Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    7 décès et 127 nouveaux cas en 24 heures    Alger ferme ses plages    Le drame des Algériens bloqués en Turquie    Plages de Jijel: la GN sensibilise les estivants sur les mesures de prévention contre le Covid19    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    Un lourd héritage    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Aïn El Turck: Aménagement de 15 grands parkings retenus pour la saison estivale    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Le mode d'emploi fixé    Mahrez victime d'un cambriolage    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des auteurs africains entre les mains d'éditeurs français
Rencontre thématique autour de la réalité de l'édition
Publié dans Liberté le 25 - 06 - 2009

Après un voyage au bout des mots et de la mémoire africains avec le poète sénégalais Mbaye Ndongo et le griot Soriba Sokho qui a joué des airs sublimes avec sa cora, place à la 3e rencontre thématique, dans le cadre du Festival international de la littérature et du livre de jeunesse d'Alger.
“Comment l'édition s'articule en Afrique ? Quelles sont les attentes des auteurs africains par rapport aux éditeurs ? Comment s'articulent les écritures africaines contemporaines ?” Ce sont-là certains questionnements qu'a amorcées mardi dernier le directeur des éditions Accoria, Caya Makhélé, qui a modéré la 3e rencontre thématique portant sur “L'édition en Afrique”.
Celle-ci devait être animée par le fondateur du Serpent à Plumes, Pierre Astier, l'éditeur à Gallimard, Noël Schifano, le P-DG de l'Harmattan, Denis Pryen, le directeur des éditions Karthala, Pierre Ageneau, et l'éditeur au Seuil, Louis Gardel. Mais, pour diverses raisons, ce ne sont que ces deux derniers Pierre Ageneau et Louis Gardel qui ont animé la rencontre et débattu avec l'assistance, relativement nombreuse, de la réalité de l'édition en Afrique et du destin des auteurs africains… entre les mains d'éditeurs français.
Le fondateur et directeur des éditions Karthala, Pierre Ageneau, a évoqué son parcours avec l'écriture africaine. Il a déclaré : “J'avais créé en 1975, avec Denis Pryen, les éditions l'Harmattan. Puis en 1980, j'ai créé tout seul les éditions Karthala, une vingtaine d'années à peu près après les indépendances, car je pensais qu'il était temps pour l'Afrique de faire le constat des échecs et des promesses des indépendances.” Notons que Karthala n'a pas pour vocation de publier de la littérature fiction, elle inscrit son travail éditorial dans un autre cadre, à savoir les essais historiques, sociologiques, politiques ou autre. À ce propos, M. Ageneau considère que “l'édition n'implique pas seulement le roman ; c'est tout un ensemble de disciplines”.
De son côté, l'auteur, scénariste et éditeur au Seuil, Louis Gardel, a révélé que “le Seuil est une maison d'édition qui, depuis les indépendances en Afrique, soutient ce continent pour des raisons historiques et idéologiques”. Selon lu, “au Seuil, il n'y a pas de choix délibéré de publier des auteurs africains. Le premier critère au Seuil, c'est que l'œuvre soit un bon livre. On n'admet pas les guettos et c'est pour cette raison que nous n'avons pas de collection du continent noir. Un écrivain, c'est d'abord une langue”.Cependant, Louis Gardel a avoué sa méconnaissance de l'édition en Afrique, mais a affirmé que les auteurs qui sont publié au Seuil ont dépassé les thématiques postcoloniales. En fait, ces écrivains abordent les problèmes liés à leur continent. Ils se préoccupent des problèmes d'aujourd'hui. D'autre part, Louis Gardel a expliqué que les auteurs africains partent en France dans l'espoir d'être publié parce qu'il n'y a pas assez d'éditeurs en Afrique et pour la dimension internationale.
En fait, ce qui rend le constat encore plus malheureux, c'est qu'aujourd'hui encore, la reconnaissance vient d'ailleurs non du continent auquel on appartient, d'où l'on puise les thématiques. Par ailleurs, M. Gardel a déclaré : “Il faut établir des relations saines, d'égal à égal. Et il n'y a pas de raisons de faire du paternalisme.”
Ces belles paroles ne changent malheureusement rien à l'actuelle situation de l'édition en Afrique puisqu'il n'y a pas de collaboration effective et réelle entre les éditeurs des deux rives. De plus, les auteurs africains sont ballottés entre deux mondes, comme entre deux feux, puisqu'ils produisent une littérature qui tend à se standardiser dans les mots et la structure, qu'on se demanderait presque si nos auteurs ne réécrivaient pas le même livre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.