Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Avant-projet de loi organique relative aux élections: Les assurances de la commission Laraba    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Conseil de la FIFA: Les dessous de l'affaire Zetchi    Le génie du virus    Le confinement n'en n'est pas la seule cause: Cybercriminalité et violence contre les femmes et les enfants en hausse    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    L'opposition partagée    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Tinhinane Laceb retrouvée morte    OL : Rudi Garcia calme le jeu pour Benzema    Programmes AADL en difficulté à l'Est : Les VRD traînent et les raccordements en attente à Guelma    Alejandro Gomez n'est plus un joueur de Bergame    Milan AC : Ibrahimovic a présenté ses excuses    La directrice des médias limogée    Le RND émet quelques réserves    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    Cafouillage paralysant    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Sami Agli sonne l'alarme    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Les croissants    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Auteur d'un livre pour mettre à nu “le rôle des Américains” dans le Printemps arabe
Le Dr Bensaâda : “On assiste à une redistribution des cartes dans la région”
Publié dans Liberté le 04 - 03 - 2012

“Je ne dis pas que les Américains sont les instigateurs du Printemps arabe, qui est le fruit d'une situation sociale mauvaise dans les pays de la région, mais ils ont joué un rôle”, soutient-il.
Les Américains sont pour beaucoup dans l'éclosion du Printemps arabe. C'est le point de vue défendu, hier, lors d'une conférence animée au siège de Liberté par le Dr Ahmed Bensaâda, ancien enseignant à l'université d'Oran, aujourd'hui chercheur à l'Ecole polytechnique de Montréal, qui vient de publier un livre aux éditions Michel-Brulé (Québec) et Synergie (Algérie), au titre éloquent Arabesque américaine : le rôle des Etats-Unis dans les révoltes arabes.
Pour lui, les révoltes arabes empruntent les mêmes techniques aux révolutions dites colorées qui ont ébranlé, à partir de 2002, les pays de l'Est (Serbie, Géorgie, Ukraine et Kirghizistan) dont les leaders ont puisé l'essentiel de leurs corpus théoriques dans le livre culte De la dictature à la démocratie, écrit par le théoricien américain Gere Sharp.
Mieux, beaucoup de cyberdissidents arabes, du moins les plus connus, ont fait, selon le Dr Bensaâda, des formations à l'école Canvas du cyberdissident serbe Srdje Popovic. Pour preuve, les techniques enseignées par ce centre ont été appliquées par les manifestants égyptiens (offrir des fleurs aux policiers, monter sur les chars des militaires, écrire des slogans sur le sol, etc.). Ce centre est financé par l'ONG Freedom House. Pour le Dr Bensaâda, beaucoup d'ONG américaines (Usaid, Freedom House, NDI, NED, IRI) ne sont pas aussi indépendantes qu'elles le prétendent. Elles sont de mèche avec le gouvernement américain et ont, elles aussi, un rôle dans le financement et la formation de la cyberdissidence arabe. Une remarque tout de même : le Dr Bensaâda a livré hier un avis moins tranché sur le rôle des Américains dans les révoltes arabes. “Je ne dis pas que les Américains sont les instigateurs du Printemps arabe qui est le fruit d'une situation sociale mauvaise dans les pays de la région, mais ils ont joué un rôle”, dit-il, non sans soutenir qu'“il y a des gens (les manifestants, ndlr) qui meurent mais, je suis désolé de le dire, ils meurent pour rien”. Pourquoi ? “L'enjeu dépasse de loin le cas du jeune tunisien Bouazzizi qui a été utilisé. On assiste à une sorte de redistribution des cartes. Et si le régime syrien tombe, on s'attaquera à l'Iran ; cela ferait le jeu d'Israël”, explique-t-il. Pourquoi les cyberdissidents algériens n'ont pas eu la même réussite que leurs collègues tunisiens et égyptiens ? “Les Algériens ont de l'aversion pour l'ingérence étrangère. On est belliqueux entre nous mais on n'aime pas que les étrangers s'immiscent dans nos affaires”, répond-il.
Avec un tel livre, l'auteur ne craint-il pas de se voir taxé de pro-régime qui, pour discréditer l'opposition, a toujours ressorti la rengaine de la main étrangère ? “Personne, jusqu'ici, ne m'a collé une telle étiquette. Moi, je suis physicien de formation, je valide des hypothèses. Je ne travaille ni pour la CIA ni pour la DGSE”, rétorque-t-il.
Selon lui, il y a trois ou quatre membres de la CNCD qui auraient reçu des aides financières de la part d'organismes américains. Il a cité la Laddh, qui travaille avec la NED, et le Snapap, qui est en relation avec Solidarity Center. Comment se fait-il que les autorités n'aient pas réagi alors que la loi interdit aux associations de percevoir un financement étranger ? “Je ne connais pas vraiment la loi algérienne mais je ne dis pas qu'elles ont utilisé l'argent perçu pour de la subversion. Il faut peut-être demander à ces associations ce qu'elles ont fait avec ce financement”, répond-il, avant d'asséner : “Les Etats-Unis ont aidé des associations et continueront à le faire.”
A C


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.