Coronavirus : 585 nouveaux cas, 315 guérisons et 12 décès en Algérie durant les dernières 24h    Tentative d'agression à l'hôpital de Bouira : 2 personnes sous mandat de dépôt et 5 autres sous contrôle judiciaire    Lutte contre la corruption : l'avant-projet de la stratégie nationale bientôt soumis aux autorités    Ammar Belhimer reçoit Issad Rebrab    Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    «Le paiement mobile via QR Code sera lancé avant la fin de l'année»    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    Dites Oui et nous serons heureux !    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    La double peine !    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    Le NAHD saisit le TAS    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les guichets itinérants rétablis    Les bénéficiaires reviennent à la charge    3 personnes décédées par asphyxie    L'énigme Bouchouareb    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    La candidature de la Tunisie confirmée    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vote anti-Sarkozy
Elections régionales françaises
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2010

Victoire de la gauche, remontée de l'extrême droite. Les régionales auront été un vote anti-Sarkozy. 2012 ne sera pas évident pour le locataire de l'Elysée.
Les Français devaient confirmer au second tour d'élections régionales une large défaite de la majorité de droite. C'est un vote anti-Sarkozy avec en prime la remontée de l'extrême droite que le président français avait pensé avoir dompté depuis qu'elle lui a donné ses voix en 2007 pour s'installer à l'Elysée.
Et Sarkozy ne peut pas dire qu'il a été victime de l'abstention puisque contrairement au premier tour, les électeurs se sont déplacés aux urnes, apparemment pour voter contre le Président. Ce serait une défaite totale s'il n'y avait pas eu le siège arraché dans l'île de la Réunion et le maintien de celui de l'Alsace.
La gauche qui a conservé ses fiefs, peut elle voir désormais venir la présidentielle de 2012. Leur dirigeante Martine Aubry n'a plus de complexes pour annoncer sa candidature. L'UMP défaite se demande si Sarkozy pourra trouver les gestes et les mots pour rassembler la droite et tracer des perspectives pour le prochain rendez-vous électoral ? L'UMP souhaite voir son chef se débarrasser des ministres socialistes et ou apparentés. Sarkozy pourra-t-il contenir encore ses troupes qui ne se gênent plus de lui dire tout haut ce qu'elles pensent de sa politique. L'assurance de son sherpa, Claude Guéant, que quel que soit le cas de figure, il n'y aura pas de grand remaniement, ne tiendra pas le coup face à la grogne des élus de droite. Et la bérézina électorale s'est déroulée à mi-parcours du mandat de Sarkozy. Ces régionales n'ont pas fait que consacrer la déroute de Sarkozy, elles ont redonné de la visibilité au parti d'extrême droite, le Front national (FN) de Jean-Marie Le Pen qui a pu se maintenir au second tour dans 12 régions.
Un retour surprise pour les proches de Sarkozy qui découvrent brusquement que le lepénisme est indissoluble, et que pour les Français franchouillards, mieux valait frapper au portillon de l'extrême droite que de se contenter de sa copie version Hortefeux et Besson. Jean-Marie le Pen jubile. Il a retrouvé une capacité de nuisance contre Sarkozy en profitant des débats sur l'immigration. Annoncé comme vaincu, mort, enterré par le président de la République, le FN a démontré qu'il était toujours une force nationale, s'est réjoui Jean-Marie le Pen qui, à 81 ans, s'est offert un dernier sursaut en se présentant avec une affiche de campagne interdite par la justice qui représente une femme intégralement voilée à côté d'une carte de France recouverte du drapeau algérien sur laquelle se dressent des minarets en forme de missiles. Cette affiche portait l'inscription “non à l'islamisme”. Sarkozy avait laissé faire !
La stratégie de Sarkozy qui, depuis la campagne de 2007, consistait à aborder sans retenue les thématiques de la sécurité et de l'immigration, ne semble plus fonctionner auprès d'un électorat déçu par l'action du président face à la crise.
Le FN a ajouté aux thématiques de Sarkozy sur l'immigration un discours anti-libre-échange de nature à concurrencer la gauche auprès des catégories populaires qui souffrent de la crise.
Dans le nord de la France, vieille région industrielle, la fille de Jean-Marie le Pen, Marine, a fait plus de 18%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.