La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'impunité ne sera pas éternelle
LES LEÇONS DE GHAZA
Publié dans L'Expression le 22 - 01 - 2009

Dans cette guerre, il y a un agressé et un agresseur, un colonisé et un colonisateur, un opprimé et un oppresseur.
Ghaza. Le monde a vécu des moments tragiques, des dialogues de sourds, le détournement du sens des mots et de la censure, l'émotion face au carnage, le sentiment d'impuissance, de révolte. Cette guerre, question archi-politique et non religieuse, ni raciale, doit être interrogée. C'est un tournant dans les relations et les imaginaires entre les Palestiniens et les Israéliens, le Nord et le Sud, le monde musulman et l'Occident. Pour tous les analystes objectifs, un fait fondamental doit être gardé en vue quelle que soit la divergence des opinions: dans cette guerre, qui bafoue tous les principes, il y a un agressé et un agresseur, un colonisé et un colonisateur, un opprimé et un oppresseur.
Première leçon: Prise de conscience
Face à l'arrogance sioniste, la brutalité de sa soldatesque et la gravité de la situation, les peuples arabes, et des responsables politiques réagissent d'abord émotionnellement. Cependant, partout, l'immense majorité des manifestants ont fait preuve de maturité, gardé leur sang- froid, respecté les lois de la Cité, et ne sont pas tombés dans le piège des provocations. Peu ont appelé à la guerre, mais la plupart ont demandé l'arrêt de l'agression d'une population totalement démunie, soumise au blocus et aux bombardements. Cependant, des régimes arabes, malgré leur riche histoire nationaliste, sont paralysés par la crainte de voir une seule faction de la résistance, à l'idéologie contestée, profiter de la situation. Obnubilés par le rapport de force, prisonniers de visions défaitistes, ils se retrouvent incapables d'une analyse historique qui permet de définir leur stratégie. La tragédie de Ghaza risque de se répéter si la priorité n'est pas donnée à la mise en ouvre de mesures concrètes de pression, à de nouvelles alliances et à la volonté politique. Les armes de notre temps sont avant tout économiques et informationnelles. Il s'agit de comprendre les enjeux, de soutenir le mouvement de libération, et d'amener les adversaires à s'inscrire dans la négociation, sur la base du droit et non point de la loi de la jungle. Au sein des Palestiniens, pour défendre leur intérêt fondamental, l'indépendance et la liberté, il y a une unité à fonder, une stratégie à concevoir et un coût à assumer. La lutte de libération dans notre pays a triomphé sur ces bases. La résistance palestinienne, malgré ses limites, vient de démontrer qu'elle est capable de sacrifices.
Deuxième leçon: Tirer les leçons du passé
Le monde arabe et musulman commence à prendre conscience que durant des décennies, il n'a pas su gérer cette question centrale. La proposition de paix, adoptée à l'unanimité des pays arabes depuis 2002, fondée sur la normalisation avec Israël, en échange des territoires occupés en 1967, est conséquente. Mais elle restera ignorée si des mesures concrètes de sont pas prises. Des régimes arabes et ces dernières années des groupes manipulés, ignorants des réalités du monde, ont succombé à la provocation, alimentant la peur et la propagande islamophobe, dans le contexte de la mondialisation de l'insécurité. De leur côté, les Israéliens et des Occidentaux ne voient pas l'injustice, la disproportion entre les deux situations, celle de l'agresseur, Israël, face à celle de l'agressé, le Palestinien. Trop d'Israéliens et d'Occidentaux sont intoxiqués par la propagande sioniste qui est pourtant l'anti-judaïsme et l'anti-humanisme. Sans correction de l'autisme israélien et occidental, par des pressions arabes constructives, dont il faut supporter les conséquences, contrecarrer la désinformation au sujet de la juste cause palestinienne, restera une mission impossible, même si, fait décisif, Ghaza est devenue le symbole des opprimés, des faibles et des discriminés.
Troisième leçon: Changer la vision de l'Occident
Il faut tenir au droit à la critique. Le monde musulman a prêté le flanc. Si un travail de fond n'arrive pas à élever le niveau, rester à la fois ouvert et ferme et changer le regard de l'Occident au sujet de l'Orient, une guerre de mille ans s'annonce. La politique du deux poids, deux mesures, flagrante, au détriment des Palestiniens, a pris des proportions inadmissibles. Elle est, en outre, contraire aux intérêts des pays occidentaux. Cela ruine leur crédibilité, la sécurité de tous et l'idée d'un ordre mondial juste. L'Europe n'est pas quitte avec son passé. Des pouvoirs en Occident, traumatisés par le génocide des juifs d'Europe, ont encore mauvaise conscience.
L'instrumentalisation de l'innommable, la Shoah, constitue le socle du fait qu'Israël se place au-dessus de toute loi. L'inconscient collectif israélien a des difficultés à assumer l'histoire du judaïsme. Le sionisme, source de la politique inique mise sur le souvenir de la Shoah et la peur pour la mise au silence de toute critique à l'encontre de sa politique sauvage. L'Israélien gère l'immense catastrophe qu'a été pour lui la Shoah, par son exploitation pour se réfugier dans l'impunité. Il amplifie et ne montre que la souffrance des siens. L'agression sadique et la répression inhumaine du peuple palestinien sont à la fois le résultat de cette histoire et de calculs étroits liés à l'ambition d'hégémonie, à la désinformation, à la confusion entretenue au sujet de l'extrémisme mis en avant comme un épouvantail. Pour obtenir l'aval de la communauté internationale en vue de coloniser, de réprimer, de dominer, la propagande sioniste stigmatise, alimente le choc des civilisations, diabolise et inculque que tout musulman serait un extrémiste. Fondée sur l'amalgame, elle fait diversion, même si l'opinion internationale n'est pas dupe et que des courants dénoncent le bellicisme et les crimes de guerre. Le sionisme banalise le mal et fabrique des ghettos. L'impunité ne peut durer éternellement, si les Palestiniens sont unis et sauront conduire leur résistance, comme par l'Intifadha qui est un noble et original mouvement populaire.
Quatrième leçon: Cette guerre est une diversion
Comble de la partialité, les Occidentaux, décident de désarmer le Palestinien, la victime, le colonisé, et lui demandent de reconnaître son bourreau. L'Occident dit assurer la sécurité au colonisateur et évite de garantir au colonisé sa libération. Le cynisme consiste à projeter des mesures d'aide humanitaire, au lieu de prévoir une conférence internationale pour le règlement définitif de la création de l'Etat palestinien. Ghaza impose une question: comment Israël et les USA, et des pays européens consentants, peuvent -ils s'imaginer obtenir sécurité et paix en violant les règles de la guerre et en semant la mort et la haine? Ce n'est pas un simple aveuglement, ou un racisme ordinaire. Israël et ses alliés considèrent que l'obstacle à l'hégémonie des USA, et du libéralisme sauvage, en premier lieu, est constitué par les peuples de culture musulmane. Un problème politique, la colonisation de la Palestine, est perçu comme stratégique dans les relations entre l'Occident et le reste du monde. L'invention d'un nouvel ennemi, a pour but non pas de lutter contre le terrorisme, mais de faire diversion, d'empêcher que les questions des crises et des inégalités que vit l'humanité soient abordées. L'Islam, perçu comme l'autre version de l'humain, est visé. Les réactions irrationnelles qui revendiquent son nom ne peuvent servir de prétexte à la guerre contre les musulmans. Empêcher que le peuple palestinien accède à l'indépendance c'est créer un abcès de fixation, une diversion, pour barrer la route au débat au sujet du système dominant. La vision idéologique postjudéo-chrétienne de l'histoire, cherche à imposer un seul langage et une seule conception de la modernité. Pour être à la hauteur du défi, le monde musulman doit revivifier ses capacités de civilisation, pas seulement se plaindre.
Cinquième leçon: La violence est totale
Il faut changer le rapport de force par une réponse globale, politique, culturelle économique. Il est logique d'affirmer que la question n'est pas religieuse. La culture politique moderne refuse d'écouter, réprime, et traite de terroristes tous ceux qui s'opposent à son totalitarisme. L'entité sioniste se veut à la pointe de la répression de toute dissidence. Diviser pour régner, multiplier les colonies, pour rendre irréversible la domination, est la ligne de l'entité sioniste, qui ne peut exister que dans le bellicisme. Politique systématique de morcellement des territoires occupés, de l'apartheid. Ghaza coupée du monde. Le tout habillé par la mise en place de stratagèmes et faits accomplis aux lieu et place du droit international. La venue du nouveau président américain Barack Obama peut être une opportunité de corriger cette politique vouée à l'échec. La politique démentielle du président sortant des USA se résume dans cet accord israélo-américain, cinq jours avant la fin de son mandat, qui réduit la question de la résistance à celle d'une «contrebande d'armes». L'entité sioniste surarmée pour asseoir son rôle de gendarme du monde musulman, tente de fermer le jeu, mais il ne faut point renoncer à éclairer le nouveau président. Il s'agit de préciser que nul ne peut accepter de vivre à l'ombre d'un Etat qui ne ressemble à aucun autre, qui colonise et se place au-dessus de toutes les lois. «Terre promise» dans le discours théologique juif, concept contesté, devenant «Terre Permise».
Sixième leçon: S'allier
Personne ne peut seul faire face aux incertitudes. Dans ce contexte, dialoguer, ce n'est point accuser l'autre, refuser la critique de soi, mais comporte des conséquences: droit à la dignité, à la démocratie pour tous. Les systèmes politiques sont appelés à pratiquer l'humilité, surtout après les grands séismes politiques et leurs répliques encore visibles, des temps modernes, depuis trois siècles: colonisations rapaces de peuplement, l'innommable figuré par Auschwitz, Hiroshima, le Goulag, Sarajevo, et aujourd'hui Ghaza, qui configurent le tombeau de la modernité. Aucune époque n'a été plus sombre. Mêmes barbares, les siècles obscurs fondés sur la cruauté n'ont jamais atteint ce degré sophistiqué de la déshumanisation et du refus de l'autre, dont le régime pulsionnel vise la destruction, la domination, dans une logique du chaos, de la loi du plus fort et du risque nucléaire. C'est ce que Ghaza subit. Pourtant, l'époque est aussi sans pareille en ce qui concerne la possibilité de résister et la passion de la liberté. La violence sioniste et néo-conservatrice américaine tentent d'empêcher de réinventer une nouvelle civilisation. Une nouvelle Andalousie qui fait défaut au monde. Ce qui se joue en Palestine est aussi l'avenir du droit à la différence, du droit des peuples. La Turquie, l'Iran, le Venezuela, la Bolivie, lieux de civilisations, et d'autres, ont conscience du risque historique.
Septième leçon: Revenir au raisonnement
Ce que les peuples de culture musulmane doivent comprendre a trait au fait que la force de la politique occidentale, malgré ses contradictions, repose sur l'exercice de la raison calculante. L'être moderne prend le risque de raisonner sans états d'âme. Le mondial musulman est en crise, mais cela est conjoncturel. La régression n'est pas fatale. Ce que le moderne, de son côté, doit comprendre réside dans le fait que le musulman a participé, et le peut encore, à la civilisation. L'Occident se mondialise. Ce qui pose problème, pour d'autres cultures, c'est cette hégémonie qui est imposée. Une vision du monde qui suscite des formes de déshumanisation. Les cultures traditionnelles dans le monde succombent dans la dépersonnalisation. Les musulmans de leur côté résistent, mais sans réformes internes et créativité cela restera insuffisant. L'époque actuelle est celle où il est vital que ce qui apparaît comme monde occidental et monde musulman liés, analysent leur devenir. L'Occident ne doit pas se laisser bercer par les avancées significatives qu'il a réalisées, et encore moins influencer par les milieux acquis au sionisme. Il doit faire le bilan sur son histoire et s'interroger sur les risques qu'il fait courir à l'humanité, de par la réfutation du droit à la liberté, à la différence et les inégalités qu'il impose. Le monde musulman, compte tenu de la justesse de sa cause, ne peut céder face aux oppressions, et doit s'interroger sur ses faiblesses, les pratiques internes fermées qui nuisent à ce qu'elles croient défendre et sur l'absence de systèmes démocratiques. Cette double résistance, par rapport à la situation interne et mondiale sera salutaire si elle prend en compte ces enjeux. Ghaza est le signe avant-coureur de lendemains qui appellent à la mobilisation sur une base démocratique. A cette condition, l'impunité dont jouit l'entité sioniste, qui détruit toute idée de Cité juste, ne sera pas éternelle.
(*) Philosophe algérien
www.mustapha-cherif.net


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.