Référendum: début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    30 nouveaux notaires prêtent serment    Les islamistes reviennent à la charge    Le constat amer du PLD    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Des urnes et des prospectus publicitaires brûlés    Les agences commerciales ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    136 milliards de centimes de créances impayés    Des locaux et des terrains au profit des start-up    Le gouvernement s'engage à remettre sur pied GTH    Le jeu dangereux des Emiratis    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne l'acte terroriste «odieux» de Nice    Trump et Biden multiplient les meetings    Une présidentielle à haut risque en Côte d'Ivoire    Haidar apporte son soutien aux manifestants    Face à une deuxième vague particulièrement virulente : Nouveau confinement d'un mois sur l'ensemble du territoire français    Zakaria Boulahia et Rodolphe attendus demain    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Les Rouge et Noir se confinent !    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    "Le championnat pourra reprendre mais..."    Les nouvelles mesures du gouvernement    L'est du pays fortement touché    Des directives pour accélérer les travaux    Les habitants du quartier changent les lampes grillées    Les villageois réclament une école primaire    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    Un combat reste toujours à mener    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quatre relaxes et neuf condamnés avec sursis
PROCÈS DES 13 DETENUS DE TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 11 - 07 - 2002

A l'extérieur, devant l'esplanade de la cour, la Cadc a initié un sit-in où les nerfs étaient à fleur de peau.
Le procès en appel, des 13 détenus du mouvement citoyen, arrêtés à Draâ Ben-Khedda lors de l'organisation de la caravane antivote, s'est déroulé hier, à la cour de Tizi Ouzou. Comparaissant comme des prévenus en détention, les 13 détenus, qui avaient été condamnés à des peines allant de deux mois de prison ferme à 6 mois, avec la relaxe pour trois autres, ont eu à être défendus par un collectif d'avocats.
D'entrée, les plaidoiries se sont annoncées aussi brillantes que bien «ficelées». Après que le procureur eut requis «l'aggravation des peines» et que les chefs d'inculpation eurent été signifiés : attroupement, empêchement du déroulement du scrutin et atteinte à corps constitués, la défense a pris le relais en plaidant «la nullité des chefs d'accusation qui ne sont soutenus par aucune preuve...» Certains avocats ont même plaidé la relaxe pure et simple devant les dossiers vides. Et à un autre de demander s'il fallait une autorisation pour circuler.
La cour a donc décidé de requalifier les chefs d'accusation en ne gardant que le fait d'avoir participé à une manifestation interdite. Ce procès en appel de celui du 26 mai dernier est important dans la mesure où c'est la première fois que des délégués du mouvement citoyen sont à la barre. A l'extérieur, devant l'esplanade de la cour, la Cadc a initié un sit-in où les nerfs étaient à fleur de peau. Des slogans ont fusé et la police a immédiatement procédé à plusieurs arrestations. L'atmosphère, déjà lourde, promettait de l'être encore davantage. Heureusement, après vérification d'identité, tous les interpellés ont été relâchés. La tension a baissé plus encore quand on a appris que sur les huit interpellés lors des échauffourées de mardi, six ont été remis en liberté. Les deux autres, ayant eu, par le passé, maille à partir avec la justice, sont placés sous mandat de dépôt pour, semble-t-il, des faits qui n'ont rien à voir avec le mouvement citoyen.
Pour revenir au procès, il faut dire qu'en dehors des effets de manches, la défense s'était montrée plus que documentée et a réussi à démontrer combien la présence de ces «accusés» dans le prétoire est presque une hérésie. Les uns et les autres ont savamment contredit l'accusation et ont pu arracher un verdict, à peu près, honorable c'est ainsi que trois délégués ayant bénéficié, lors du premier procès de la relaxe, ont vu leur jugement confirmé. Quatre autres délégués ont eu à récolter une peine de 3 mois de prison avec sursis, cinq ont récolté, 2 mois de prison avec sursis et le 13e a été relaxé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.