Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Vos accusations sont infondées»
ZERHOUNI À MOHAMMED VI
Publié dans L'Expression le 11 - 11 - 2008

Le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales récuse fermement les accusations portées contre l'Algérie par le souverain alaouite.
Noureddine Yazid Zerhouni a réagi aux derniers propos du souverain alaouite: «Personne ne peut accuser l'Algérie de manoeuvres ou de tentatives de balkanisation du Maghreb arabe». En des termes clairs et sans équivoque, M.Zerhouni a réfuté les déclarations de Mohammed VI.
Le roi marocain a accusé, jeudi dernier, l'Algérie de tentatives de balkanisation du Maghreb et d'être à l'origine du blocage des négociations au Sahara occidental, comme il est revenu sur la question de la réouverture des frontières entre les deux pays. «Elle met (l'Algérie) tout en oeuvre pour faire perdurer la situation actuelle, qui fait planer les périls de la balkanisation sur la région du Maghreb et du Sahel», a encore dit le souverain alaouite.
Trois jours après cette «déclaration royale», Alger met les points sur les «i». «L'histoire démontre que de telles accusations sont infondées», a déclaré d'emblée, le ministre de l'Intérieur, hier devant la presse, en marge de la cérémonie commémorative des inondations du 10 novembre 2001 à Bab El-Oued. Pour l'édification de l'UMA, M.Zerhouni a réitéré que l'Algérie rêve toujours de construire ce Grand Maghreb. «Nous avons toujours rêvé de l'édification d'un Grand Maghreb arabe et nous avons toujours lutté pour cet idéal», a rappelé le ministre de l'Intérieur.
Et de s'interroger sur la conception de ce Maghreb: «La véritable question qui devrait être posée est quel Maghreb arabe veut-t-on édifier?» M.Zerhouni n'a pas omis de rappeler l'intérêt qu'il y avait à construire cet ensemble communautaire qu'est le Grand Maghreb. «S'agit-il d'édifier un Maghreb au service de ses peuples, ou s'agit-il alors d'autre chose aux objectifs obscurs?» s'est-il interrogé. Sur le même sujet, M.Zerhouni a précisé qu'il «ne s'agit pas de construire un Maghreb où les uns gagnent et les autres perdent. Le Maghreb ne se limite pas seulement au Maroc et à l'Algérie. Il faut que tous les peuples vivant dans cet espace trouvent leurs places». En mars dernier, déjà, le souverain chérifien avait évoqué la question de la construction du Maghreb et de la réouverture des frontières. C'était encore M.Zerhouni qui avait apporté les précisions qui s'imposaient au roi du Maroc: «Les citoyens maghrébins sont pour une démarche unitaire, cohérente et complémentaire», souligne le ministre de l'Intérieur, en référence au conflit opposant le Royaume chérifien au Front Polisario. Sur la question des frontières, M.Zerhouni a expliqué que «le problème de la circulation aux frontières ne peut être dissocié d'une approche globale de ce que nous voulons faire de notre Maghreb».
Le Maroc fait le forcing sur l'Algérie pour ouvrir la frontière terrestre ouest. Celle-ci a été fermée en 1994, après que le Maroc eut accusé l'Algérie d'être impliquée dans les attentats de Marrakech, imposant des visas aux citoyens algériens souhaitant se rendre au Maroc, et organisé une chasse aux Algériens résidant dans le Royaume. Sur cette question, l'Algérie a affirmé à diverses reprises que la frontière resterait fermée jusqu'à ce que les deux pays aient apuré la totalité des contentieux encore en suspens.
Dans un entretien accordé à l'agence Reuter, le Président Bouteflika avait indiqué que l'ouverture des frontières avec le Maroc, interviendra «lorsque seront levés tous les obstacles qui l'empêchent actuellement». «Le problème de la circulation aux frontières ne peut être dissocié d'une approche globale de ce que nous voulons faire de notre Maghreb.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.