Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grine décline ses chantiers
AUTORITES DE REGULATION, LOI SUR LA PRESSE ET FORMATION
Publié dans L'Expression le 23 - 10 - 2014


Le ministre de la Communication
Il a abordé l'évolution du secteur, son état actuel et a fait savoir que l'Autorité de régulation de la presse écrite sera installée d'ici six à neuf mois.
Aspects juridiques relatifs à la profession, octroi de la publicité et professionnali-sation du secteur. Ce sont les sujets qu'a abordés le ministre de la Communication, M.Hamid Grine, afin de dresser un constat sur l'évolution et l'état actuel de la presse algérienne, qui doit impérativement se débarrasser du côté sensationnel, que certains titres utilisent comme fonds de commerce lucratif.
Intervenant hier, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse, M.Grine évoquant le degré de liberté d'expression des médias algériens qui représentent «l'une des plus importantes en Afrique», a estimé que certains médias «ont connu des dérives» caractérisées par «la diffamation» et les «injures» où «le sensationnel l'emporte au détriment de l'information vraie et sourcée». S'attardant sur le sujet, le ministre expliquera: «Il y a une presse à majorité vertueuse, malgré l'existence de certains journaux ici et là qui empruntent des chemins de travers et de la diffamation.» Cet état de fait serait selon lui dû à la décennie de terrorisme durant laquelle la presse «a construit une opinion consommatrice d'attaques et de sensationnel».
Autorité de régulation de l'audiovisuel
Les instigateurs de ces pratiques anti-déontologiques, seraient les directeurs de journaux, d'après M.Grine. Ces derniers pensent qu' «avec ces recettes faites d'insultes et de sensationnel, ils vont vendre plus». Il a souligné à ce propos qu' «en dépit de la nature de l'amende ou de la peine infligée au journal, le mal ne sera jamais réparé suite à des attaques infondées et injurieuses». Il a soutenu ses propos par le fait que «la loi sur l'information a dépénalisé le délit de presse».
Ces pratiques dépourvues de déontologie, le ministre n'en veut pas. «Nous voulons d'une presse responsable qui assume son rôle d'information, mais aussi sa responsabilité morale et de donner une information sourcée au citoyen.»
Concernant la mise en place des aspects juridiques devant encadrer et réguler les médias, M.Grine a nié tout retard. Il signalera que la commission de délivrance des cartes de journaliste a déjà été mise en place et que l'Autorité de régulation de l'audiovisuel a été installée. Pour celle de la presse écrite, M.Grine considère que sa mise en place est «tributaire du recensement des gens de la profession». Ainsi, après que les médias audiovisuels aient «acquis» leur Autorité de régulation, la presse écrite devra en faire de même, ainsi qu'un Conseil de l'éthique et de déontologie. Cette commission d'après lui devrait être installée dans six à neuf mois, soit «en fonction du rythme de délivrance de la carte professionnelle de journaliste». Il précisera néanmoins que sur les 1100 dossiers déposés par les journalistes pour acquérir leur carte professionnelle, quelque 1003 dossiers ont été déjà traités.
Il s'explique à propos de la «pub» et des imprimeries
Au sujet des médias lourds, et plus particulièrement ceux de droits étrangers, M.Grine a souligné que sur la vingtaine de chaînes qui activent «cinq parmi elles ont déjà reçu leurs accréditations pour installer leurs bureaux à Alger». Le ministre a également précisé que «le gouvernement ne fait pas de différence entre les journalistes de la presse privée et ceux de la presse publique» et que «nous ferons tout ce qu'il faut pour qu'on arrive à instaurer les mêmes standards dans le cadre de la professionnalisation de la presse». Décryptant le message du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion de la Journée nationale de la presse, célébrée hier, le ministre dira que «la professionnalisation de la presse est tributaire de l'adhésion des journalistes et des principaux acteurs, notamment les responsables de presse». Revenant sur les sujets qui font l'actualité, à savoir la distribution des publicités et les imprimeries, M.Grine invitera sèchement les médias qui se plaignent «à sortir de leur mentalité d'assistés» ajoutant «soyez créatifs et soyez inventifs». Selon lui, les annonceurs ne «sont pas obligés de leur donner de la publicité». Il a souligné également que «moi en tant que ministre, je ne m'immisce jamais dans les gestions internes. L'Anep est libre de donner la publicité cependant pas comme elle veut, mais selon notre politique».
Pour éviter toute confusion et incompréhension, M.Grine fera savoir que l'Anep n'est qu'une agence qui achète des espaces publicitaires, en prenant en compte deux critères «la déontologie et l'éthique, et le tirage».
Le dernier mot revient ainsi aux annonceurs, qui choisissent le support, en fonction de leurs objectifs de communication. Sur ce point, M.Grine a fait savoir qu'une loi qui est en cours d'élaboration, sera instaurée prochainement, afin de «réguler les activités des agences de communication».
Concernant les créances des imprimeries auprès des journaux, M.Grine fera savoir qu'elles sont de l'ordre de 4 milliards de dinars. «Depuis que je suis ministre, nous avons récupéré entre 50 et 60 milliards de centimes» a-t-il signalé, tout en appelant les imprimeries publiques à se débarrasser de la souplesse adoptée autrefois, et de ne plus octroyer de crédits qu'aux journaux solvables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.