Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Les suppressions de postes chez Airbus : Une nouvelle «dévastatrice»    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    La mère des batailles    La tablette et les diplômés chômeurs    Après la fermeture des marchés à bestiaux: Plaidoyer pour une vente contrôlée des moutons de l'Aïd    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NOIR ET BLANC
Des pieds et des mains
Publié dans Liberté le 06 - 02 - 2013

Les Oranais qui n'ont ni soleil des tropiques à faire valoir, ni fonte des neiges à se farcir, ont pourtant un serieux souci avec leur climat aujourd hui. Quelqu'un me disait l'autre jour qu'il ne savait plus comment se vêtir en sortant le matin de chez lui. Fallait-il qu' il se rembourasse de tout ce qui traînait dans la penderie et marcher comme un pingouin ou au contraire
qu' il enfilasse un imperméable soft et se donner l'air du monsieur pas concerné quitte à trembler des guiboles ? Désolé, je n'ai pas pu résister à l'envie d'employer au moins une fois dans mes chroniques l'imparfait du subjonctif. Bref, un véritable casse-tête cet hiver pour les femmes qui tiennent à leur permanente et un casse-tête pas possible pour les mecs qui ne veulent à aucun prix ressembler à des boudins. Qu' il souffle en ville et des vieillards très forts en cumulus, vous indiquent aussitôt la direction de l'Espagne où ils n'ont d'ailleurs jamais mis les pieds. Pas bête comme explication puisque pour balayer Oran, le chergui comme le guebli sont obligés de venir des Açores du moins c'est ce qu'on prétend. Et personne à ma connaissance n'a jamais tenu tête aux moulins à vent de Don Quichotte. Qu' il pleuve et c'est la cata et même la grosse cata. Surtout pour les jeunes qui ont du mal à protéger leur gel des hallebardes et leur Reebok de l'outrage de l'eau. Seuls les fellahs qui habitent en banlieue gardent la tête froide et les pieds bien plantés au sol du terroir.
Ils n'ont peur ni pour leur gel, ils portent un turban, ni pour leur image : en milieu urbain, ils portent la plus belle et la plus indémodable des marques, la djellaba.
M. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.