Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'origine des prénoms employés en Algérie
Mostafa, Safi, Safwan, Safia
Publié dans Liberté le 11 - 04 - 2013

Ce prénom masculin fait partie de la nomenclature traditionnelle algérienne. On l'orthographie de plusieurs façons : Mostéfa, Mostafa, Mustapha... Dans la tradition musulmane, Mostafa est l'une des épithètes du Prophète Mohammed(QSSSL) : Mohammed al Mostafa, Mohammed l'Elu, le Pur.
Le prénom provient de la racine arabe SFW, qui a fourni, entre autre, le verbe s'afâ? ‘'être pur, clair (ciel sans nuage), limpide (eau), être pur de cœur, d'intention etc.'' Quant à Mostafa, il signifie ‘'choisi, élu par Dieu, en parlant du Prophète(QSSSL)''. De la même racine dérivent d'autres prénoms : Safi ‘'pur'', et son pendant féminin, Safia, Safwan, pur, dégagé, en parlant du ciel. Parmi les Mostafa célèbres, citons un martyr de la guerre de Libération nationale, Mostafa Ben Boulaïd.
Né en 1917 à Arris, dans les Aurès, il est mort en 1955 à Alger. Le jeune Mostéfa put faire des études primaires à l'école de Batna où il en ressortit avec le certificat d'études primaire. Il fut mobilisé au cours de la Seconde Guerre mondiale et participa aux combats : ses faits d'armes lui valurent la croix de guerre et le grade d'adjudant. Il avait adhéré au MTLD, le parti nationaliste qui avait remplacé le PPA, interdit par les autorités françaises. Il se présente sous son étiquette mais à cause de la fraude, c'est le candidat acquis aux Français qui est élu.
Après cet épisode, il entra en contact avec les proscrits, les fameux “bandits d'honneur'", qui avaient pris le maquis à la fin de la guerre. L'armée française entreprit de ‘‘nettoyer'' le maquis mais l'opération se solda par un échec. Ben Boulaïd acquit alors la conviction que les Français n'étaient pas aussi invincibles qu'ils paraissaient et que l'heure était venue d'engager le combat pour l'indépendance.
Il ne parvint pas, cependant, à convaincre Messali Hadj, le chef du MTLD, à déclencher la lutte armée. D'autres personnalités politiques refusèrent de le suivre, mais fort du soutien de Krim Belkacem, il décida de passer à l'action, en créant d'abord le CRUA, Comité révolutionnaire d'unité et d'action, puis en déclenchant, le 1er novembre 1954, la Révolution.
Les Français, pas plus qu'en 1952, ne parvinrent à éliminer la rébellion, qui avait éclaté simultanément dans toute l'Algérie. Ben Boulaïd fut arrêté en février 1955 à la frontière tuniso-libyenne, au cours d'un déplacement effectué pour se procurer des armes.
Il fut jugé et condamné à mort mais il parvint à s'échapper et à regagner le maquis. Un colis piégé le tua le 27 mars 1956.
M A H
([email protected])
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.