Liberté pour Rabah Karèche    Les cours du blé stables sur Euronext    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Marathon Man    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



30 milliards de DA pour la lutte contre le cancer
5ES JOURNEES D'ONCOLOGIE
Publié dans L'Expression le 15 - 10 - 2009

Chaque cancéreux coûte à l'Etat 25 millions de DA par an.
La lutte contre le cancer ne semble pas laisser de marbre les responsables du secteur de la santé. Une enveloppe de pas moins de 30 milliards de dinars sera allouée par l'Etat pour mener à terme le prochain programme de lutte contre les différentes formes de cancer en Algérie.
Lors de l'ouverture des 5es journées de cancérologie de Constantine, le directeur de la santé et de la population de la wilaya a annoncé qu'un pareil investissement «permettra de faire face aux besoins en structures de la prise en charge pour la proximité et l'accessibilité des soins». Le même responsable a également indiqué que cette enveloppe contribuera à «l'acquisition des médicaments et le recrutement de spécialistes pour les centres anticancer (CAC) en réalisation ou en projet en Algérie».
Le traitement onéreux des cancéreux est l'un des facteurs ayant poussé à prendre une telle décision. Coûtant 20 fois plus cher que les médicaments ordinairement prescrits, le professeur Kamel Bouzid, qui est également président de la Société d'oncologie médicale basée au Centre Pierre et Marie-Curie (Alger), a précisé que «l'Etat a mis les moyens pour que tous les patients puissent en bénéficier». A ce sujet, rappelons que le coût du traitement ordinaire pour chaque malade revient à l'Etat à 25 millions de dinars par an.
Ces 5es Journées internationales de cancérologie ayant regroupé près de 500 médecins oncologues, ainsi que d'autres praticiens impliqués dans la prise en charge du cancer venus de Tunisie, du Maroc, d'Egypte, de Belgique et de France, permettront «de mettre à jour les connaissances des praticiens et de faire connaître les nouveaux traitements». D'autant plus que la thématique centrale de cette manifestation s'articule autour des «thérapies ciblées en cancérologie» ou les médicaments attaquant «uniquement les cellules malades».
Par ailleurs, le cancer qui est un terme générique désignant plus de 200 maladies différentes, touche chaque année en Algérie plus de 35.000 personnes. La plupart de ces cas sont diagnostiqués à un stade avancé. Cela est souvent dû à l'ignorance de la nécessité d'agir rapidement quand est détecté un symptôme de cancer ou parce qu'il n'y a pas de programme de dépistage précoce, ou alors parce que les ressources en matière de diagnostic et/ou de traitement sont limitées. Devenant un véritable problème de santé publique, plus son diagnostic est tardif plus les coûts deviennent élevés et les gains en termes de survie et de diminution de la souffrance aléatoires.
Pour cela, les spécialistes ainsi que les malades souhaiteraient que ce genre de rencontres se perpétue au profit des cancéreux algériens qui pourront accéder aux innovations en matière de traitement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.