Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RCD
“Appel à la destitution de Bouteflika"
Publié dans Liberté le 15 - 12 - 2012

“Dès le départ, cet échec est celui d'un système. Aujourd'hui, il est celui d'un chef d'Etat dont l'incompétence économique est manifeste et qui en est réduit à gérer la dépense publique", a indiqué M. Belabbas à l'ouverture des travaux du conseil national du RCD.
Au moment où se font entendre quelques voix appelant l'actuel locataire du palais d'El-Mouradia à briguer un 4e mandat, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), lui, appelle à la destitution du chef de l'Etat pour incapacité physique à honorer ses charges présidentielles. “Son état de santé, qui n'est pas pour l'excuser, le rend incapable de gouverner et sa destitution, en vertu de l'article 88 de la Constitution, est une urgence si on veut freiner la précipitation et l'aggravation de la crise institutionnelle et politique", a affirmé Mohcine Belabbas, hier, à l'ouverture du conseil de son parti, tenu à Alger.
“Le dernier signe de son incapacité à faire face au minimum d'obligations protocolaires se révèle dans le retard (bientôt quatre mois) qui continue de s'accumuler pour l'ouverture de l'année judiciaire", a-t-il expliqué.
Autre pièce à charge retenue par le président du RCD contre Bouteflika : sa mauvaise gestion du pays. “Depuis cinquante ans, nous ne parlons que de faillite de l'école, de chômage de masse, de perte de repères, d'absence de confiance dans les institutions, de malvie, de détournements et de corruption, de la double dépendance des hydrocarbures et de l'importation... Dès le départ, cet échec est celui d'un système. Aujourd'hui, il est celui d'un chef d'Etat dont l'incompétence économique est manifeste et qui en est réduit à gérer la dépense publique", a-t-il souligné.
En plus du locataire d'El-Mouradia, la “police politique" est aussi dans le viseur du RCD qui ne demande rien moins que sa dissolution pure et simple. “La dissolution de la police politique est nécessaire, urgente, vitale et inéluctable", a assuré
M. Belabbas, allusion au DRS. “C'est par son entremise que le régime se maintient à travers un système de surveillance et de contrôle sur les partis politiques, la société civile et plus globalement de toute la population", a-t-il expliqué.
Outre la restitution du sigle FLN au peuple algérien, le RCD exige le limogeage de certains ministres du gouvernement Sellal qui sont cités dans des affaires de corruption. “La lutte contre la corruption, fléau national, restera un slogan vide tant que les ministres impliqués et, pour certains cités dans des scandales politico-financiers, ne sont pas renvoyés du gouvernement. C'est leur présence dans l'Exécutif qui a encouragé la candidature de plusieurs personnages corrompus aux élections locales", s'est exclamé M. Belabbas. Revenant sur les dernières élections locales, le président du RCD s'est félicité de “la ferveur militante intense" suscitée par la campagne menée par son parti, laissant espérer, estime M. Belabbas, “une réconciliation du citoyen avec le combat politique". “Comparativement au scrutin de mai dernier, cette mobilisation s'est vérifiée à travers le taux de participation important enregistré notamment dans les wilayas où nous avons été présents", a-t-il souligné, citant Tizi Ouzou et Béjaïa qui ont vu leur taux de participation boosté par l'implication du RCD, passer presque du simple au double. Et grâce à son “immense capital moral et politique", le RCD, estime son président, a réussi à se mettre en “pole position de l'opposition démocratique". “Nous sommes dans une conjoncture interne et externe qui porte notre projet, nous avons le potentiel, nous venons de le démontrer, nous avons la détermination, il nous reste à adapter nos moyens et notre organisation à cette belle et noble tâche", a-t-assuré.
A C


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.