«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Célébration de la journée nationale de la presse
Hamid Grine : "Nous voulons une presse responsable et professionnelle"
Publié dans Liberté le 23 - 10 - 2014

La responsabilité et la professionnalisation de la presse sont au centre des préoccupations du nouveau ministre de la Communication. "Nous voulons une presse responsable qui assume son rôle d'information, mais aussi sa responsabilité morale de donner une information bourcée au citoyen", a déclaré, hier, Hamid Grine, sur les ondes de la Chaîne 3, en ce jour de célébration de la Journée nationale de la presse. Pourtant, il évoquera plus loin les difficultés d'accès à l'information, notamment au niveau des administrations, reconnaissant ainsi l'existence d'obstacles rencontrés par les journalistes, dans l'exercice de leur métier. Le ministre a également déploré que "certains journaux (...) empruntent des chemins de travers et de la diffamation", justifiant cette situation par la période passée, celle de la décennie du terrorisme, durant laquelle la presse aurait construit "une opinion consommatrice d'attaques et de sensationnel". La professionnalisation de la presse est tributaire de "l'adhésion des journalistes et des principaux acteurs, notamment les responsables de presse", finira-t-il par lâcher, en insistant sur l'"engagement", l'"élan" et la "sincérité" des journalistes, ainsi que sur les questions de "la déontologie et l'éthique". M. Grine, par ailleurs, a annoncé l'installation prochaine d'une autorité de régulation et d'un conseil de l'éthique et de la déontologie, tout en signalant que la mise en place de l'Autorité de régulation de la presse écrite interviendra dans 6 à 9 mois, "en fonction du rythme de délivrance de la carte professionnelle de journaliste". Sans rassurer le gros de la corporation des journalistes qui craint l'instrumentalisation des instances de régulation, à des fins de verrouillage du paysage médiatique.
Le ministre de la Communication a toutefois indiqué que sur les
1 100 dossiers déposés (pour la délivrance de la carte de presse), quelque 1 003 sont déjà traités, tout en rappelant que le gouvernement "ne fait pas de différence entre les journalistes de la presse privée et ceux de la presse publique". "Nous ferons tout ce qu'il faut pour arriver à instaurer les mêmes standards, dans le cadre de la professionnalisation de la presse", a-t-il ajouté. Sur le registre de la publicité, M. Grine a expliqué qu'il ne s'immisce jamais dans la gestion de la régie publicitaire publique Anep. "L'Anep est libre de donner la publicité, pas comme elle le veut, mais selon notre politique", a soutenu le ministre de la Communication, avant d'appeler les médias à "sortir de leur mentalité d'assistés". Plus explicite, il soutiendra que l'Anep se base sur deux critères : "la déontologie et l'éthique, et le tirage". Mais, il admettra que le dernier mot revient aux annonceurs, en notant que ces derniers "ne sont pas obligés de leur (les médias, ndlr) donner de la publicité". Une manière de contraindre les médias à être "inventifs et (...) créatifs".
Concernant les créances des imprimeries publiques sur des journaux, le ministre les a estimées à 4 milliards de dinars (400 milliards de centimes). Il a affirmé que 50 à 60 milliards de centimes ont été récupérés, depuis sa nomination à la tête du département de la Communication, puis appelé les imprimeries publiques à n'accorder de crédits qu'aux journaux solvables.
H. Ameyar/Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.