DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    L'ex-Premier ministre Ouyahia et le ministre des Finances Loukal devant la justice ?    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    L'Algérie fortement représentée    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    "Trop tard, M.Bensalah..."    En hommage aux 126 martyrs    Deux médecins et un pharmacien dans le collimateur    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    Chiheb torpille Ouyahia    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Consulat d'Algérie à Paris
Le casse-tête de nos ressortissants
Publié dans Liberté le 26 - 04 - 2014

Si effectivement, ce ne sont pas les moyens qui font défaut, la confusion ne cesse de régner au niveau du consulat d'Algérie à Paris rue d'Argentine au 16e arrondissement. Régler un problème administratif, reste un vrai casse-tête pour de nombreux ressortissants algériens qui redoutent d'avoir affaire aux services du consulat. Un désordre total sévi au sein de cette représentation diplomatique, à commencer par l'accueil. Alors que le nombre des ressortissants augmente le service de l'accueil se retrouve vite submergé incapable de faire face aux nombreuses demandes. Une pression qui vite pulvérise toute forme d'organisation et les agents, censés organiser, ne trouvent pas mieux que de rester de marbre sans rien faire face à cette confusion. Une situation exaspérante pour nos ressortissants qui ne savent plus comment faire. Pour eux, le consulat doit revoir sa copie pour améliorer leurs conditions. « C'est une vrai perte de temps, il faut vraiment passer la nuit ici pour pouvoir récupérer un extrait de naissance. C'est désolant de voir toute cacophonie, cela démontre aussi, qu'ici au consulat, ceci est loin de les déranger. Il faut que nos responsables sachent ce que nous endurons pour un simple papier administratif. Il faut du changement et une nouvelle organisation », nous dira Rachid venu faire une carte consulaire. La décision des services consulaires de mettre à la disposition des ressortissants algériens deux-cent (200) tickets par jour, reste insuffisante et loin de dénouer la situation. D'ailleurs, il n'était pas encore 10h00 lorsque, nous nous sommes présentés au niveau du consulat. Sur place, fusent des insultes, une femme en pleurs s'en prend à un agent de sécurité dans un vrai brouhaha assourdissant. Il y avait tellement de monde qu'il nous était impossible de nous frayer un chemin à l'intérieur pour tenter de retrouver les responsables, en vain. Un agent de sécurité nous fera savoir, qu'il vaudrait mieux revenir le lendemain. A l'extérieur, les gens étaient dépités de ne pas avoir la chance d'hériter d'un ticket. « C'est une journée perdue, à 8h00 du matin, les deux-cent tickets étaient déjà distribués », nous dira l'un d'entre eux. Ce système, mis en place par les services consulaires, semble montrer ses limites quotidiennement et il reste loin de répondre aux attentes des algériens de Paris. Aussi, une nouvelle forme de gestion s'impose au sein du consulat général d'Algérie, pour améliorer son service. Par ailleurs, le consulat a mis en ligne un communiqué concernant les nouveaux passeports biométriques, qui sera obligatoire à partir du mois de novembre 2015. Dans son communiqué le consulat demande aux ressortissants algériens de constituer leurs dossiers et de prendre rendez-vous par téléphone. Pendant ce temps, les ressortissants algériens subissent toujours la mauvaise organisation au sein du consulat, dans l'attente de solutions. Enfin, nos tentatives de joindre les responsables des services consulaires sont restés vaines, au même titre que le standard du consulat, resté « sans voix ».
C.M (Correspondant de Paris pour la Rédaction WEB de LIBERTE)
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.