Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ultimatum des Archs
Publié dans Liberté le 23 - 11 - 2003


La Kabylie vit au rythme des dissenssions
Le dialogue, option minoritaire
Les partisans du dialogue, en prenant le risque d'éclater le mouvement des archs, optent pour un isolement suicidaire.
La scission au sein du mouvement citoyen est visiblement consommée. Pour preuve, la tenue du conclave de l'Interwilayas dans la nuit d'hier à l'Intht de Tizi Ouzou, sans consensus aucun et en l'absence de plusieurs coordinations parmi les “grosses cylindrées”, reconnues pour être des plus représentatives. Alors que la Coordination des archs, daïras et communes de Tizi Ouzou (CADC) est, depuis quelques semaines déjà, divisée en deux ailes au moins, la Coordination des archs de Béjaïa n'est pas épargnée par ce phénomène. Le conclave de la CICB, tenu ce week-end au TRB, a pratiquement consacré la rupture entre les coordinations locales cataloguées maintenant en “dialoguistes” et “antidialoguistes”.
Quatorze coordinations membres de l'Intercommunale ont opté pour la participation à la rencontre de l'Interwilayas. Et ce, loin du sacro-saint consensus, pourtant base de fonctionnement du mouvement citoyen. “Pour notre part, la décision de participer à l'Interwilayas de Tizi Ouzou est irréversible et advienne que pourra”. Cette déclaration faite par le président du conclave sur un ton provocateur et au mépris de la plénière renseigne sur au moins une chose : la plénière du TRB était un simple faire-valoir puisque les décisions ont été prises ailleurs.
Et pas forcément par des délégués. Pourtant, les délégués d'El-Kseur, d'Akbou, de Tinebdar, Souk El-Tenine et d'AIt R'zine ont pesé de tout leur poids pour éviter à la CICB de prendre fait et cause pour le groupe d'Abrika. “On ne peut pas tenir une Interwilayas tant que la CADC est divisée”, rappelle un délégué pour qui le conclave de l'Interwilayas est une “dérive”. À Bouira également, l'option du dialogue est minoritaire. Le conclave de Bechloul, qui devait arrêter, jeudi dernier, la décision du boycott de l'Interwilayas, n'a pas eu lieu et la manœuvre a été orchestrée par les comités de Raffour, Aït Laâziz et M'chedellah essentiellement. Pourtant, le document de mise en œuvre de la plate-forme d'El-Kseur n'est pas adopté par la plénière de la Coordination des comités citoyens de la wilaya de Bouira (Cccwb). Par contre, la CADC de la wilaya de Boumerdès a carrément opté pour le rejet de la rencontre de l'Intht de Tizi Ouzou.
À Tizi Ouzou, les déclarations de démarcation de l'aile d'Imzizou de la CADC se multiplient.
Outre l'aile de Mechtras de la CADC, en conclave ouvert depuis un certain temps, les coordinations de Tigzirt, Makouda, Boudjima, Ath Jennad et Larbaâ Nath Irathen considèrent cette Interwilayas comme “nulle et non avenue”. Pour ces coordinations, le document de mise en œuvre de la plate-forme d'El-Kseur est “une arnaque politique, juridique et historique”.
Et l'empressement pour son adoption est “le résultat de tractations et de grenouillages secrets visant l'asservissement, sans aucun doute, de la Kabylie par l'argent sale”. Les coordinations de Ath Zmenzer et des Ouacifs se sont démarquées, elles aussi, de ce conclave qui soulève beaucoup de controverses.
Les partisans de ce conclave sont catalogués comme étant des “dialoguistes”. Ils veulent aller vite en besogne, en organisant un conclave de l'Interwilayas hors de tout consensus et en un jour. Cela veut dire qu'il y a “des pressions venues d'en haut”. Sinon, pourquoi prendre le risque de faire imploser le mouvement ? Et puis, il y a les préalables posés par les archs qui risquent d'être renvoyés aux calendes grecques. La non-prise en charge de ces préalables par les pouvoirs publics implique que le dialogue auquel a appelé le président de la République constitue une manœuvre sournoise, surtout que ce “dialogue de pacotille”, si bien sûr dialogue il y a, intervient dans un contexte préélectoral. Les partisans de cette option — le dialogue — sont de plus en plus minoritaires. Alors, pourquoi tient-on à ce point à aller au dialogue plus vite que la musique ? Cette fuite en avant ne réglera pas bien entendu la crise de Kabylie.
Pour nombre de délégués, l'isolement suicidaire des partisans du dialogue sera consacré par le conclave de l'Intht qui prend les formes du congrès de Tripoli, toutes proportions gardées.
Y. A.
Dernière minute
Le pouvoir a sept jours pour répondre aux préalables
L'ultimatum des archs
Les délégués de l'Interwilayas ont lancé, hier, à Tizi Ouzou, un ultimatum de sept jours au pouvoir afin de répondre aux six préalables posés par le mouvement citoyen avant la mise en œuvre de la plate-forme d'El-Kseur. À défaut d'une réponse dans ces délais, les délégués mettront un terme définitif au processus du dialogue. Le conclave se poursuivait hier, encore, tard dans la soirée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.