Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une vie en poésie
HOMMAGE À MAHMOUD DARWICH À ALGER
Publié dans L'Expression le 27 - 09 - 2009

Concevoir un tel événement équivaut à «célébrer le beau, le partager avec d'autres. Parce que c'est de désir qu'il s'agit ici: désir de s'émouvoir, de penser, de s'élever», confie Sofiane Hadjadj.
Mahmoud Darwich nous a quittés le 9 août 2008. Un an après sa disparition, un hommage sera rendu du 01 au 03 octobre, à cette «splendide figure poétique» comme le qualifie Sofiane Hadjadj des éditions Barzakh, partenaire de l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel, organisatrice de cet événement. Le programme se veut d'emblée chargé et riche en hommage à la hauteur du talent et la densité poétique de cet être exceptionnel. Du moins une tentative vers ce miracle absolu. Au programme, d'abord, une exposition le jeudi 1er octobre au Musée d'art moderne et contemporain, le Mama. Intitulé «Une nation en exil», cette expo qui durera un mois est l'oeuvre de l'artiste peintre et plasticien Rachid Koraïchi, ami du poète décédé, qui proposera des gravures inspirées des poèmes de Darwich. «Un moment particulièrement fort de ma vie a été le travail avec Mahmoud Darwich à Tunis. Dans ce projet, il n'était pas question pour moi d'illustrer ses poèmes. J'aimais beaucoup ses textes et il appréciait mon travail. Je voulais donc saisir esthétiquement l'émotion à la naissance de son poème. (...)Ainsi, je suivais le jaillissement de ces textes dans une exaltante aventure picturale qui dura trois ans. (...) Il s'agissait d'ouvrager l'ensemble à la manière des Mou'allaqât», confie le calligraphe Rachid Koraïchi. Suivra un court spectacle de danse contemporaine élaboré dans l'intimité des textes de Mahmoud Darwich par la danseuse Nacéra Bealza. Dans l'enceinte immaculée du Mama, la danseuse algérienne tentera par la beauté de la danse que crée le corps, de nous restituer la belle et émouvante poésie de Darwich, cette figure de proue de la poésie palestinienne qui n'a jamais cessé de croire en la paix en étant entièrement solidaire de son peuple déraciné. Le lendemain, dans l'intimité de la Maison des artistes, Dar Abdeltif accueillera à 16h, une lecture poétique orchestrée par la poétesse Inaâm Bayoufh qui entremêlera sa voix à la beauté mélodieuse d'un oud.
Un après-midi où sera entamée aussi une résidence d'écriture entre Najwan Darwich (El Qods) et Abdallah El Hamel (Tindouf).
A 19 h, place à la musique palestinienne. La salle Ibn Zeydoun abritera à 19 h, un concert de Moneïm Adwan Quatuor, décliné entre chant, ‘oud, violon, ney et percussions. Les compositions du luthiste et chanteur palestinien Moneïm Adwan, né à Rafah, dans la bande de Ghaza, en 1970, ne manqueront pas d' émouvoir le public par ses créations s'inspirant du patrimoine traditionnel palestinien et du répertoire classique arabe. Moneïm Adwan a appris la psalmodie coranique très jeune et chante depuis son enfance le répertoire populaire et classique arabe. Il découvre le oud à 17 ans et part l'étudier à l'université de Tripoli. Ses chants, empreints de mélancolie, interprètent des textes qui parlent de l'histoire de son pays, de la vie quotidienne palestinienne, de l'amour. Sa carrière de musicien le mène aujourd'hui sur les scènes de nom-breux pays. Le lendemain, un colloque se tiendra au Mama et portera sur la vie et l 'oeuvre de Mahmoud Darwich. Un colloque qui tentera de sonder la poésie de Darwich et d'en d'ébattre tout simplement par amour de ce génie de la plume. Trois rencontres vont nous mettre en présence de proches, de compagnons de Mahmoud Darwich. Ecrivains, poètes, traducteurs, penseurs, leur travail a intimement côtoyé l'oeuvre de Mahmoud Darwich. Chacun en témoignera. Prendront part à ce colloque un riche parterre d'intellectuels, à savoir Mohammed Bennis (Maroc), Abbas Beydoun (Liban), Inaâm Bioud (Algérie), Rachid Boudjedra (Algérie), Breyten Breytenbach (Afrique du Sud), Francesca Corrao (Italie), Najwan Darwich (Palestine), Adel Karachouli (Allemagne), Rachid Koraïchi (Algérie), Luz Garcia (Espagne), Farouk Mardam Bey (France), Hakim Miloud (Algérie) et Elias Sanbar, (Palestine). Grâce à cet événement, «sa force d'évocation, sa grandeur d'âme, son génie des mots et la générosité de sa vision seront parmi nous encore, attestant de sa présence exceptionnelle, au-delà des mots et de la mort», souligne la ministre de la Culture, tandis que Sofiane Hadjadj atteste de la vie d'engagement tout entière que vouait Mahmoud Darwich à la poésie.
«Poète de la résistance», mais pas seulement, il revendiquait le droit à être avant tout un poète. Dans une quête incessante - à l'exigence sévère -, sa poésie a atteint une sublime amplitude. Mêlant le récit épique, la vie quotidienne telle qu'elle est, banale, malicieuse / grise ou en couleurs, célébrant l'amour, tout en creusant douloureusement la question du Mal, elle résonne en chacun de nous avec une bouleversante familiarité. L'idée d'organiser, ici, à Alger, un moment, une «halte», autour de Mahmoud Darwich s'est imposée à nous comme une évidence, un impératif!, souligne-t-il. Et d'ajouter: «Quand on conçoit un tel événement - quand on le porte en soi -, inquiétude et joie se côtoient. Célébrer le beau, le partager avec d'autres mène pourtant à une forme de transport. Parce que c'est de désir qu'il s'agit ici: désir de s'émouvoir, de penser, de s'élever...»
O. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.