Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hadj Benabdelkader nous quitte
ANCIEN MOUDJAHID ET DIPLOMATE
Publié dans L'Expression le 30 - 03 - 2011

Décès de Hadj Benabdelkader Azzout, moudjahid et diplomate. M.Hadj Benabdelkader Azzout s'est éteint le 6 mars dernier à l'âge de 78 ans, à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja. C'est un moudjahid de la première heure du combat pour l'indépendance de l'Algérie et un diplomate chevronné qui disparaît. Né à Mascara, le 2 juin 1932, dès son très jeune âge, Hadj Azzout a baigné dans un milieu nationaliste et a été influencé par un bon nombre d'entre eux dont son oncle Mustapha Stambouli (1920-1984), grand actif pour la cause nationale, membre du PPA dès la fin des années 1930 et secrétaire d'Etat du 1er Gouvernement provisoire en 1958. Hadj Azzout fait ses études secondaires à Tlemcen de 1946 à 1947, il termine le lycée d'Oran en 1952. Son baccalauréat en poche, il s'inscrit à la faculté de Lettres et philosophie de l'Université d'Alger de 1952 à 1956 tout en adhérant au Mtld (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). En 1952, il est membre de l'Association des étudiants musulmans nord-africain (Aemna) et en 1956 membre de l'Ugema (Union générale des étudiants musulmans algériens). Cette même année, il rejoint les rangs du FLN et un an plus tard, ceux de l'ALN au sein du service de renseignement et des liaisons de la Wilaya V (région militaire de l'Ouest algérien). En 1958, il est cadre du ministère de l'Armement et des liaisons générales (Malg).
Cette même année, il est désigné en qualité de membre de la Haute Cour de Justice présidée par le colonel Boumediene. En 1959, il est secrétaire général du Comité interministériel de la guerre (CIG) composé de Abdelhafid Boussouf, Belkacem Krim et Abdellah Bentobal puis, à la dissolution de cette institution, directeur des écoles militaires jusqu'à l'indépendance. Il reprend alors ses études de droit à Alger qu'il poursuivra, en sciences politiques à New York à l'université Saint John et plus tard à l'Institut des sciences politiques à Alger.
En 1963, Hadj Azzout entame une nouvelle étape dans sa carrière civile en entrant au ministère des Affaires étrangères où il occupe d'importantes fonctions tant au niveau de l'administration centrale que dans les services extérieurs. Après un bref passage au département Asie-Amérique latine, il est nommé conseiller à l'ambassade d'Algérie à Damas puis, en 1964, il est muté à la Mission permanente algérienne auprès des Nations unies à New York où, pendant 5 ans, il est témoin des grands débats agitant le monde en pleine guerre froide, notamment au Conseil de sécurité dont l'Algérie devient un moment membre non-permanent: parachèvement du processus de décolonisation en Afrique, crise de Chypre, conflit indo-pakistanais à propos du Cachemire, guerres du Vietnam et israélo-arabe, désarmement, etc. Pour ce jeune diplomate, les Nations unies constituent une expérience enrichissante qui lui sera très utile dans sa carrière puisqu'en 1970, il s'occupera de nouveau à son retour à Alger des problèmes internationaux à la tête de la division des organisations internationales où il suivra d'autres grands dossiers tels les rapports Est-Ouest, les relations Nord-Sud pour lesquelles l'Algérie jouera un rôle de premier plan pour l'instauration d'un nouvel ordre économique mondial, l'invasion et l'occupation par le Maroc de la colonie espagnole de Saguiat El Hamra et Rio de Oro (Sahara occidental), le Sommet des pays Non-Alignés à Alger en septembre 1973, la guerre israélo-arabe d'Octobre da la même année, etc. En 1978, il est ambassadeur au Cameroun et en 1982 secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Membre du comité central du FLN de 1981-1990, il quitte provisoirement sa carrière diplomatique en 1984 pour présider la Cour des comptes jusqu'en 1988, date à laquelle il devient ambassadeur à Londres. Parallèlement, il continuera à suivre des grands dossiers des Nations unies tels que le dossier du désarmement et en 1985 il est nommé président du Comité consultatif pour les études sur le désarmement (Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement). Sa carrière diplomatique se termine avec la retraite anticipée en novembre 1989.
Ainsi, Hadj Azzout, au terme d'un long et riche parcours en qualité de moudjahid et de diplomate, aura apporté, comme d'autres cadres de sa génération, sa contribution à la libération de l'Algérie et à son édification. Sa disparition est ressentie par ses nombreux collègues et amis comme une grande perte pour notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.