Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hadj Benabdelkader nous quitte
ANCIEN MOUDJAHID ET DIPLOMATE
Publié dans L'Expression le 30 - 03 - 2011

Décès de Hadj Benabdelkader Azzout, moudjahid et diplomate. M.Hadj Benabdelkader Azzout s'est éteint le 6 mars dernier à l'âge de 78 ans, à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja. C'est un moudjahid de la première heure du combat pour l'indépendance de l'Algérie et un diplomate chevronné qui disparaît. Né à Mascara, le 2 juin 1932, dès son très jeune âge, Hadj Azzout a baigné dans un milieu nationaliste et a été influencé par un bon nombre d'entre eux dont son oncle Mustapha Stambouli (1920-1984), grand actif pour la cause nationale, membre du PPA dès la fin des années 1930 et secrétaire d'Etat du 1er Gouvernement provisoire en 1958. Hadj Azzout fait ses études secondaires à Tlemcen de 1946 à 1947, il termine le lycée d'Oran en 1952. Son baccalauréat en poche, il s'inscrit à la faculté de Lettres et philosophie de l'Université d'Alger de 1952 à 1956 tout en adhérant au Mtld (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). En 1952, il est membre de l'Association des étudiants musulmans nord-africain (Aemna) et en 1956 membre de l'Ugema (Union générale des étudiants musulmans algériens). Cette même année, il rejoint les rangs du FLN et un an plus tard, ceux de l'ALN au sein du service de renseignement et des liaisons de la Wilaya V (région militaire de l'Ouest algérien). En 1958, il est cadre du ministère de l'Armement et des liaisons générales (Malg).
Cette même année, il est désigné en qualité de membre de la Haute Cour de Justice présidée par le colonel Boumediene. En 1959, il est secrétaire général du Comité interministériel de la guerre (CIG) composé de Abdelhafid Boussouf, Belkacem Krim et Abdellah Bentobal puis, à la dissolution de cette institution, directeur des écoles militaires jusqu'à l'indépendance. Il reprend alors ses études de droit à Alger qu'il poursuivra, en sciences politiques à New York à l'université Saint John et plus tard à l'Institut des sciences politiques à Alger.
En 1963, Hadj Azzout entame une nouvelle étape dans sa carrière civile en entrant au ministère des Affaires étrangères où il occupe d'importantes fonctions tant au niveau de l'administration centrale que dans les services extérieurs. Après un bref passage au département Asie-Amérique latine, il est nommé conseiller à l'ambassade d'Algérie à Damas puis, en 1964, il est muté à la Mission permanente algérienne auprès des Nations unies à New York où, pendant 5 ans, il est témoin des grands débats agitant le monde en pleine guerre froide, notamment au Conseil de sécurité dont l'Algérie devient un moment membre non-permanent: parachèvement du processus de décolonisation en Afrique, crise de Chypre, conflit indo-pakistanais à propos du Cachemire, guerres du Vietnam et israélo-arabe, désarmement, etc. Pour ce jeune diplomate, les Nations unies constituent une expérience enrichissante qui lui sera très utile dans sa carrière puisqu'en 1970, il s'occupera de nouveau à son retour à Alger des problèmes internationaux à la tête de la division des organisations internationales où il suivra d'autres grands dossiers tels les rapports Est-Ouest, les relations Nord-Sud pour lesquelles l'Algérie jouera un rôle de premier plan pour l'instauration d'un nouvel ordre économique mondial, l'invasion et l'occupation par le Maroc de la colonie espagnole de Saguiat El Hamra et Rio de Oro (Sahara occidental), le Sommet des pays Non-Alignés à Alger en septembre 1973, la guerre israélo-arabe d'Octobre da la même année, etc. En 1978, il est ambassadeur au Cameroun et en 1982 secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Membre du comité central du FLN de 1981-1990, il quitte provisoirement sa carrière diplomatique en 1984 pour présider la Cour des comptes jusqu'en 1988, date à laquelle il devient ambassadeur à Londres. Parallèlement, il continuera à suivre des grands dossiers des Nations unies tels que le dossier du désarmement et en 1985 il est nommé président du Comité consultatif pour les études sur le désarmement (Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement). Sa carrière diplomatique se termine avec la retraite anticipée en novembre 1989.
Ainsi, Hadj Azzout, au terme d'un long et riche parcours en qualité de moudjahid et de diplomate, aura apporté, comme d'autres cadres de sa génération, sa contribution à la libération de l'Algérie et à son édification. Sa disparition est ressentie par ses nombreux collègues et amis comme une grande perte pour notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.