FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enquêteurs du TSL cherchent à connaître l'organigramme du Hezbollah
Affaire Hariri
Publié dans Liberté le 15 - 05 - 2010


L'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri continue et les Libanais s'inquiètent. Le juge italien Antonio Cassese, président du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) déploie une intense activité et comme hasard, au moment où la Syrie est de nouveau sous menace américaine et que le Liban fait l'objet de remontrances de la part d'Israël qui cherche à l'envahir pour soi-disant prévenir des attaques du Hezbollah ! Bien que les enquêteurs du TSL aient entendu, en mars et en avril, de nombreux membres du Hezbollah qui leur ont donné des preuves quant à leur non-participation dans cet attentat, le président du tribunal, certainement sous la pression des Etat-Unis et de la France, cherche à établir une mise en accusation du parti de Hassan Nasrallah. Le TSL dont le siège se trouve à Leidschendam, près de La Haye en Hollande, s'apprêterait à publier un acte d'accusation impliquant des membres du Hezbollah dans l'attentat du 14 février 2005, qui a coûté la vie à Rafic Hariri et à 22 autres personnes. Hassan Nasrallah qui a réitéré sa détermination de coopérer avec le tribunal, a émis de fortes réserves sur la crédibilité de cette institution et exprimé de profondes craintes sur son instrumentalisation et la politisation de son action. Pour Hassan Nasrallah, le TSL doit faire ses preuves, surtout que la première enquête, menée en 2005 par le juge allemand Detlev Mehlis accusant directement la Syrie d'être responsable de l'assassinat, était fondée sur des preuves non crédibles et des témoignages montés de toute pièce. Le juge Daniel Fransen avait exigé, en mai 2009, la libération faute de preuves, de quatre généraux libanais incarcérés pendant un peu moins de quatre ans, à la demande de Mehlis. Ces officiers proches de la Syrie avaient été accusés, en août 2005, d'avoir participé à la planification et à l'exécution de l'attentat, avant d'être relaxés par le tribunal. Afin que la confiance soit rétablie et que le TSL soit blanchi de tout soupçon, le chef du Hezbollah réclame l'arrestation des faux témoins et l'identification de ceux qui les ont manipulés qui devraient être accusés, à leur tour, de complot et d'obstruction à la justice. Le Hezbollah maintient son hypothèse d'une implication d'Israël. Il reste qu'une accusation du Hezbollah provoquera de fortes tensions entre sunnites et chiites. C'est certainement ce que cherche Israël et ses alliés. Si le TSL n'aboutit pas à cela, ses enquêteurs, des ressortissants de pays occidentaux, auront été missionnés pour recueillir les dépositions des plus hauts dirigeants militaires du parti de Nasrallah dont personne ne connaît les visages, et qui sont les hommes les plus recherchés par Israël.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.