Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Les explications du ministre Attar    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Polémique FAF-FTF    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Pour 220.000 entreprises de l'ANSEJ: Dettes rééchelonnées et pénalités effacées    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RCD
“Appel à la destitution de Bouteflika"
Publié dans Liberté le 15 - 12 - 2012

“Dès le départ, cet échec est celui d'un système. Aujourd'hui, il est celui d'un chef d'Etat dont l'incompétence économique est manifeste et qui en est réduit à gérer la dépense publique", a indiqué M. Belabbas à l'ouverture des travaux du conseil national du RCD.
Au moment où se font entendre quelques voix appelant l'actuel locataire du palais d'El-Mouradia à briguer un 4e mandat, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), lui, appelle à la destitution du chef de l'Etat pour incapacité physique à honorer ses charges présidentielles. “Son état de santé, qui n'est pas pour l'excuser, le rend incapable de gouverner et sa destitution, en vertu de l'article 88 de la Constitution, est une urgence si on veut freiner la précipitation et l'aggravation de la crise institutionnelle et politique", a affirmé Mohcine Belabbas, hier, à l'ouverture du conseil de son parti, tenu à Alger.
“Le dernier signe de son incapacité à faire face au minimum d'obligations protocolaires se révèle dans le retard (bientôt quatre mois) qui continue de s'accumuler pour l'ouverture de l'année judiciaire", a-t-il expliqué.
Autre pièce à charge retenue par le président du RCD contre Bouteflika : sa mauvaise gestion du pays. “Depuis cinquante ans, nous ne parlons que de faillite de l'école, de chômage de masse, de perte de repères, d'absence de confiance dans les institutions, de malvie, de détournements et de corruption, de la double dépendance des hydrocarbures et de l'importation... Dès le départ, cet échec est celui d'un système. Aujourd'hui, il est celui d'un chef d'Etat dont l'incompétence économique est manifeste et qui en est réduit à gérer la dépense publique", a-t-il souligné.
En plus du locataire d'El-Mouradia, la “police politique" est aussi dans le viseur du RCD qui ne demande rien moins que sa dissolution pure et simple. “La dissolution de la police politique est nécessaire, urgente, vitale et inéluctable", a assuré
M. Belabbas, allusion au DRS. “C'est par son entremise que le régime se maintient à travers un système de surveillance et de contrôle sur les partis politiques, la société civile et plus globalement de toute la population", a-t-il expliqué.
Outre la restitution du sigle FLN au peuple algérien, le RCD exige le limogeage de certains ministres du gouvernement Sellal qui sont cités dans des affaires de corruption. “La lutte contre la corruption, fléau national, restera un slogan vide tant que les ministres impliqués et, pour certains cités dans des scandales politico-financiers, ne sont pas renvoyés du gouvernement. C'est leur présence dans l'Exécutif qui a encouragé la candidature de plusieurs personnages corrompus aux élections locales", s'est exclamé M. Belabbas. Revenant sur les dernières élections locales, le président du RCD s'est félicité de “la ferveur militante intense" suscitée par la campagne menée par son parti, laissant espérer, estime M. Belabbas, “une réconciliation du citoyen avec le combat politique". “Comparativement au scrutin de mai dernier, cette mobilisation s'est vérifiée à travers le taux de participation important enregistré notamment dans les wilayas où nous avons été présents", a-t-il souligné, citant Tizi Ouzou et Béjaïa qui ont vu leur taux de participation boosté par l'implication du RCD, passer presque du simple au double. Et grâce à son “immense capital moral et politique", le RCD, estime son président, a réussi à se mettre en “pole position de l'opposition démocratique". “Nous sommes dans une conjoncture interne et externe qui porte notre projet, nous avons le potentiel, nous venons de le démontrer, nous avons la détermination, il nous reste à adapter nos moyens et notre organisation à cette belle et noble tâche", a-t-assuré.
A C


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.