Des APC peinent à avoir leurs exécutifs    Une autre erreur de casting ?    Le patronat défend l'option d'un partenariat public-privé    Un projet de loi sur l'apprentissage sera exposé à l'APN    Faut-il enterrer les Accords d'Oslo ?    Damas dénonce un projet de «force frontalière»    L'aéroport de Tripoli ciblé par une attaque terroriste    Ballon d'Or algérien: Faouzi Ghoulam succède à Mahrez    CAF : Zetchi démissionne de la commission du CHAN    Liga : Le Real Betis souffre mais l'emporte face à Leganes    Les candidatures toujours pas validées    Une marche nocturne des étudiants empêchée par la police    Des milliers d'élèves de l'ENS durcissent leur mouvement    Elimination de 26 décharges anarchiques    Energie: un forum algéro-américain prévu fin janvier à Houston    Coupe d'Algérie - 16èmes de finale : USMA - CSC aujourd'hui à 16 h 00: Entre un spécialiste et un outsider    Le Groupe Renault atteint une part de marché record en Algérie    Constantine - Hadj 2018: Le tirage au sort annoncé pour le 10 février    Tlemcen: Une semaine pour la culture amazighe    JSK / Benabderahmane (DG par intérim) : «Avec Guitoune et Belkalem, le recrutement est clos»    USMA : Hamia, dernière recrue    «Le parcours de développement de l'ANP poursuivi avec ambition et grande résolution»    Un plan d'action visant à garantir un espace électronique sécurisé    Nour M'sila enregistre le plus gros score après 7 journées    Echauffourées après le match USB-USMH    La justice appelée à trancher    Ould Abbès au four et au moulin    «je tend la main sans distinction»    Visas Schengen: les frais bientôt payables dans les bureaux de poste    Il n'y aura plus de montage en Algérie : Impératif de se lancer dans la fabrication des pièces de véhicules    Débat sur l'immigration / Donald Trump se défend : " Je ne suis pas raciste "    Une adolescente Allemande retrouvée à Blida    L'ombre de Daesh plane sur la région    26 morts dans un double attentat-suicide    Transports et Travaux publics : Zaâlane s'exprime sur l'objectif de son département    Comment faire du Sahara une vraie Californie    Chronique d'une mobilisation    Une jeune fille libérée de ses ravisseurs à Sablettes    Azur-Plage: l'Eden des handicapés    Sur les neuf premiers mois de 2017 : Le FRR a couvert 83 % du déficit du Trésor    Massinissa, Zayen et Hassiba Amrouche en concert à Alger    Le philosophe Jean Salem n'est plus    L'ex-compagnon de Madonna discrètement à Alger    Le trottoir plus grand des librairies du pays    L'édition de 2018 maintenue    Ouverture d'un atelier d'écriture    Le riche patrimoine algérien mis en valeur à Moscou    Efficacité, moyens: Police algérienne : peut mieux faire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.