PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que fera l'administration ?
Le remplacement du défunt maire de timezrit tarde à se concrétiser
Publié dans Liberté le 29 - 12 - 2008

L'installation du nouveau maire de Timezrit (wilaya de Béjaïa), prévue pour la journée d'hier, bute, encore une fois, sur les divergences purement subjectives qui gagnent les quatre élus issus de la liste majoritaire (RCD). En effet, malgré les bons offices du parti détenant la majorité qui n'a ménagé aucun effort pour tenter de réconcilier les deux parties en conflit (2 élus contre 2), le remplacement du maire disparu, feu Fatah Chibane, lâchement assassiné le 5 novembre 2008 près d'Adekar, tarde à voir le jour. Après les deux tentatives avortées à l'issue des deux séances tenues les 2 et 22 du mois en cours, voilà encore que la réunion d'hier, tenue au siège de l'APC de Timezrit en présence du chef de daïra de la même circonscription, “trébuche”.
Alors que tout le monde s'attendait à ce que le numéro 2 de la liste majoritaire, en l'occurrence M. Nadir Benhacine, qui secondait le défunt maire, soit désigné sans accroc à la tête de l'APC de Timezrit, une querelle de leadership est venue une fois de plus pointer son nez, puisqu'un autre élu de la même liste se porte candidat à son tour à la présidence de l'assemblée. Bien que Nadir Benhacine, premier vice-président de l'APC de Timezrit qui a eu déjà à gérer les affaires courantes de la commune depuis la mort de Fatah Chibane, soit investi de la confiance aussi bien de son parti que de la population locale, son rival ne veut guère jeter l'éponge dès lors qu'il ne cache pas son ambition de postuler aux commandes de la municipalité. Devant ce bras de fer qui ne semble pas près de connaître son épilogue, le chef de daïra s'est vu contraint de lever la séance et de reporter pour la troisième fois cette cérémonie d'installation du nouvel édile de Timezrit.
Selon le code communal, notamment ses articles 48 et 51, en cas de vacance du poste du P/APC (décès, démission…), son successeur doit être désigné parmi ses pairs, c'est-à-dire sur la liste majoritaire, dans un délai ne dépassant pas 30 jours. Néanmoins, en cas de blocage chronique, le wali est également habilité à désigner un administrateur qui aura la mission de gérer les affaires courantes de la commune. Décidément, l'imbroglio politique qui secoue l'assemblée populaire communale de Timezrit, au lendemain de la disparition de son ex-maire, n'en finit pas, et ses répercussions pèsent lourdement sur le devenir de la population locale.
KAMEL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.