Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chapeau bas, maestro !
LA CHORALE NAGHAM, ET L'ORCHESTRE PHILHARMONIQUE D'ALGER AU TNA
Publié dans L'Expression le 17 - 12 - 2002

Les amoureux de la musique classique se sont délectés lors de cette soirée.
Après le vif succès des représentations des opéras de Don Giovanni, Rigoletto, et Le barbier de Séville, Amine Kouider «artiste pour la paix» - c'est ainsi que le nomme l'Unesco - a pu passer la rampe, avant-hier, au Théâtre national algérien.
Le public a été extraordinairement émerveillé par la finesse et le talent de l'orchestre philharmonique d'Alger et de son maestro.
Les mordus de musique classique ont été fidèles au rendez-vous. Ils ont assisté à la représentation de la chorale Nagham et de l'orchestre philharmonique d'Alger dirigé par le maestro Amine Kouider. En présence de plus d'une soixantaine de choristes et de musiciens de différentes nationalités, le répertoire de la chorale Nagham était riche et varié, les chants ont été puisés aussi bien dans le patrimoine national que le patrimoine universel appartenant aussi bien au passé qu'au présent. Lors de cette représentation, l'orchestre philharmonique a su conserver l'harmonisation de certains chants en exploitant tous les textes, mais en respectant surtout leurs origines à l'exemple de la chanson du chantre Dahmane El Harrachi Ya rayeh win mssafer merveilleusement interprétée par le groupe. Le reste de la soirée a été consacrée à un concert de musique classique divisé en deux, la première réservée aux valses de l'Autrichien Johann Strauss (1825-1899) dont Le beau de Danube bleu et La chauve-souris. A travers ces valses, le public a pu savourer un magnifique chant mélodieux et une symphonie toute en couleur reprise avec une virtuosité rarement égalée.
La deuxième et dernière partie de la soirée s'est achevée par des extraits d'opéras, interprétés par l'artiste lyrique Maria Droulou, une jeune Grecque de 29 ans, talentueuse, pleine d'enthousiasme qui a fait vibrer l'auguste salle de son extraordinaire voix. Sa présence et sa prestation ont donné vie aux oeuvres de Mozart avec Les noces de Figaro, Bizet avec Carmen, et Puccini avec Madame Butterfly. Avec Maria Droulou, le public a été invité à un voyage «virtuel» dans les tréfonds de différentes dimensions spatio-temporelles. Par ailleurs, il y a lieu de souligner que ni la radio ni la télévision n'ont été autorisées à enregistrer cette manifestation. Cette interdiction aurait émané du chef d'orchestre Amine Kouider.
Pour rappel, les représentations de la chorale Nagham et l'orchestre d'Alger se poursuivront, jusqu'à aujourd'hui à la salle Ibn Khaldoun et ce, à partir de 19h. Une soirée à ne pas rater.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.