'est un signe fort de la part de la tutelle pour trouver un terrain d'entente, estime notre interlocuteur. Le représentant syndical a écarté toute action de protestation «qui risque de perturber la sécurité sanitaire de nos malades». Le Snapo, souligne-t-il, reste attaché au dialogue et est «sûr» que ses revendications seront prises en considération «car basées sur la justice sociale et la protection de l'exercice pharmaceutique». Dans ce contexte, M.Belambri a affirmé que son organisation syndicale se démarque totalement du mouvement de grève décrété pour le 29 juillet prochain par les pharmaciens de la wilaya de Annaba. Il explique que la question relative aux marges bénéficiaires est une doléance que le syndicat tentera de régler à l'échelle nationale. Cependant, pour le problème de la Cnas, soulevé par les protestataires à Annaba, M.Belambri a précisé qu'il est réglé par cette structure. «La Cnas a décidé, dans un communiqué, d'accorder aux pharmaciens qui accusent un retard dans leur paiement, une avance à hauteur de 100% de leur facturation», a-t-il fait savoir et d'enchaîner: «Nous appelons tous les pharmaciens d'officine à observer la sagesse car il n'y a aucun motif valable pour qu'une grève soit décidée.» Par ailleurs, notre interlocuteur a dénoncé la décision «irresponsable» de fermeture des 10 officines dans la wilaya de Naâma. «La décision a été prise d'une manière arbitraire. De plus, les inspecteurs ne sont pas habilités ou qualifiés car ils ne sont ni des pharmaciens ni des praticiens. Ce sont de simples agents de la direction de la santé de la wilaya», a-t-il fait remarquer. Il poursuit aussi que les pharmaciens n'ont pas été mis en demeure ou invités à remédier aux anomalies relevées. Concernant les motifs, notre interlocuteur explique que la loi ne punit pas l'absence temporaire du pharmacien car ce dernier est obligé de sortir quotidiennement pour au moins régler les ordonnances de la Cnas. «La loi stipule que l'absence du pharmacien pour la gestion courante de son officine ne doit pas faire l'objet de sanctions», ajoute-t-il. Le Snapo a, à cet effet, adressé un courrier au ministre de la Santé, lui demandant d'intervenir pour annuler les décisions de fermeture, indique M.Belambri. «Nous appelons toujours à l'assainissement de la profession mais il ne faut pas qu'il y ait des dépassements», insiste-t-il. Pour rappel, 8 officines situées dans les villes de Mecheria et Aïn Sefra à Naâma ont été fermées pour une durée d'un mois «pour non-respect des instructions ministérielles relatives aux règles de gestion des pharmacies».
Ces décisions de fermeture interviennent après que des inspecteurs de la santé de la wilaya eurent, conséquemment à des visites inopinées, adressé des mises en demeure aux propriétaires pour «non-respect de ces instructions», selon les déclarations de la DSP de la wilaya reprises par l'APS. Parmi les causes ayant motivé ces décisions, l'absence de pharmacien habilité à vendre des médicaments, le non-isolement des produits pharmaceutiques périmés pour leur éventuelle incinération, outre l'absence de registres de vente de comprimés neuroleptiques et de listes contenant les quantités de comprimés commercialisés sur ordonnance du médecin spécialiste, ainsi que le non-respect des conditions de stockage et d'exposition de genres de produits pharmaceutiques. Selon la direction de la santé, deux officines «épinglées» n'ont pas encore reçu les décisions de fermeture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.