La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





les gains
le lait, ça fait grandir…
Publié dans Liberté le 01 - 12 - 2010

Pourtant, le prix de la poudre à l'importation est soutenu par l'Etat. Une aide décidée dans le seul but d'en faire du lait en liquide et le revendre en sachet d'un litre, à raison de 25 DA. Mais, sur le marché, ce précieux liquide blanc, il se fait de plus en plus rare. Pour en consommer, il faut se rabattre sur le lait en poudre vendu en boutique. Seulement, comme il est très cher, il faut beaucoup d'argent… liquide, avant d'obtenir un paquet de poudre.
Syrpalac, demi-écrémé.
Incontestablement, le lait est le produit le plus indispensable pour notre alimentation, notamment pour les enfants. Le lait est par conséquent un produit de très large consommation. Et à ce titre, l'Etat, à travers le ministère de l'Agriculture, a mis en place un important dispositif de régulation, dénommé “Syrpalac”. Ce système de régulation des produits agricoles de large consommation, mais pas seulement le lait, a été renforcé par de multiples autres dispositifs pour améliorer durablement la production nationale et augmenter les volumes de récoltes pour les produits agricoles et de collecte pour le lait cru. Ainsi, pour la filière lait, il est attendu à l'horizon 2014, une réserve de vaches laitières estimée à 1,2 million de têtes, une production de lait cru de 3,2 milliards de litres et une collecte de lait cru de 1,3 milliard. Pour ce faire, trois ambitieux programmes sont mis en œuvre. La mise à niveau des élevages laitiers et un programme d'accroissement des effectifs laitiers et de collecte de lait cru, à travers des conventions, entre et autour, des différents acteurs, à savoir, l'Onil aux laiteries, les laiteries aux collecteurs et les laiteries aux éleveurs. Quant au troisième programme, il concernera l'accompagnement technique ainsi que l'encadrement financier de la filière lait. La partie technique de ces opérations est confiée à trois structures publiques. L'Itelv, le Cniad et l'ITGC. De plus, l'accompagnement financier est l'affaire de trois autres institutions sectorielles, à travers trois dispositifs : le crédit sans intérêt RFIG, le FNRPA, pour ce qui est du soutien à la production, à la collecte et à l'intégration du lait cru et enfin, le FNDIA, destiné au financement des investissements à la ferme (mise à niveau, fourrage, insémination, etc.).
À chacun son métier…
Cependant, on ne peut, en toute honnêteté, prétendre que l'Etat n'a rien fait ! Seulement, l'Etat, ce n'est pas un seul ministère. Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, en l'occurrence, a en effet, mis en place un schéma d'activité, tous azimuts. Il a réussi à mettre sur le marché national tous les produits frais. Et en quantité et en qualité. Pour le lait, une politique nationale y a été pareillement élaborée, puis menée sur le terrain… à la limite de ses prérogatives. Au-delà, si un produit fait défaut sur le marché du détail, il faut voir ailleurs. À chacun son métier et les vaches seront bien gardées, dit un proverbe ! En fait, un système de régulation implique nécessairement plusieurs acteurs, plusieurs ministères. Quand le lait vient à manquer dans votre bol, c'est que le mécanisme de commercialisation a quelque part failli. C'est le fameux Syrpalac qui n'a sans doute pas assez poussé son imagination pour aller jusqu'à superviser les industriels du lait ? Savoir s'ils le transforment pour la vente en sachet ou pour en faire des yaourts ou autres produits dérivés ? Cela, le secteur de l'agriculture ne peut pas le réaliser. Cela ne relève pas de ses prérogatives, sinon il l'aurait fait. Et assurément, bien fait ! L'activité industrielle et commerciale est soumise à l'octroi d'un registre du commerce. Son contrôle est soumis à la seule compétence des services du commerce. C'est une mission qui intervient en aval des services agricoles. Là où il y a fort à faire, c'est au niveau de ces services qui, de tout temps, ont montré leurs limites. À titre d'exemple, le dernier en date, l'Aïd El-Kebir, avec l'envolée des prix des fruits et légumes. Le ministère du Commerce a été aussi déficient que d' habitude. C'est d'ailleurs une vieille tradition. Quoique, encore une fois, ses services aient vainement menacé les commerçants à rester ouverts pendant les jours de fêtes… La suite, on la connaît. Impuissance absolue devant l'informel qui prend des proportions toujours plus grandes. Incapacité à organiser nos marchés. Qu'ils soient de gros ou de détail, l'anarchie qui y règne est la même. Le mal doit être plus profond qu'on ne le soupçonne…
Avant, c'était mieux !
Le lait, ce n'est qu'un élément parmi tant d'autres, mais il a la particularité de constituer l'aliment essentiel du maigre menu des ménages. Pour substituer le lait en sachet, par le paquet de lait en poudre, il faut multiplier le prix par 10, ce que le porte-monnaie des familles algériennes ne peut se permettre. C'est juste une question de pouvoir d'achat, calculé sur un niveau de vie en décalage d'un quart de siècle. Au prix d'il y a 25 ans, les Algériens pourraient acheter 1 000 grammes de poudre de lait. Mais, que de temps a passé depuis ! Le meilleur des systèmes de régulation serait celui dont la réflexion soit basée sur “la vraie vie''. Un système qui tienne compte de son époque, des tarifs réels, sans soutien aucun, mais, avec un pouvoir d'achat permettant à un salarié de subvenir aux besoins les plus élémentaires, des siens. Si l'Etat veut réellement corriger les inefficacités du marché, il se doit de prendre une décision, au plus haut niveau, juste et courageuse, aux antipodes des concepts populo-socialistes d'assistance. Ce n'est que de cette manière que le peuple ne serait plus l'otage d'opérateurs malintentionnés, déviant la poudre de lait de sa destination originelle. Ce n'est que de cette manière que le spectre des pénuries en tout genre ne refasse pas son apparition. Parce que, il faut bien l'admettre, ces jours-ci, un vent des années 70 a bien soufflé chez nous ! Et avec son seul lot de “choses pas bien''. Sinon… avant c'était mieux ! Dixit notre Slim national.
R. L.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.