Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouveau souffle pour un hommage appuyé à l'Algérie
Ouverture ce soir des Journées Cinématographiques de Carthage
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2008

La vingt-deuxième édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) se déroulera du 25 octobre au 1er novembre sous le signe d'un hommage appuyé au passé glorieux de la manifestation et à l'Algérie à travers sa cinématographie et la personne de Yasmina Khadra, promu président du jury international de la compétition officielle pour les longs et courts métrages. L'écrivain algérien est secondé par de grands acteurs, à l'image d'Emmanuelle Béart (France), Ezzat El-Alayli (Egypte), les réalisateurs Rahmatou Keïta (Niger) et Nouri Bouzid (Tunisie), la productrice Sandra Den Hamer (Pays-Bas) et le compositeur Ismaël Lô (Sénégal). Pour les promoteurs de cette manifestation, l'hommage à l'Algérie s'impose, “à un moment, surtout où l'Algérie se trouve à nouveau au-devant de la scène cinématographique africaine et arabe après des années d'absence durant lesquelles les soubresauts de l'histoire ont relégué au second plan toute velléité d'art. Ce n'est pas tant la quantité des films produits qui interpelle (encore que celle-ci soit remarquable comparée à la production des pays de la région), que cette capacité à engendrer une telle diversité source de richesses et de renouveau que nous tenons à saluer”. Diversité des regards portés sur l'Algérie, mais aussi des dispositifs cinématographiques qui explorent des voies innovantes de la représentation filmique, souligne la même source qui affine son argumentaire en soutenant que le choix de privilégier des œuvres fortes et originales, qui constituent autant de déclinaisons de la vitalité retrouvée du cinéma en Algérie, est des plus judicieux : “Les films de Tarak Téguia, Amor Hakkar, Fatma-Zohra Zamoum, Lyès Salem, ou encore du documentariste Malek Bensmaïl, sont autant de propositions cinématographiques où la saisie de l'histoire se conjugue avec une réflexion sur l'art.” Dora Bouchoucha ne cache point sa détermination à bousculer les idées reçues par le renforcement de la vocation du festival grâce à la promotion des films arabes et africains et l'encouragement de nouveaux talents. Ce qui n'est pas peu de choses à un moment surtout où la production cinématographique arabo-africaine bat dangereusement de l'aile. L'optimisme affiché par le comité d'organisation de la vingt-deuxième édition des JCC est loin d'être usurpé, puisque certaines de ses composantes ont eu toute latitude de sélectionner les films pour la compétition officielle. En Italie, plus précisément où Dora Bouchoucha avait visionné toutes les nouveautés de la région en sa qualité de responsable de la sélection des films arabes et africains pour la Mostra de Venise. S'il est vrai que cette manifestation ne compte pas que des amis, la directrice des JCC ne semble pas s'en inquiéter outre mesure. Mieux, elle croit dur comme fer en les capacités du comité d'organisation pour faire de cet événement une vitrine de qualité pour la production africaine et arabe récente. Même si le temps imparti pour organiser cette manifestation de grande envergure est assez court et l'absence d'un bureau permanent des plus frustrantes. “La session 2008 se veut le reflet de son temps. Elle donnera à voir des histoires grâce aux films venus de différentes parties du monde. Elle donnera à réfléchir sur les mutations rendues indispensables par l'irruption des nouvelles technologies dans le paysage audiovisuel. Et, bien sûr, elle célébrera le cinéma, la fraternité et la fête”, confiera, avec un large sourire, la charmante directrice de la 22e édition des JCC.
Abdelhakim MEZIANI

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.