JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“Khadda affichiste”
ELLE A LIEU À LA GALERIE MOHAMED-RACIM à ALGER
Publié dans Liberté le 10 - 06 - 2010

Nous l'avons connu peintre. Une réputation qui a dépassé les frontières de l'Algérie. À lui seul, il constituait une école, s'inscrivant dans un courant artistique qui fait sa spécificité. Aujourd'hui, on retrouve Khadda sous un autre angle, dans un autre créneau, un autre domaine, celui de l'affiche.
Depuis jeudi dernier, et ce, jusqu'au 17 du mois en cours, une exposition d'affiches réalisées par ce grand artiste, qui a donné à l'art pictural algérien ses lettres de noblesses, a lieu à la galerie Racim à Alger-Centre. Intitulée “Khadda affichiste”, cette exposition a été inaugurée par la ministre de la Culture Khalida Toumi, qui a été très enthousiaste.
À travers les affiches exposées, grâce au concours de Nadjet Khadda, l'épouse du défunt plasticien, le public découvre une autre facette de cet artiste. Des affiches de théâtre, de spectacle, mais aussi des affiches pour des causes nationales. Réalisées entre les années 1970 et 1990, elles mettent à nu un talent et un goût très prononcé pour l'harmonie des couleurs et des caractères. À travers elles, on est plongé immédiatement dans le passé. Un passé lointain et proche en même temps qui nous révèle l'activité culturelle et artistique qui prévalait à cette époque-là. L'univers de l'affiche et de la typographie ne lui est inconnu. Il a baigné dedans dès son jeune âge. Ses premiers pas dans le monde du travail l'ont conduit à une imprimerie où il exerça comme apprenti. Attentif, il excellera dans la typographie, maîtrisant tous les rouages et autres secrets de ce métier. “La présente exposition fournit un bel échantillon de sa création en tant qu'affichiste. La collection couvre une production s'étalant sur une trentaine d'années et les différentes affiches qu'elle comporte sont clairement indexées sur la recherche de Khadda peintre tout en révélant ses investigations de graphiste maîtrisant les diverses déclinaisons du travail d'imprimeur”, est-il écrit dans le catalogue.
Abordant différents thèmes, mais la plupart en relation directe avec le monde de la culture, Khadda y développe un détail, auquel il accorde une importance telle car à lui seul ce “détail” exprime le message que veut transmettre l'artiste.
Entre autres affiches exposée, on notera celles réalisées lors du Festival de musique et chants populaires (1968), du Premier Festival culturel panafricain d'Alger (1969), de la 15e Foire internationale d'Alger, du Colloque d'histoire “Retentissement de la Révolution algérienne” (1984), du Symposium international du Centre national d'études historiques sur l'oralité (1988), ainsi que celles conçues lors de ses expositions en Algérie et à l'étranger.
Il y a aussi des affiches réalisées pour le compte des différents théâtres en Algérie.
À ce sujet, on remarquera que Mohamed Khadda concevait les décors et les costumes dans plusieurs pièces de théâtre. Ce qui démontre la pluralité disciplinaire. Par ailleurs, le public peut également voir des affiches réalisées post-mortem avec des tableaux de Khadda conçus notamment à l'occasion du colloque “Mémoire et enseignement de la guerre d'Algérie”, organisé à l'Institut du monde arabe (IMA) en 1992 et l'exposition “Les peintres du signe”, dans le cadre du 12e Festival transméditerranéen à Grasse (France) en 1999. “Khadda affichiste”, plus qu'une exposition, c'est une promenade visuelle dans le monde de l'affiche et de la typographie, une occasion d'évaluer le travail d'artiste qu'effectuait Khadda. C'est aussi un hommage d'une épouse aimante envers un être exceptionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.