Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il était une fois Sidna Ramadhan... (2)
Souffles…
Publié dans Liberté le 03 - 09 - 2009

Sidna Ramadhan, jadis, nous apprenait à rêver, par la littérature, pour la littérature et dans la littérature.
Je vous raconte l'histoire étonnante et particulière d'un certain traducteur arabe, hors du commun, appelé Mustapha Lotfi Al Manfalouti (1876-1924). Défenseur des droits de la femme. Par ses écrits, il se positionne en véritable et courageux réformateur, dans la société comme dans la littérature.D'abord, ce Manfalouti fut l'un des écrivains traducteurs qui, énergiquement, ont marqué plusieurs générations de littérateurs et de lecteurs.
Ce Manfalouti ne savait ni lire ni écrire le français ! Et pourtant, toutes ses traductions étaient de la littérature française. Certes, il était passionné de la culture française. Ce sont les veillées du mois de Ramadhan qui l'ont poussé à traduire une partie de la littérature classique. Les jeûneurs cherchaient un nouveau goût narratif. Pour donner une différente saveur à la narration arabe ramadhanesque, Manfalouti avait demandé à un membre de sa famille, qui savait lire dans la langue de Molière, de lui raconter les romans français, de l'époque. Chose faite. Manfalouti prenait des notes tout en écoutant les récits de son cousin : la trame de l'histoire, les noms et les caractères des personnages, les détails des lieux, l'air de l'époque, etc. Une fois les détails, les intrigues et le message du récit deviennent clairs dans sa tête, il entame la réécriture. Ainsi, il a donné des romans traduits, qui sont devenus une sorte de best-sellers dans la littérature arabe : Paul et Virginie, de Bernardin de Saint Pierre (1787-1814), Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand (1868-1918), la Dame aux camélias, d'Alexandre Dumas fils (1793-1868), Sous les tilleuls, d'Alphonse Karr (1808-1890), Pour La Couronne, de François Coppée (1842-1908), Atala et le Dernier des Abencerages, de Chateaubriand (1768-1848).
Ces titres lui ont procuré une large notoriété chez le lectorat et une grande place dans la littérature arabe. Il est considéré et demeure, jusqu'à nos jours, comme l'un des écrivains arabes les plus visibles et les plus lus. Tous les écrivains arabes du XXe siècle, sans exception, d'une manière ou d'une autre, étaient imprégnés par la prose (nathr) de Manfalouti. Il reste aux côtés de Gibran Khalil Gibran et Ihssen Abdel Kaddous, l'écrivain traducteur qui a marqué la tradition de la lecture ramadhanesque arabe. Et il était une fois Sidna Ramadhan un mois du verbe et d'écoute.
La culture traditionnelle avec ses richesses d'oralité était présente.
Sur les places publiques, dans les marchés quotidiens ou hebdomadaires, dans les quartiers populaires, dans les ruelles des casbahs, les gawals étaient là, pour “dire”, pour le “dit”. Dans une langue arabe dialectale poétiquement chantée, le meddah, le griot contait les histoires fantastiques : Sidna Ali et Rass el Ghoul, Seif ibn Dhou Yazen, la reine Balkis et sidna Souleimane, Saladin et ses guerres, djouha le turc et djouha l'arabe... Un riche répertoire, de contes, d'épopées, de ciras, de belles histoiresd'ordre religieux, historique, humoristique ou sentimental ont bercé notre imaginaire et coloré notre vision du monde. Cette culture de l'oralité dont Sidna Ramadhan était le gardien fut l'origine de la naissance du roman arabe. Elle était aussi, et elle est toujours, la genèse du renouvellement du théâtre arabe, depuis Kabbani et Georges Abyad, passant par Bechtarzi et Allalou, jusqu'à Alloula,Tayeb Seddiji, Berrechid et Saâdallah Wannous.
Il était une fois Sidna Ramadhan !
A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.