Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saluant la coopération des autorités algériennes
La France reste inflexible face au terrorisme
Publié dans Liberté le 24 - 09 - 2014

Le message des autorités françaises aux combattants du groupe terroriste affilié à l'Etat islamique en Irak et au Levant, Djound el-Khalifa (Soldats du Califat) est plus que clair et reste plus ferme que jamais. Le Premier ministre, Manuel Valls, a balayé d'un revers de la main toute forme de négociation ou de pourparlers avec les auteurs du rapt.
"La France n'engagera ‘aucune discussion aucune négociation' avec les ravisseurs d'Hervé Gourdel", a-t-il affirmé hier. Cela étant, M. Valls n'a pas caché son inquiétude, notamment suite à l'authentification de la vidéo diffusée par les terroristes : "Même si, évidemment, nous sommes très inquiets après l'authentification de cette vidéo." Il n'est donc pas question pour l'Etat français de fléchir face aux menaces, aussi sérieuses soient-elles, et il ne veut pas donner une occasion au terrorisme de triompher de quelconque manière.
"Si on cède, si on recule d'un pouce face au terrorisme, on lui donne cette victoire", a-t-il déclaré. Par ailleurs, Manuel Valls a fait part de l'étroite collaboration entre la France et les autorités algériennes pour tenter de trouver une issue à cet enlèvement. La France n'a pas manqué de mettre en exergue les efforts de l'armée algérienne pour tenter de localiser l'otage français. "Nous ferons tout avec les autorités algériennes, avec lesquelles nous sommes en lien pour qu'il retrouve la liberté, mais il faut être déterminé, comme la France qui lutte contre le terrorisme partout", a encore ajouté Valls. Ce dernier n'en démord pas et réaffirmera toute la volonté de son pays dans la lutte contre l'EIIL. "La France assume les responsabilités et assume ses frappes aériennes. Il faut, face à l'essentiel, se rassembler. Les frappes continueront. Si nous engageons nos armées, nous intervenons avec les moyens. La France a les moyens d'assumer ses responsabilités."
Du côté de la famille d'Hervé Gourdel, c'est l'inquiétude, ses parents, désemparés, n'ont pas caché leur angoisse et redoutent fortement l'exécution de leur fils si la France ne cesse pas ses frappes en Irak. "C'est obsédant, il n'y a pas d'issue (...) Si la France continuait d'envoyer les avions en Irak, Hervé serait égorgé dans la journée", a déclaré Jean Gourdel, père de l'otage.
Les Algériens de France relativisent
Encore une fois, l'Algérie se retrouve sous les feux de la rampe, et les avis des Algériens de France, plus particulièrement de Paris, divergent.
"Il s'agit d'un acte terroriste qui ne concerne pas toute l'Algérie, tout le monde sait que l'Algérie reste la première victime de cette barbarie et de cette nébuleuse terroriste. Personnellement, j'espère que l'otage sera relâché, parce que lui non plus n'a rien à voir dans cette histoire ou dans l'intervention de l'armée française en Irak. S'attaquer à des innocents n'est pas le propre de l'islam, ni des musulmans", nous dira Bilel, un Algérien rencontré à Paris avec un de ses amis.
Pour d'autres, en revanche, cette affaire portera un coup à l'image de l'Algérie, puisque le pays sera encore "boycotté", selon eux, par les visiteurs étrangers. "Notre pays a besoin de relancer le tourisme et je ne vois pas comment cet enlèvement pourra arranger les choses. La sécurité des étrangers est primordiale et nécessaire pour ne pas voir notre pays isolé à cause du terrorisme", estime son ami. Pour le moment, tous les yeux sont rivés sur le massif du Djurdjura où se joue le sort de l'otage français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.