Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    Soutien aux groupes terroristes.. Deux éléments arrêtés à Oran    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EN MARGE DE SA VISITE A LA 1EER REGION MILITAIRE : Gaid Salah désapprouve le boycott du dialogue    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    Le Parquet ouvre une enquête    L'opération de révision exceptionnelle des listes s'est achevée hier    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    Fausses statistiques, vraies subventions    L'USMBA renoue avec la victoire, le maintien encore possible    Campagne de collecte de sang par les agents de la société de distribution d'électricité et du gaz    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Bouira : Les étudiants manifestent en masse    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Kébir : "Il y avait penalty pour nous"    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Complément différentiel et montant-revalorisation    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    La justice militaire passe à l'acte    …sortir…sortir…sortir…    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Le bal des hypocrites    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saluant la coopération des autorités algériennes
La France reste inflexible face au terrorisme
Publié dans Liberté le 24 - 09 - 2014

Le message des autorités françaises aux combattants du groupe terroriste affilié à l'Etat islamique en Irak et au Levant, Djound el-Khalifa (Soldats du Califat) est plus que clair et reste plus ferme que jamais. Le Premier ministre, Manuel Valls, a balayé d'un revers de la main toute forme de négociation ou de pourparlers avec les auteurs du rapt.
"La France n'engagera ‘aucune discussion aucune négociation' avec les ravisseurs d'Hervé Gourdel", a-t-il affirmé hier. Cela étant, M. Valls n'a pas caché son inquiétude, notamment suite à l'authentification de la vidéo diffusée par les terroristes : "Même si, évidemment, nous sommes très inquiets après l'authentification de cette vidéo." Il n'est donc pas question pour l'Etat français de fléchir face aux menaces, aussi sérieuses soient-elles, et il ne veut pas donner une occasion au terrorisme de triompher de quelconque manière.
"Si on cède, si on recule d'un pouce face au terrorisme, on lui donne cette victoire", a-t-il déclaré. Par ailleurs, Manuel Valls a fait part de l'étroite collaboration entre la France et les autorités algériennes pour tenter de trouver une issue à cet enlèvement. La France n'a pas manqué de mettre en exergue les efforts de l'armée algérienne pour tenter de localiser l'otage français. "Nous ferons tout avec les autorités algériennes, avec lesquelles nous sommes en lien pour qu'il retrouve la liberté, mais il faut être déterminé, comme la France qui lutte contre le terrorisme partout", a encore ajouté Valls. Ce dernier n'en démord pas et réaffirmera toute la volonté de son pays dans la lutte contre l'EIIL. "La France assume les responsabilités et assume ses frappes aériennes. Il faut, face à l'essentiel, se rassembler. Les frappes continueront. Si nous engageons nos armées, nous intervenons avec les moyens. La France a les moyens d'assumer ses responsabilités."
Du côté de la famille d'Hervé Gourdel, c'est l'inquiétude, ses parents, désemparés, n'ont pas caché leur angoisse et redoutent fortement l'exécution de leur fils si la France ne cesse pas ses frappes en Irak. "C'est obsédant, il n'y a pas d'issue (...) Si la France continuait d'envoyer les avions en Irak, Hervé serait égorgé dans la journée", a déclaré Jean Gourdel, père de l'otage.
Les Algériens de France relativisent
Encore une fois, l'Algérie se retrouve sous les feux de la rampe, et les avis des Algériens de France, plus particulièrement de Paris, divergent.
"Il s'agit d'un acte terroriste qui ne concerne pas toute l'Algérie, tout le monde sait que l'Algérie reste la première victime de cette barbarie et de cette nébuleuse terroriste. Personnellement, j'espère que l'otage sera relâché, parce que lui non plus n'a rien à voir dans cette histoire ou dans l'intervention de l'armée française en Irak. S'attaquer à des innocents n'est pas le propre de l'islam, ni des musulmans", nous dira Bilel, un Algérien rencontré à Paris avec un de ses amis.
Pour d'autres, en revanche, cette affaire portera un coup à l'image de l'Algérie, puisque le pays sera encore "boycotté", selon eux, par les visiteurs étrangers. "Notre pays a besoin de relancer le tourisme et je ne vois pas comment cet enlèvement pourra arranger les choses. La sécurité des étrangers est primordiale et nécessaire pour ne pas voir notre pays isolé à cause du terrorisme", estime son ami. Pour le moment, tous les yeux sont rivés sur le massif du Djurdjura où se joue le sort de l'otage français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.