Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Grand prix Assia-Djebar du roman: 29 titres retenus par le jury    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Le RND affiche son total soutien    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Guéguerre de communiqués entre Rabat et Téhéran
Rupture des relations diplomatiques entre l'iran et le maroc
Publié dans Liberté le 09 - 03 - 2009

Rien ne va plus entre le royaume du Maroc et la république islamique d'Iran, qui poursuivent leurs vifs échanges. Rabat dénie à Téhéran le droit de “nier ou d'esquiver sa responsabilité dans la détérioration des relations bilatérales n'est qu'un artifice inacceptable rejeté par le royaume chérifien”.
Dans un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères rendu public samedi soir, le Maroc “a pris note avec un vif étonnement de la réaction officielle des autorités iraniennes à la décision souveraine et légitime marocaine de rompre ses relations diplomatiques avec la république islamique d'Iran et rejette vigoureusement les fondements et commentaires de cette réaction iranienne”, suite à sa décision de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran. Rabat n'a donc pas admis le commentaire de Téhéran, qui a notamment affirmé que “la décision marocaine va à l'encontre de l'unité du monde islamique, considérée comme nécessaire pour défendre le peuple palestinien”. “Le ministère iranien des Affaires étrangères exprime sa surprise (...) et insiste sur le fait que les accusations concernant l'intervention dans les affaires intérieures marocaines sont sans fondements et totalement rejetées”, avait indiqué la source officielle iranienne, provoquant l'ire du royaume chérifien, qui estime qu'“en faisant référence aux circonstances que traverse actuellement la oumma islamique et en particulier à la question palestinienne, l'Iran fuit ses responsabilités et tente d'élargir un problème strictement bilatéral à des questions dont elle n'a ni le monopole ni la légitimité exclusive”. Par ailleurs, l'Iran demande encore au Maroc de faire attention aux pièges tendus par les “ennemis du monde islamique, en particulier les sionistes blessés par les récentes histoires du peuple palestinien à Gaza”. Poursuivant sa critique en direction des responsables persans, le communiqué marocain, ajoute que “toute tentative de l'Iran de nier ou d'esquiver sa responsabilité dans la détérioration des relations bilatérales n'est qu'un artifice inacceptable rejeté par le royaume chérifien”, et souligne que “l'Iran doit assumer son entière responsabilité dans cette dégradation des rapports bilatéraux dont il connaît parfaitement les origines”.
Défendant âprement sa position, le royaume alaouite clame qu'“il est, comme il l'a toujours été, au premier rang des défenseurs des intérêts et des causes de la oumma islamique et de la question palestinienne”, et insiste sur le fait qu'“il n'a donc aucune leçon à recevoir de quiconque sur ces questions, dont l'Iran ne peut en aucun cas se considérer le seul porte-parole”. Pour rappel, Rabat a décidé vendredi de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, dix jours après avoir rappelé pour consultations son chargé d'affaires par intérim à Téhéran, afin de protester contre des “expressions inopportunes” de l'Iran à propos du soutien de Rabat au Bahreïn.
Ceci dit, les rapports entre les deux parties se sont détériorés après que le Maroc eut pris la défense de Bahreïn, suite à la déclaration l'ancien président du Parlement Ali Akbar Nateq Nouri, actuellement responsable du bureau du Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, qui aurait qualifié Bahreïn de “14e province iranienne” historique.
Merzak T. /Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.