Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décès du prince héritier d'Arabie saoudite
Disparition d'un pilierdu wahhabisme
Publié dans Liberté le 17 - 06 - 2012

Chef de la guerre contre le terrorisme, qui a fait fuir Al-Qaïda vers le Yémen, Nayef Ben Abdel Aziz était un poids lourd du royaume saoudien, dont il fut le ministre de l'Intérieur pendant 37 ans.
Le prince héritier d'Arabie Saoudite, Nayef Ben Abdel Aziz, est décédé hier à l'âge de 79 ans à l'étranger, a annoncé la télévision d'Etat, Ekhbaria. Sa disparition, huit mois seulement après sa désignation après le décès de son frère, le prince Sultan, pose avec acuité le problème de la succession dans le royaume wahhabite vu que le roi Abdallah, demi-frère du disparu, est âgé de 88 ans. Sauf surprise, c'est le prince Salmane Ben Abdel Aziz, ministre de la Défense, âgé de 76 ans, qui devrait lui succéder. Il faut croire que la mort de Nayef Ben Abdel Aziz est un événement tant l'homme avait son poids dans la gestion du royaume. Ministre de l'Intérieur pendant 37 ans, il a mené la lutte contre Al-Qaïda qui avait perpétré des attentats sanglants dans le royaume de 2003 à 2006, obligeant ses chefs et membres à s'enfuir au Yémen, toute en démantelant les associations caritatives qui collectaient les dons pour le réseau.
Personnage austère, le prince Nayef était considéré comme plus conservateur que le roi Abdallah, un prudent réformateur. Et dans ce domaine de la lutte contre le terrorisme, il sera difficile de lui trouver un remplaçant. Par ailleurs, il s'est également imposé comme un défenseur de la dynastie des Al-Saoud, sévissant contre toute forme d'opposition.
Il était connu pour entretenir de bonnes relations avec les milieux religieux tenants de l'orthodoxie et généralement opposés à une évolution du royaume ultraconservateur. Nayef Ben Abdel Aziz, qui était aussi partisan d'une ligne dure à l'égard de l'Iran, avait toutefois de solides relations dans le monde arabe. Il avait, selon des diplomates, joué un rôle dans la décision du royaume d'accueillir le président tunisien déchu, Zine El Abidine Ben Ali, et d'envoyer des troupes à Bahreïn pour aider à la répression de la contestation animée par des chiites.
Né à Taëf en 1933, il avait été nommé gouverneur de Riyad à 20 ans, avant de devenir vice-ministre de l'Intérieur en 1970 puis ministre de l'Intérieur en 1975. Ceci étant, le vieillissement des premiers princes de la dynastie qui dirige une puissance pétrolière de premier plan située au cœur d'une région en pleine mutation politique ne laisse pas les grandes capitales mondiales de marbre.
En effet, l'Arabie Saoudite, qui est un poids lourd de la région, même si c'est le Qatar qui est sous les feux de la rampe ces dernières années, fait l'objet d'un intérêt particulier en raison de ses immenses réserves en pétrole et son importance dans les marchés pétroliers. Selon la télévision, il sera inhumé aujourd'hui en Arabie Saoudite, après une prière pour son âme, en début de soirée, dans la grande mosquée de La Mecque, ville sainte de l'ouest de l'Arabie Saoudite. Le prince héritier s'était rendu le 26 mai à l'étranger pour y subir, selon les médias saoudiens, des examens médicaux pour la deuxième fois en moins de trois mois. Selon des spécialistes du royaume, il souffrait d'un cancer. Avant même son départ pour l'étranger, la télévision saoudienne montrait le prince Nayef la plupart du temps assis et les traits fatigués.
M T


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.