Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hadj Benabdelkader nous quitte
ANCIEN MOUDJAHID ET DIPLOMATE
Publié dans L'Expression le 30 - 03 - 2011

Décès de Hadj Benabdelkader Azzout, moudjahid et diplomate. M.Hadj Benabdelkader Azzout s'est éteint le 6 mars dernier à l'âge de 78 ans, à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja. C'est un moudjahid de la première heure du combat pour l'indépendance de l'Algérie et un diplomate chevronné qui disparaît. Né à Mascara, le 2 juin 1932, dès son très jeune âge, Hadj Azzout a baigné dans un milieu nationaliste et a été influencé par un bon nombre d'entre eux dont son oncle Mustapha Stambouli (1920-1984), grand actif pour la cause nationale, membre du PPA dès la fin des années 1930 et secrétaire d'Etat du 1er Gouvernement provisoire en 1958. Hadj Azzout fait ses études secondaires à Tlemcen de 1946 à 1947, il termine le lycée d'Oran en 1952. Son baccalauréat en poche, il s'inscrit à la faculté de Lettres et philosophie de l'Université d'Alger de 1952 à 1956 tout en adhérant au Mtld (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). En 1952, il est membre de l'Association des étudiants musulmans nord-africain (Aemna) et en 1956 membre de l'Ugema (Union générale des étudiants musulmans algériens). Cette même année, il rejoint les rangs du FLN et un an plus tard, ceux de l'ALN au sein du service de renseignement et des liaisons de la Wilaya V (région militaire de l'Ouest algérien). En 1958, il est cadre du ministère de l'Armement et des liaisons générales (Malg).
Cette même année, il est désigné en qualité de membre de la Haute Cour de Justice présidée par le colonel Boumediene. En 1959, il est secrétaire général du Comité interministériel de la guerre (CIG) composé de Abdelhafid Boussouf, Belkacem Krim et Abdellah Bentobal puis, à la dissolution de cette institution, directeur des écoles militaires jusqu'à l'indépendance. Il reprend alors ses études de droit à Alger qu'il poursuivra, en sciences politiques à New York à l'université Saint John et plus tard à l'Institut des sciences politiques à Alger.
En 1963, Hadj Azzout entame une nouvelle étape dans sa carrière civile en entrant au ministère des Affaires étrangères où il occupe d'importantes fonctions tant au niveau de l'administration centrale que dans les services extérieurs. Après un bref passage au département Asie-Amérique latine, il est nommé conseiller à l'ambassade d'Algérie à Damas puis, en 1964, il est muté à la Mission permanente algérienne auprès des Nations unies à New York où, pendant 5 ans, il est témoin des grands débats agitant le monde en pleine guerre froide, notamment au Conseil de sécurité dont l'Algérie devient un moment membre non-permanent: parachèvement du processus de décolonisation en Afrique, crise de Chypre, conflit indo-pakistanais à propos du Cachemire, guerres du Vietnam et israélo-arabe, désarmement, etc. Pour ce jeune diplomate, les Nations unies constituent une expérience enrichissante qui lui sera très utile dans sa carrière puisqu'en 1970, il s'occupera de nouveau à son retour à Alger des problèmes internationaux à la tête de la division des organisations internationales où il suivra d'autres grands dossiers tels les rapports Est-Ouest, les relations Nord-Sud pour lesquelles l'Algérie jouera un rôle de premier plan pour l'instauration d'un nouvel ordre économique mondial, l'invasion et l'occupation par le Maroc de la colonie espagnole de Saguiat El Hamra et Rio de Oro (Sahara occidental), le Sommet des pays Non-Alignés à Alger en septembre 1973, la guerre israélo-arabe d'Octobre da la même année, etc. En 1978, il est ambassadeur au Cameroun et en 1982 secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Membre du comité central du FLN de 1981-1990, il quitte provisoirement sa carrière diplomatique en 1984 pour présider la Cour des comptes jusqu'en 1988, date à laquelle il devient ambassadeur à Londres. Parallèlement, il continuera à suivre des grands dossiers des Nations unies tels que le dossier du désarmement et en 1985 il est nommé président du Comité consultatif pour les études sur le désarmement (Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement). Sa carrière diplomatique se termine avec la retraite anticipée en novembre 1989.
Ainsi, Hadj Azzout, au terme d'un long et riche parcours en qualité de moudjahid et de diplomate, aura apporté, comme d'autres cadres de sa génération, sa contribution à la libération de l'Algérie et à son édification. Sa disparition est ressentie par ses nombreux collègues et amis comme une grande perte pour notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.