Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouveau souffle pour un hommage appuyé à l'Algérie
Ouverture ce soir des Journées Cinématographiques de Carthage
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2008

La vingt-deuxième édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) se déroulera du 25 octobre au 1er novembre sous le signe d'un hommage appuyé au passé glorieux de la manifestation et à l'Algérie à travers sa cinématographie et la personne de Yasmina Khadra, promu président du jury international de la compétition officielle pour les longs et courts métrages. L'écrivain algérien est secondé par de grands acteurs, à l'image d'Emmanuelle Béart (France), Ezzat El-Alayli (Egypte), les réalisateurs Rahmatou Keïta (Niger) et Nouri Bouzid (Tunisie), la productrice Sandra Den Hamer (Pays-Bas) et le compositeur Ismaël Lô (Sénégal). Pour les promoteurs de cette manifestation, l'hommage à l'Algérie s'impose, “à un moment, surtout où l'Algérie se trouve à nouveau au-devant de la scène cinématographique africaine et arabe après des années d'absence durant lesquelles les soubresauts de l'histoire ont relégué au second plan toute velléité d'art. Ce n'est pas tant la quantité des films produits qui interpelle (encore que celle-ci soit remarquable comparée à la production des pays de la région), que cette capacité à engendrer une telle diversité source de richesses et de renouveau que nous tenons à saluer”. Diversité des regards portés sur l'Algérie, mais aussi des dispositifs cinématographiques qui explorent des voies innovantes de la représentation filmique, souligne la même source qui affine son argumentaire en soutenant que le choix de privilégier des œuvres fortes et originales, qui constituent autant de déclinaisons de la vitalité retrouvée du cinéma en Algérie, est des plus judicieux : “Les films de Tarak Téguia, Amor Hakkar, Fatma-Zohra Zamoum, Lyès Salem, ou encore du documentariste Malek Bensmaïl, sont autant de propositions cinématographiques où la saisie de l'histoire se conjugue avec une réflexion sur l'art.” Dora Bouchoucha ne cache point sa détermination à bousculer les idées reçues par le renforcement de la vocation du festival grâce à la promotion des films arabes et africains et l'encouragement de nouveaux talents. Ce qui n'est pas peu de choses à un moment surtout où la production cinématographique arabo-africaine bat dangereusement de l'aile. L'optimisme affiché par le comité d'organisation de la vingt-deuxième édition des JCC est loin d'être usurpé, puisque certaines de ses composantes ont eu toute latitude de sélectionner les films pour la compétition officielle. En Italie, plus précisément où Dora Bouchoucha avait visionné toutes les nouveautés de la région en sa qualité de responsable de la sélection des films arabes et africains pour la Mostra de Venise. S'il est vrai que cette manifestation ne compte pas que des amis, la directrice des JCC ne semble pas s'en inquiéter outre mesure. Mieux, elle croit dur comme fer en les capacités du comité d'organisation pour faire de cet événement une vitrine de qualité pour la production africaine et arabe récente. Même si le temps imparti pour organiser cette manifestation de grande envergure est assez court et l'absence d'un bureau permanent des plus frustrantes. “La session 2008 se veut le reflet de son temps. Elle donnera à voir des histoires grâce aux films venus de différentes parties du monde. Elle donnera à réfléchir sur les mutations rendues indispensables par l'irruption des nouvelles technologies dans le paysage audiovisuel. Et, bien sûr, elle célébrera le cinéma, la fraternité et la fête”, confiera, avec un large sourire, la charmante directrice de la 22e édition des JCC.
Abdelhakim MEZIANI

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.