Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“Je préfère le devoir d'histoire au devoir de mémoire”
Mohamed Harbi a donné une conférence magistrale jeudi à Alger
Publié dans Liberté le 18 - 10 - 2008

Pour le célèbre historien algérien, la construction de l'identité nationale s'est faite historiquement au prix d'effacements mémoriels et du déni de la diversité sociale et culturelle, dont les conséquences se font encore sentir aujourd'hui.
Mémoire et histoire. Comme le souligne Mohamed Harbi, “dans le langage courant, ces deux termes sont interchangeables”. Dans le champ des sciences humaines, ils recouvrent, en revanche, des concepts tout à fait différents. La mémoire, associée à l'individu, est sélective et tronquée par définition. Le témoignage, premier avatar de la mémoire, est certes un matériau qu'utilise l'historien dans son entreprise de reconstruction scientifique, mais il doit être recoupé, confronté à d'autres témoignages, compilé avec d'autres sources documentaires. Il n'est pas question pour l'historien de croire le témoin sur parole, et ce, quelle que soit sa qualité.
Mohamed Harbi cite là un exemple édifiant : “J'ai interrogé différents acteurs de premier plan de la Révolution, pour leur demander de situer précisément la “naissance du FLN”. Pour Boussouf et Bentobal, la réponse fut “la réunion des 22”. Krim Belkacem la fait remonter à la “réunion des 6”… Et Ben Bella, à la création du “Comité des 9” !
C'est sur cette dichotomie entre mémoire et histoire, notamment dans son usage public et politique, que s'est concentré Harbi, lors de la conférence sur le thème “Ecriture de l'histoire et mémoire” qu'il a donnée jeudi passé, au CCF d'Alger. Un usage public et politique qui remonte aux premiers auteurs du “roman national”, les ulémas. Ces premiers historiens algériens, rappelle Harbi, “ont œuvré dans leurs écrits, à contrer et à neutraliser la conception colonialiste de l'histoire de l'Algérie”. “Toufik El-Madani et Mebarek El-Mili ont ainsi contribué à forger une véritable contre-histoire”, en démontant brillamment de nombreux mythes et manipulations historiques coloniales. Cependant, cette historiographie reposant sur une “continuité historique de la résistance du peuple algérien aux invasions”, l'affirmation de “la supériorité de la civilisation arabo-musulmane” et de l'unité du peuple, a produit une “vision unitaire et unanimiste” de ce qui n'est pas encore la nation algérienne. Une vision “unitaire” donc forcement antidémocratique, et non respecteuse des diversités culturelles et ethniques. Ce discours de clercs religieux, cette version du roman national largement propagée par l'oralité ne sera, “malheureusement plus fondamentalement remise en cause avant 1988”. Messali Hadj ne s'affranchira pas du triptyque de Ben Badis “islamité, arabité, algérianité”, pas plus que les “écrivants” de l'histoire nationale après 1962.
Encore une fois, et comme l'ont fait avant eux les ulémas, les auteurs des manuels scolaires de l'Algérie indépendante privilégieront “l'efficacité politique” au détriment de la rigueur scientifique. L'histoire sera mise cette fois totalement au service de la légitimité du pouvoir en place et de l'idéologie. Mais ces usages politiques de la mémoire et de l'histoire ont un prix. Ils se traduisent par une véritable “amputation de la mémoire”, catastrophique pour la construction d'un creuset commun,
d'une conscience citoyenne partagée et induisent une forme de ressentiment dans la société. Ces usages politiques finissement par montrer leurs limites. D'où les soubresauts enregistrés depuis les années 80 – Printemps berbère, émeutes de Constantine, Octobre 88, etc. “Face au politique, dit Harbi, on assiste au retour du refoulé et à la multiplication des controverses et polémiques — qui a tué Abane ? — sur l'élaboration du mythe national comme sur les trous de mémoire de l'historiographie nationaliste”. En relevant que ce processus est commun à tous les pays issus de la décolonisation, Harbi affirme que “le temps est venu du renouvellement de l'histoire par la mémoire”. Mais “au devoir de mémoire, je préfère le devoir d'histoire”, précise l'historien. Car pour lui, ce renouvellement de l'histoire, notamment celle de la colonisation, servira en premier lieu la dénonciation des abus, encore nombreux, qui en sont issus.
R. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.