Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kouchner: la provocation de trop
IL DEMANDE LE DEPART DES DIRIGEANTS ALGERIENS
Publié dans L'Expression le 21 - 02 - 2010

Pour le moment, c'est l'Elysée qui s'occupe de raviver les relations entre Alger et Paris.
Bernard Kouchner, le ministre français des Affaires étrangères, continue de s'immiscer, sans retenue aucune, dans les affaires intérieures de l'Algérie. Dans son dernier entretien publié hier par le Journal du dimanche, il appelle, en des termes à peine voilés, au changement du pouvoir en Algérie. «La génération de l'Indépendance algérienne est encore au pouvoir. Après elle, ce sera peut-être plus simple», selon lui. C'est ce qu'il a répondu à une question sur les modalités de «réparer» les choses avec Alger. Ce n'est pas le premier écart de langage du diplomate français. Récemment encore, il a jugé que le projet de proposition de loi sur la criminalisation du colonialisme a peu de chances d'aboutir car, estime-t-il, c'est le pouvoir exécutif qui prend les décisions. Ce à quoi certains hommes politiques ont répondu que l'Algérie a des institutions souveraines, capables de décider de ce qui est bon pour le pays. Ces déclarations ne sont nullement destinées à améliorer le climat des relations entre l'Algérie et la France.
D'aileurs, si elles sont arrivées à un degré si excécrable, c'est en grande partie à cause du comportement de Kouchner. Grand chantre du devoir d'ingérence, pouvait-on néanmoins s'attendre à pire de sa part? On en est même à s'interroger si ses coups médiatiques ne font pas partie d'un calcul visant délibérément à envenimer davantage les relations entre Paris et Alger.
Sinon, comment expliquer le fait que ce soit Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, qui soit chargé actuellement du contact avec Alger? «Je sais qu'il (Guéant) va en Algérie approcher les militaires», dit encore Kouchner. «J'irai après, pour toucher Bouteflika», poursuit le chef de la diplomatie française. Par cet aveu, le ministre des Affaires étrangères français admet que le report de sa visite en Algérie, ne coupe pas le contact et que des circuits prennent le relais entres les deux capitales.
Pour l'heure, sa venue dans le pays est repoussée à une date inconnue si tant est qu'elle soit encore d'actualité et que Kouchner soit encore le bienvenu en Algérie. Le ministre déclare qu'il comprend l'indignation de l'Algérie après qu'elle ait été placée sur une liste de pays dont les ressortissants constitueraient un risque pour la sécurité de la navigation aérienne.
«C'est une norme de sécurité, et l'Algérie n'est pas seule en cause. Les Algériens sont choqués et c'est vrai qu'ils se battent courageusement contre Al Qaîda. Mais nous appliquons des règles de sécurité.» La réponse du ministre à cette question a contribué à jeter le froid sur les relations diplomatiques entre les deux pays, à tel point que l'ambassadeur de France à Alger aurait indiqué à des députés du FLN qu'il sent qu'il occupe un poste inutile. Mais le ministre français des Affaires étrangères n'a pas jugé utile de mentionner la possibilité de revoir la liste des pays concernés, à l'instar de ce qu'ont déclaré des responsables américains dont le pays a procédé à des mesures similaires.
Hormis les questions sécuritaires et le dossier de la mémoire, d'autres sujets comme ceux des moines de Tibhirine et du diplomate Hasseni ont contribué à envenimer les relations entre les deux pays. La France tente de jouer, de temps en temps, la carte de l'apaisement pour sauvegarder ses intérêts. Mais certains réflexes ne tardent pas à revenir au galop. A travers ses déclarations, le ministre français des Affaires étrangères ne va pas dans le sens de l'apaisement. Il s'est tracé une ligne de conduite dans ses relations avec l'Algérie. Au lieu de suivre le chemin du bon sens selon lequel tous les problèmes sont susceptibles de trouver une solution, il ne cesse de vouloir se substituer aux autorités algériennes comme il tente de le faire avec d'autres pays africains.
Même lorsqu'il s'agit de regarder l'Histoire, les crispations sont visibles, même si quelques-uns au sein du gouvernement français lâchent des bribes de vérité. Récemment encore, ce sont les essais nucléaires français en Algérie qui sont revenus sur la table des discussions entre Alger et Paris, y compris en ce qui concerne les indemnisations des victimes civiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.