Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kouchner: la provocation de trop
IL DEMANDE LE DEPART DES DIRIGEANTS ALGERIENS
Publié dans L'Expression le 21 - 02 - 2010

Pour le moment, c'est l'Elysée qui s'occupe de raviver les relations entre Alger et Paris.
Bernard Kouchner, le ministre français des Affaires étrangères, continue de s'immiscer, sans retenue aucune, dans les affaires intérieures de l'Algérie. Dans son dernier entretien publié hier par le Journal du dimanche, il appelle, en des termes à peine voilés, au changement du pouvoir en Algérie. «La génération de l'Indépendance algérienne est encore au pouvoir. Après elle, ce sera peut-être plus simple», selon lui. C'est ce qu'il a répondu à une question sur les modalités de «réparer» les choses avec Alger. Ce n'est pas le premier écart de langage du diplomate français. Récemment encore, il a jugé que le projet de proposition de loi sur la criminalisation du colonialisme a peu de chances d'aboutir car, estime-t-il, c'est le pouvoir exécutif qui prend les décisions. Ce à quoi certains hommes politiques ont répondu que l'Algérie a des institutions souveraines, capables de décider de ce qui est bon pour le pays. Ces déclarations ne sont nullement destinées à améliorer le climat des relations entre l'Algérie et la France.
D'aileurs, si elles sont arrivées à un degré si excécrable, c'est en grande partie à cause du comportement de Kouchner. Grand chantre du devoir d'ingérence, pouvait-on néanmoins s'attendre à pire de sa part? On en est même à s'interroger si ses coups médiatiques ne font pas partie d'un calcul visant délibérément à envenimer davantage les relations entre Paris et Alger.
Sinon, comment expliquer le fait que ce soit Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, qui soit chargé actuellement du contact avec Alger? «Je sais qu'il (Guéant) va en Algérie approcher les militaires», dit encore Kouchner. «J'irai après, pour toucher Bouteflika», poursuit le chef de la diplomatie française. Par cet aveu, le ministre des Affaires étrangères français admet que le report de sa visite en Algérie, ne coupe pas le contact et que des circuits prennent le relais entres les deux capitales.
Pour l'heure, sa venue dans le pays est repoussée à une date inconnue si tant est qu'elle soit encore d'actualité et que Kouchner soit encore le bienvenu en Algérie. Le ministre déclare qu'il comprend l'indignation de l'Algérie après qu'elle ait été placée sur une liste de pays dont les ressortissants constitueraient un risque pour la sécurité de la navigation aérienne.
«C'est une norme de sécurité, et l'Algérie n'est pas seule en cause. Les Algériens sont choqués et c'est vrai qu'ils se battent courageusement contre Al Qaîda. Mais nous appliquons des règles de sécurité.» La réponse du ministre à cette question a contribué à jeter le froid sur les relations diplomatiques entre les deux pays, à tel point que l'ambassadeur de France à Alger aurait indiqué à des députés du FLN qu'il sent qu'il occupe un poste inutile. Mais le ministre français des Affaires étrangères n'a pas jugé utile de mentionner la possibilité de revoir la liste des pays concernés, à l'instar de ce qu'ont déclaré des responsables américains dont le pays a procédé à des mesures similaires.
Hormis les questions sécuritaires et le dossier de la mémoire, d'autres sujets comme ceux des moines de Tibhirine et du diplomate Hasseni ont contribué à envenimer les relations entre les deux pays. La France tente de jouer, de temps en temps, la carte de l'apaisement pour sauvegarder ses intérêts. Mais certains réflexes ne tardent pas à revenir au galop. A travers ses déclarations, le ministre français des Affaires étrangères ne va pas dans le sens de l'apaisement. Il s'est tracé une ligne de conduite dans ses relations avec l'Algérie. Au lieu de suivre le chemin du bon sens selon lequel tous les problèmes sont susceptibles de trouver une solution, il ne cesse de vouloir se substituer aux autorités algériennes comme il tente de le faire avec d'autres pays africains.
Même lorsqu'il s'agit de regarder l'Histoire, les crispations sont visibles, même si quelques-uns au sein du gouvernement français lâchent des bribes de vérité. Récemment encore, ce sont les essais nucléaires français en Algérie qui sont revenus sur la table des discussions entre Alger et Paris, y compris en ce qui concerne les indemnisations des victimes civiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.