50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Sider El Hadjar : 14 millions de dinars d'équipements de sécurité disparus    La fin d'une époque    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    LDC (Groupe B). CRB – Sundowns (14h) : Le Chabab vise la première place    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Débrayage des auxiliaires en anesthésie-réanimation de la santé publique : Le syndicat menace de passer à une grève illimitée    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Entrepreneuriat : Signature d'une convention entre la CCI Mezghenna et l'USTHB    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Ce que doit la rue à l'urne    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Qui veut canarder les ambulances ?    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les recommandations du professeur Belhocine    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    Les Etats-Unis accusent le prince hérirter Saoudien    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    155 nouveaux cas et 2 décès    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Alerte au variant britannique    Une obligation, pas un choix    Un vendredi sans heurts    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Les 12 commandements de la phase transitoire    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Neuf militaires tués au Mali    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Promotion du travail du cuir à Tamanrasset
Vers la création d'une tannerie végétale
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2014

"La réalisation d'une tannerie au niveau local permettra d'exploiter cette matière première et créer plusieurs opportunités d'embauche."
La réalisation d'une tannerie végétale est le projet sur lequel mise la Chambre d'artisanat et des métiers (CAM) de la wilaya de Tamanrasset, afin de promouvoir le travail de cuir et surtout pour développer le créneau de la maroquinerie qui butait auparavant sur l'indisponibilité et la cherté de la matière première. La tannerie, dont l'activité consiste à transformer les peaux d'animaux en cuir, en les rendant imputrescibles, souples et résistantes, permettra de couper l'herbe sous le pied des lobbies qui exportent frauduleusement vers le Niger les peaux provenant des dépouilles d'animaux amassées dans les abattoirs de la wilaya pour traitement en tannerie. Selon le directeur de la CAM, Mourad Saïdani, "1800 peaux de chameau et 12 000 peaux de caprin sont produites mensuellement dans les abattoirs de la commune de Tamanrasset. Ces peaux sont exportées illicitement vers le Niger pour traitement puis réexportées vers l'Algérie à des prix exorbitants. La réalisation d'une tannerie au niveau local permettra ainsi d'exploiter cette matière première et créer à coup sûr plusieurs opportunités d'embauche". Notre interlocuteur a fait savoir que toutes les parties concernées par le projet, chacune dans son domaine de compétence, ont été consultées afin d'accélérer les procédures et les formalités y afférentes. Il s'agit de la direction des services agricoles, de la conservation des forêts et de la direction de l'environnement ayant pour mission de veiller à l'utilisation rationnelle des végétaux exploités à travers les différents procédés du tannage, à savoir le planage, l'ébourrage et l'écharnage des peaux, lesquelles sont immergées dans des tonneaux ou des cuves contenant de l'eau et du tan. Ce dernier est obtenu par le broyage d'écorces de certaines espèces d'arbres, notamment le chêne et l'acacia, qui s'effectue d'une manière artisanale. Les services des Douanes, l'Institut national de la recherche forestière, la Chambre de commerce et la direction de l'énergie et des mines ont été aussi sollicités pour ce qui est de l'utilisation des produits soumis à autorisation. "L'ajout d'autres extraits végétaux tannants en substitution aux produits chimiques reste une solution adéquate pour protéger l'homme et l'environnement", précise
M. Saïdani. Les artisans invités à exposer leur produit à l'occasion des journées d'animation, initiées récemment par la CAM à la Maison de l'artisanat de Tamanrasset, ont salué le projet. Lansari Fatma, qui a hérité de ses ancêtres le métier de la maroquinerie et le travail du cuir, estime que cette tannerie ouvrira grandes les portes aux artisans de cette région touristique, notamment ceux désirant investir dans ce créneau juteux, mais qui en sont dissuadés en raison de la cherté de la matière première. "Nous comptons plus d'une vingtaine de femmes qui font du tannage traditionnel à In Zaouen (4 km de Tamanrasset). Avec un peu d'encadrement et de formation, elles contribueront au lancement de cette tannerie, d'autant que les autres conditions s'y prêtent parfaitement", a-t-elle déclaré.
R. K.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.