Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boumerdès
Exploitations agricoles cherchent désespérément main-d'œuvre
Publié dans Liberté le 30 - 09 - 2013

Au moment où des milliers de jeunes affirment ne pas trouver d'emploi, des exploitations agricoles continuent de souffrir du manque de main-d'œuvre. C'est ce que nous ont affirmé avant-hier plusieurs viticulteurs de la daïra de Baghlia, en marge de la 2e édition de la fête du raisin.
"Nous donnons un salaire de 1500 à 2000 DA pour 4 heures de travail par jour, mais nous éprouvons des difficultés à trouver des employés pour notre vignoble", affirme Youcef Oumellal, viticulteur et fabricant des pergolas pour vignoble. Un autre viticulteur, Zemmoul, qui exploite 7 ha de raisin à Baghlia, a dû recourir à des travailleurs venus de Chlef et de Médéa pour faire face à la situation. "Où sont ces jeunes qui se plaignent à la télévision ? La plupart refusent de travailler malgré les salaires qu'on leur donne et qui varient entre 1200 et 3000 DA par journée." Un autre exploitant agricole, M. Hamzaoui, de Baghlia se dit surpris par l'attitude des jeunes qui refusent de travailler. "C'est devenu une hantise, nous sommes obligés de faire appel à des gens issus de régions lointaines pour travailler la terre et nos vignobles, c'est ça la réalité et dites-le dans votre journal", insiste notre interlocuteur. Un autre agriculteur de Si Mustapha dit "chercher désespérément et chaque année des ouvriers pour ses champs de vignoble". Et de préciser : "Si ça continue comme ça, on risque de faire appel à des Chinois pour travailler nos terres." Quand on a demandé à des jeunes, rencontrés en marge de cette manifestation, les raisons de leur attitude, la plupart disent assumer d'autres activités moins pénibles, alors que d'autres parlent des horaires non adaptés à leur mode de vie. "Se lever à 6h et travailler parfois plus de 10 heures par jour, y compris les vendredi et samedi, ce n'est pas intéressant", affirme Djamel. L'autre problème soulevé par les viticulteurs est celui des produits phytosanitaires importés, jugés périmés ou non conformes. "Le mildiou a fait des dégâts bien que nous ayons assuré à temps et dans les règles le traitement de nos vignobles. Ce n'est pas normal", affirme un exposant. Mais cette 2e édition de la fête du raisin a été timide par rapport à celle de l'année passée. Selon les responsables de la chambre d'agriculture, la wilaya de Boumerdès produit plus de 45% du produit national en raisin de table. Une production de plus d'un demi-million de quintaux de raisin est attendue cette année, indique un responsable de la chambre d'agriculture. La moyenne de rendement à l'hectare est passée de 276 à 292 q pour cette année.
Le bilan partiel de campagne de la DSA fait état, à ce jour, de la cueillette de plus de 250 000 q de raisin sur une superficie avoisinant un millier d'hectares, consacrée entièrement à la variété cardinal. Les autres variétés, au nombre de 11 dont le muscat et le dabuki, alphonse-lavallée, le red globe, le dattier, le victoria, le black pearl, représentent 70% de la récolte. La superficie consacrée à la viticulture a atteint, cette saison agricole, près de 8600 ha, dont 90% ont été plantés dans les localités de l'est de la wilaya, telles que Dellys, Bordj Menaiel, Baghlia et Sidi Daoud.
Les vergers viticoles irrigués représentent 70% de la superficie totale et occupent plus de 4000 agriculteurs. Les organisateurs de cette manifestation veillent à ce que cette fête soit l'occasion d'émanciper la région tant sur le plan socioéconomique que culturel, dans la perspective de relancer une dynamique de développement dans tout l'est de la wilaya de Boumerdès.
M. T.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.