Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    Fiscalité locale: De nouvelles prérogatives pour les APC    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Dans les starting-blocks    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Je suis certain que je doute !    Aïn Temouchent: La journée des communes à Aghlal    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les cours du pétrole stables en Asie    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    69 millions DA pour des projets de développement à Aïn Sidi Chérif    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    L'operette séduit le public tlemcenien    Les députés britanniques le rejettent massivement    Le Snapo accuse les importateurs "véreux" !    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Vers la réforme du Bac    Commerce : Tout sur les soldes d'hiver 2019 qui débuteront demain à Alger    Ressources en eau : Une demande annuelle de 12,9 milliards de m3 à l'horizon en 2030    Après les 4 000 logements distribués à Alger : 40 000 seront distribués à travers le pays avant la fin du mois en cour    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Djisr El Djazair" : La rencontre d'Alger, le 26 janvier au Mama    Le fauteuil qui attise les appétits    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouveau souffle pour un hommage appuyé à l'Algérie
Ouverture ce soir des Journées Cinématographiques de Carthage
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2008

La vingt-deuxième édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) se déroulera du 25 octobre au 1er novembre sous le signe d'un hommage appuyé au passé glorieux de la manifestation et à l'Algérie à travers sa cinématographie et la personne de Yasmina Khadra, promu président du jury international de la compétition officielle pour les longs et courts métrages. L'écrivain algérien est secondé par de grands acteurs, à l'image d'Emmanuelle Béart (France), Ezzat El-Alayli (Egypte), les réalisateurs Rahmatou Keïta (Niger) et Nouri Bouzid (Tunisie), la productrice Sandra Den Hamer (Pays-Bas) et le compositeur Ismaël Lô (Sénégal). Pour les promoteurs de cette manifestation, l'hommage à l'Algérie s'impose, “à un moment, surtout où l'Algérie se trouve à nouveau au-devant de la scène cinématographique africaine et arabe après des années d'absence durant lesquelles les soubresauts de l'histoire ont relégué au second plan toute velléité d'art. Ce n'est pas tant la quantité des films produits qui interpelle (encore que celle-ci soit remarquable comparée à la production des pays de la région), que cette capacité à engendrer une telle diversité source de richesses et de renouveau que nous tenons à saluer”. Diversité des regards portés sur l'Algérie, mais aussi des dispositifs cinématographiques qui explorent des voies innovantes de la représentation filmique, souligne la même source qui affine son argumentaire en soutenant que le choix de privilégier des œuvres fortes et originales, qui constituent autant de déclinaisons de la vitalité retrouvée du cinéma en Algérie, est des plus judicieux : “Les films de Tarak Téguia, Amor Hakkar, Fatma-Zohra Zamoum, Lyès Salem, ou encore du documentariste Malek Bensmaïl, sont autant de propositions cinématographiques où la saisie de l'histoire se conjugue avec une réflexion sur l'art.” Dora Bouchoucha ne cache point sa détermination à bousculer les idées reçues par le renforcement de la vocation du festival grâce à la promotion des films arabes et africains et l'encouragement de nouveaux talents. Ce qui n'est pas peu de choses à un moment surtout où la production cinématographique arabo-africaine bat dangereusement de l'aile. L'optimisme affiché par le comité d'organisation de la vingt-deuxième édition des JCC est loin d'être usurpé, puisque certaines de ses composantes ont eu toute latitude de sélectionner les films pour la compétition officielle. En Italie, plus précisément où Dora Bouchoucha avait visionné toutes les nouveautés de la région en sa qualité de responsable de la sélection des films arabes et africains pour la Mostra de Venise. S'il est vrai que cette manifestation ne compte pas que des amis, la directrice des JCC ne semble pas s'en inquiéter outre mesure. Mieux, elle croit dur comme fer en les capacités du comité d'organisation pour faire de cet événement une vitrine de qualité pour la production africaine et arabe récente. Même si le temps imparti pour organiser cette manifestation de grande envergure est assez court et l'absence d'un bureau permanent des plus frustrantes. “La session 2008 se veut le reflet de son temps. Elle donnera à voir des histoires grâce aux films venus de différentes parties du monde. Elle donnera à réfléchir sur les mutations rendues indispensables par l'irruption des nouvelles technologies dans le paysage audiovisuel. Et, bien sûr, elle célébrera le cinéma, la fraternité et la fête”, confiera, avec un large sourire, la charmante directrice de la 22e édition des JCC.
Abdelhakim MEZIANI

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.