M.Benabderrahmane: La loi sur l'investissement permettra à l'entreprise d'évoluer dans un environnement sain    Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Ce qui va changer pour voyager en France    La construction de logements en plein boom    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'importance de l'Afrique dans la nouvelle stratégie des états-Unis d'Amérique
Publié dans Liberté le 06 - 08 - 2014

Depuis la chute du mur de Berlin et la disparition du bloc Est, au début des années 1990, les Etats-Unis d'Amérique se trouvent à un moment de leur histoire où ils ont le pouvoir de choisir leur implication dans le système mondial. Le meilleur choix est de centrer leur politique de sécurité sur un axe Nord-Sud et de créer une zone américaine de coopération, incluant l'Amérique latine, la Sibérie, l'Océanie et une partie de l'Afrique.
Aujourd'hui, la sécurité nationale n'est plus pensée en termes stricts de calcul militaire. La prérogative d'une puissance influente est de pouvoir gérer son environnement externe. Les sources de la force et de l'influence américaine sont au nombre de quatre. Il s'agit de la puissance militaire, de l'influence diplomatico-culturelle, de l'indépendance relative en ressources naturelles et de la compétitivité dans le commerce international.
En ce qui concerne les deux premières sources, les Etats-Unis d'Amérique continueront à montrer leur volonté d'utiliser leur force militaire, ce qui consolidera l'influence diplomatique (jeux d'équilibre relatif entre Soft et Hard Power). Par exemple, la décision de recourir, par deux fois, à la force contre l'Irak, a permis de renforcer l'influence américaine dans le monde plus qu'aucune autre décision récente de sa politique étrangère. Le Conseil de sécurité des Nations unies devient le vecteur, par excellence, pour le leadership américain. Les deux dernières sources, quant à elles, visent la reconquête par la stratégie du "circumscribed engagement - engagement circonscrit".
Partant de ces principes fondamentaux, les Etats-Unis d'Amérique devraient concentrer leurs activités de politique étrangère et leurs entreprises économiques et commerciales dans une "zone de coopération" définie par deux sous-ensembles : le "bloc hémisphère occidental" et l'"aire d'intérêt spécial". Le premier correspond à l'ensemble du continent américain et le second à l'Afrique.
Le "bloc hémisphère occidental" constituerait un contrepoids commercial face à l'Europe et au Japon par l'encouragement du libre-échange et en augmentant l'approvisionnement des Etats-Unis d'Amérique en minerais stratégiques à partir de l'Amérique latine, tels que le pétrole, le gaz naturel, le manganèse, l'étain, le cuivre, le fer et la bauxite. Cette stratégie économique a été adoptée par le président George Bush dans le cadre de l'"Enterprise for the Americas" qui avait pour but de réduire la dette des pays sud-américains, de créer un fonds d'investissement et d'instaurer une zone de libre-échange. Bill Clinton a poursuivi cette démarche par la signature de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena) et le président Obama n'a fait que consolider cette voie.
L'"aire d'intérêt spécial" considérée comme proche du bloc, est choisie pour ses ressources naturelles et sa complémentarité sur le plan économique. Dans la vision stratégique américaine, le "bloc hémisphère occidental" pourrait présenter à l'Afrique une alternative au partenariat traditionnel de l'Europe. Comme l'Amérique, par sa population, possède de nombreux liens avec l'Afrique, elle entend les valoriser et approcher l'Afrique autrement que pendant la guerre froide ; la société civile jouant un rôle primordial à cet égard. C'est pour cela qu'une nouvelle attitude américaine envers l'Afrique est observée depuis peu. Le sommet USA - Afrique, qui se tient présentement à Washington, rentre dans cette perspective. L'intérêt des Etats-Unis d'Amérique pour l'Afrique pourrait augmenter au fur et à mesure que l'Europe abandonne sa "chasse gardée". Aujourd'hui, seule la France continue à mener des actions de souveraineté, mais pour combien de temps encore ? Il y a lieu de considérer que dans la nouvelle stratégie géoéconomique américaine, l'Europe et le Japon ne sont pas des alliés, mais de rivaux, et la Chine un concurrent au sens le plus large du terme.
L'importance de l'Afrique pour la stratégie de sécurité des Etats-Unis d'Amérique, que souligne un lobby longtemps conduit par le colonel Kent Butts de l'US Army War College, repose sur le fait que c'est l'alternative à l'Arabie saoudite qui pourrait se révéler moins propice à abriter les pré-positionnements du Central Command. Sur le plan de l'approvisionnement pétrolier, le rôle de l'Afrique pourrait s'accroître au détriment du golfe Persique, vu la vulnérabilité de cette zone, notamment depuis l'avènement des "révoltes arabes".
S'agissant de l'approvisionnement en minerais (cobalt, chrome, platine, manganèse, strontium), l'Afrique reste la clé. C'est, notamment, cette raison qui conduit les Etats-Unis d'Amérique à accélérer la mise en place d'accords de libre-échange avec l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne.
Selon les stratèges américains, les priorités géostratégiques en Afrique sont d'abord de s'assurer une possibilité de projeter leur puissance dans tous les coins de la planète, et, de ce fait, disposer de bases militaires. Comme les Etats-Unis d'Amérique dépendent de la liberté et de l'ouverture des voies maritimes ainsi que d'une puissante flotte de haute mer pour leur approvisionnement en matières premières et leur vitalité économique, ils seront toujours concernés par l'accès aux ports et le passage des détroits. Par conséquent, l'attention sera concentrée sur les quelques pays africains sous le couvert d'une coopération globale "win-win" et dont le poids se fait ressentir en matière de production de pétrole, de gaz et de minerais, de lignes de communication maritime et de prolifération d'équipements militaires. Il s'agit dans ce cas notamment de l'Afrique du Sud, du Kenya, du Zaïre, du Zimbabwe, du Nigeria, de l'éthiopie, de la Libye, du Maroc et de l'Algérie.
a. c.
(*) Membre du Conseil Consultatif
du World Economic Forum
Membre du Defense & Security Forum de Londres
Membre du NESA-NDU Center for Strategic Studies de Washington
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.