Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    Pourquoi ça bloque    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Magra coule, Médéa propulsé !    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    La confirmation de Pinnick    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    La menace Omicron    Les Sudistes croient à la remontada    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Ligue 2: Le réveil des mal-classés    Sidi Bel Abbès: Transport privé - transport public : «le SMOG»    Comparaison est parfois raison    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Contribution
L'aboutissement de la nouvelle cartographie au Moyen-Orient
Publié dans Liberté le 05 - 09 - 2013

Les turbulences que connaît le monde arabe, à l'issue de ce qui est abusivement dénommé le Printemps arabe, notamment les régimes à gouvernance autocratique à l'image de la Tunisie, la Libye, l'Egypte, la Syrie, n'est que la déclinaison d'un processus de mutations entamé au siècle dernier avec la chute du mur de Berlin et le démantèlement du modèle soviétique de gouvernance. Il s'agit, en fait, de mutations systémiques en vue de l'instauration des principes de gouvernance d'un nouvel ordre qui est la globalisation et en consolider les fameux 7 piliers.
Les secousses, qui ébranlent les pays arabes actuellement, vont dans le sens non pas de la chute des régimes mais surtout de la chute des élites de ces régimes au pouvoir qualifiés de totalitaires et qui en fait ne correspondent plus aux profils établis pour gouverner cette nouvelle ère. Le renversement de Morsi par les militaires en Egypte nous confirme cet état de fait. Il est clair que tout ce processus avait commencé avec l'élimination de Saddam Hussein.
Dans ce contexte, il utile de distinguer deux groupes de pays :
- Les états-nation, des pays à identité nationale relativement solide, qui vivent un épuisement voire un essoufflement de régimes, une limite de leurs modes et modèles de gouvernance et une transition politique (Tunisie, Egypte, Maroc, Algérie) ;
- Les Pays à faible unité nationale qui sont travaillés par des forces tribales, claniques, communautaires dominantes (Libye, Iraq et Syrie).
Nous sommes bel et bien dans les non-dits du discours du Caire du Président Obama à l'issue de son investiture à la Présidence des Etats-Unis et qui est en fait le prolongement de la politique du président Bush pour ce qui est du projet de démocratisation du Moyen-Orient et Afrique du Nord dénommé également Grand Moyen-Orient qui date depuis 2003 et qui a commencé par la deuxième guerre du Golfe et l'élimination du symbole de l'autoritarisme Saddam Hussein. Selon ma lecture que j'avais partagée en mai 2011 dans les colonnes de ce même média, le cas syrien aujourd'hui le confirme. Trois étapes de cette feuille de route globale en constituent le "driver". Il s'agit de :
- phase de démantèlement du panarabisme ;
- phase de fragilisation et fragmentation des Etats-clés ;
- phase de mise en œuvre de gouvernances dite d'inclusion.
La stratégie adoptée pour le monde arabe aurait pour objectif, si mon décryptage de la vision des puissances occidentales est correct, une harmonisation des standards de gouvernance avec "un formatage" de la structure mentale des dirigeants nouveaux qui adopteront une même ligne de conduite. Dans certains cercles d'influence mondiaux, on parle de gouvernants "Generation 11" référence faite à l'année 11 du 21e siècle.
Après l'humanitaire, c'est autour de la possession et/ou de l'utilisation des armes à destruction massive, les CBN, qui constituent le prétexte pour une ingérence voire des interventions militaires internationales. L'affaire Valerie Palme Wilson, ex-chef de la division WMD (armes à destruction massive) de la CIA et le sort qui lui avait été réservée par l'Administration américaine en dévoilant son identité au public pour avoir défié le président Bush en attestant que l'Irak ne possédait pas d'armes nucléaires est la pour nous le faire rappeler !
Aujourd'hui, le tour de la Syrie est arrivé.
Une intervention militaire avec comme conséquence le renversement du président Bachar al-Assad est à forte probabilité. Depuis environ quelques années, les think tanks les plus influents ont élaboré plusieurs scénarios. Selon mon analyse et mon décryptage des différents scénarios, il me semble que nous nous acheminons vers l'émergence d'une Syrie unifiée à l'issue de la défaite qu'accuserait Bachar al-Assad et qui serait entre les mains des forces soutenues par les Etats-Unis et les amis de la Syrie. Dans ce cas, un gouvernement de coalition sunnite majoritaire opérant sous un système pseudo fédéral se mettrait en place. Dans le but de dissiper les rapports ethniques et sectaires tendus, une autonomie significative serait donnée aux gouvernements locaux et régionaux. Cet état final serait le résultat le plus positif du point de vue des Etats-Unis et de ses amis dans la région. Aux yeux des Etats-Unis, la connexion de l'Iran avec la Méditerranée serait rompue et le Hezbollah aura perdu un soutien-clé. Plus important, du point de vue des Américains, c'est que les réfugiés qui sont en Jordanie, en Turquie et au Liban pourraient retourner chez eux. Toutefois, cette option demeure tributaire de l'unification de l'opposition, de l'unification de la coalition et de l'engagement par un plan d'action qui permettra d'atteindre cet objectif.
À terme nous pourrions assister, également, à la fin des frontières de Sykes-Picot dans la région. Certaines parties de la Syrie seraient absorbées par les pays voisins ou conglomérées avec les régions séparatistes dans d'autres pays pour former de nouveaux micro-Etats.
Un Etat kurde, avec une partie de la Syrie et de l'Irak pourrait voir le jour dans le Nord. Les frontières syriennes avec la Jordanie, Israël, le Liban, la Turquie et l'Irak pourraient devenir inutile.
A. C.
*Membre du Defence and Security Forum de Londres, du Conseil d'experts du Forum de Davos (WEF) et du NESA Center for Strategic Studies
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.