Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'armée égyptienne renoue avec les vieux réflexes de la dictature
Publié dans Liberté le 31 - 12 - 2011

Gaz lacrymogènes, passages à tabac, torture, harcèlements sexuels et tirs à balles réelles … l'usage de la répression des années dictatures par l'armée égyptienne fait craindre pour les acteurs de la révolution du Nil une contre-révolution. Le Conseil militaire qui exerce le pouvoir réel resserre la vis, on est bien loin des images du début du soulèvement où révolutionnaires de la place Tahrir et militaires se congratulaient et où ces derniers avaient pesé de tout leur poids pour contraindre Moubarak à lâcher son pouvoir. Bien loin de ces clichés en boucle où les manifestants dormaient à l'ombre des tanks. L'armée avait alors conquis ses lettres de noblesse, auréolée, elle avait même acquis sa légitimité pour conduire la transition démocratique. Et puis, il y a eu ce déchaînement contre une manifestation de Coptes le 10 octobre. Des tanks foncent sur les manifestants. Des images violentes, signes avant-coureurs d'un pas en arrière dans le processus révolutionnaire. Comme au temps du régime autoritaire, l'armée a agité le chiffon rouge du complot étranger et à la Place Tahrir, le chef du Conseil suprême des forces armées, le général Tantaoui, est l'homme à faire descendre du trône. Il a remplacé sur les banderoles le visage de l'ancien raïs, accusé de semer le chaos. D'où vient cette crispation militaire ? Il faut savoir que l'armée en Egypte est plus qu'une institution, c'est une corporation très privilégiée, très présente dans le secteur économique notamment dont elle détient près de 30%. Son rôle dans la société était rarement critiqué, de Nasser à Moubarak, tous les présidents égyptiens furent des officiers. Pour des observateurs, avec les élections législatives et la percée des partis islamistes, les Frères musulmans et leur extrême droite d'En-Nour, les militaires ont craint pour leurs privilèges et cherchent à assurer leurs arrières, préserver leur statut. Pour d'autres, l'armée veut rester maître des changements. Pour elle, la transition démocratique se termine avec les législatives, alors que pour les acteurs de la Place Tahrir, le printemps du Caire est loin d'être clos. À la place Tahrir qui continue de rassembler les jeunes qui aspirent à des changements profonds (une société plus juste, plus démocratique), le maréchal Tantaoui aurait conclu un deal avec les islamistes. À ces derniers une partie du pouvoir et aux militaires la tâche d'assurer cet ordre pour bénéficier encore d'une position privilégiée, plus nécessairement politiquement. Surtout, le maréchal veut éviter les chasses aux sorcières, d'où sa violence pour mater les soubresauts révolutionnaires. La reprise en main de la révolution par l'armée date en fait du jour où elle a lâché Moubarak, elle a tenté de faire taire les blogueurs et autres empêcheurs de tourner en rond.
D. B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.